Ferdinand-Marie-Innocent de Bavière

prince bavarois

Ferdinand-Marie-Innocent Michael Joseph de Bavière ( à Bruxelles à Munich) était un prince bavarois et maréchal impérial.

Ferdinand-Marie-Innocent de Bavière
Ferdinand Maria Innozenz von Bayern.jpg
Titre de noblesse
Prince
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 39 ans)
MunichVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Activité
MilitaireVoir et modifier les données sur Wikidata
Famille
Père
Mère
Fratrie
Maria Anna von Bayern (d)
Clément-Auguste de Bavière
Jean-Théodore de Bavière
Philipp Moritz von Bayern (d)
Joseph-Ferdinand de Bavière
Emmanuel-François-Joseph de Bavière (d)
Charles VII du Saint-EmpireVoir et modifier les données sur Wikidata
Conjointe
Enfants
Autres informations
Arme
Grade militaire
Distinction

BiographieModifier

Ferdinand Marie Innocent était un fils de l'Électeur Maximilien-Emmanuel de Bavière (1662-1726) de son mariage avec Thérèse-Cunégonde Sobieska (1676-1730 ), fille du roi Jean III Sobieski de Pologne.

Il a servi comme général dans l'armée impériale. En 1738, il fut promu maréchal de camp impériale[1].

Il est mort en 1738, et a été enterré dans l'église des Théatins de Munich.

Le mariage et la descendanceModifier

Ferdinand Marie Innocent s'est marié le 5 février 1719 à Zákupy avec Marie-Anne-Caroline de Palatinat-Neubourg, une fille de Philippe-Guillaume-Auguste de Palatinat-Neubourg. Il a eu les enfants suivants:

Ferdinand a également eu un fils de son liaison extra-conjugale avec la comtesse Marie Adélaïde Fortunata Spaur (1694-1781):

  • Joseph Ferdinand (1718-1805), général du régiment "Comte de Salern", marié en 1753 à la comtesse Marie Mechthildis de Törring (1734-1764) et en 1766, à la comtesse Josepha de La Rosée d. 1772)

RéférencesModifier

  • Johannes Erichsen et Katharina Heinemann (Hrsg.): Die Schlacht von Höchstädt. Brennpunkt Europas 1704, Jan Thorbecke, Ostfildern, 2004, (ISBN 3-7995-0214-9)

Notes de bas de pageModifier

  1. Kunstwissenschaftliche Gesellschaft in München, Staatliche Kunstsammlungen, München et Zentralinstitut für Kunstgeschichte dans München: Münchner Jahrbuch der bildenden kunst, Prestel Verlag, 1963, p. 171