Far breton

gâteau originaire de Bretagne

Far breton
Image illustrative de l’article Far breton
Far breton aux pruneaux

Lieu d’origine Drapeau de la Bretagne Bretagne
Date XIXe siècle
Place dans le service Pâtisserie, dessert, entremets, cuisine de rue
Température de service Tiède, ou froid
Ingrédients Œuf, farine, sucre, beurre demi-sel, et éventuellement rhum, pruneau, raisin sec
Mets similaires Clafoutis, gâteau breton, crêpe bretonne, galette bretonne, flan pâtissier
Classification Cuisine bretonne

Le far breton (farz forn, far au four, en breton) est une pâtisserie et spécialité culinaire traditionnelle emblématique de la cuisine bretonne, à base d'œuf, farine, beurre demi-sel, sucre, et éventuellement de rhum, pruneaux ou raisins secs.

Étymologie modifier

Far en latin signifie « froment, blé, gruau »[1]. Le far breton s'appelle farz forn (far au four) en breton (farz fourn, en pays léonard).

Histoire modifier

Le « far » est au XVIIIe siècle une bouillie salée de blé noir de sarrasin, comme celle de l'actuel kig ha farz, généralement servi émietté (bruzhun ou bruzhuned ou brujun[2], en breton) avec lard, viande, ou poisson[3],[4],[5],[6].

La recette du far breton actuel remonte au XIXe siècle, avec farine de blé ou de sarrasin, sucre, œuf, beurre demi-sel et lait[7], cuit au four. Les pruneaux séchés et les raisins secs du Sud-Ouest de la France[8] étaient alors historiquement importés de Bordeaux par les marins bretons, à titre de fruits séchés, couramment utilisés dans leur alimentation durant leurs campagnes de pêche au long cours, pour leurs qualités nutritionnelles[9] anti scorbut[10],[11], et leur facilité de conservation (avec le rhum) sur les navires en mer. Ce dessert traditionnel peu coûteux est devenu depuis une des recettes phares de la Bretagne[12].

Recette modifier

Le far breton est un plat assez dense et consistant, lointaine variante du clafoutis ou du flan pâtissier (selon les recettes) avec des œufs, sucre, farine de blé ou de sarrasin, lait, beurre demi-sel, avec ajout éventuel avant cuisson par exemple de rhum brun, de calvados, de fruits (pomme, pruneau, abricot, raisin sec...) ou de vanille..., le tout cuit puis doré dans un moule à gâteau, environ 30 min au four à 200°C[13],[14]. La recette la plus connue est celle dfar breton au pruneaux u far breton aux pruneaux, bien que traditionnellement le far nature n'en comporte pas.

Nutrition modifier

La table de composition nutritionnelle des aliments Ciqual de l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses), dans sa version de 2013, fournit les valeurs moyennes suivantes pour 100 g de far aux pruneaux : 392 kCal d'énergie apportés par 5,5 g de protéines, 18,5 g de lipides et 50,4 g de glucides (dont 26,0 g de sucres)[15].

Notes et références modifier

  1. « far - Wiktionnaire », sur fr.wiktionary.org (consulté le )
  2. « Le Brujun », sur France Bleu (consulté le )
  3. « Far Breton », sur www.cuisinealafrancaise.com (consulté en )
  4. « Profiteroles, macarons... D’où viennent les noms de nos desserts préférés? », sur www.lefigaro.fr (consulté en )
  5. « Le far breton », sur www.bretagneworld.com (consulté en )
  6. « Far breton et kig-ha-farz - histoire d'une tradition culinaire », sur www.librairiedialogues.fr (consulté en )
  7. « Le far breton : sa recette, son origine », sur www.mangeons-local.bzh (consulté en )
  8. « Far breton », sur www.desbretonsencavale.fr (consulté en )
  9. « Le far breton », sur www.futura-sciences.com (consulté en )
  10. « Le pruneau dans la cuisine bretonne », sur www.bcd.bzh (consulté en )
  11. « Le pruneau d'Agen », sur www.pruneau.fr (consulté en )
  12. « Far Breton », sur www.far-breton.com (consulté en )
  13. « Le far breton », sur www.toutcommenceenfinistere.com (consulté en )
  14. « Le véritable far Breton », sur www.ladybreizh.bzh (consulté en )
  15. Anses, « Composition nutritionnelle des aliments TABLE Ciqual », sur www.ars.usda.gov, (consulté le ).

Voir aussi modifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes modifier