Fanny Howe

Poète, romancière, nouvelliste et professeure d'université américaine
Fanny Howe
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Nom de naissance
Fanny Quincy Howe
Nationalité
Domicile
Formation
Bachelor of Arts à l'Université Stanford,
Activité
poète, nouvelliste, romancière, essayiste, professeur d'université
Père
Mark de Wolf Howe
Mère
Mary Manning
Fratrie
Enfant
Danzy Senna
Autres informations
A travaillé pour
MIT, Tufts University, University of Massachusetts à Boston, université de Californie à San Diego
Distinction
Archives conservées par
Stanford University Libraries Department of Special Collections and University Archives (d)[1]Voir et modifier les données sur Wikidata

Fanny Quincy Howe (née le à Buffalo dans l'État de New York) est une poète, romancière, nouvelliste, essayiste et professeure d'université américaine.

BiographieModifier

Jeunesse et formationModifier

Fanny Howe[2] est la fille de Mary Manning (en) [3](1905-1999), immigrée irlandaisenouvelliste, critique de théâtre et scénaristemetteur en scène et productrice de cinéma qui est venue s'installer à Boston en 1935, et de Mark de Wolf Howe[4](1906-1967), juriste qui travaillera comme avocat avant d'enseigner le droit constitutionnel à Harvard.

Mark de Wolf Howe[5] est issu d'une vieille famille de Boston[6] qui peut faire remonter sa lignée aux Pilgrim's[7].

Le couple Manning-Howe a eu trois filles : Fanny, Susan et Helen Howe[8].

En 1933, Mark de Wolf Howe est admis au barreau du Massachusetts, la famille Howe s'installe à Boston, puis il est nommé en 1937, professeur de droit  à l'University of Buffalo School of Law, sa famille emménage à Buffalo dans le quartier d'Allentown. Après la nomination de Mark de Wolf Howe à l'Université Harvard en 1945, la famille s'installe dans le Massachusetts à Cambridge.

Durant la Seconde Guerre mondiale, Mark Howe sera mobilisé, durant cette période Fanny sera élevée par sa mère et sa sœur aînée Susan.

Le couple Manning-Howe fera connaitre à ses trois filles divers artistes, les fera participer à divers échanges politiques (féminisme, égalité des droits civiques, etc.)[9] ; ce bouillonnement d'idées aiguisera le regard de Fanny sur la vie sociale et politique et la confirmera dans son envie d'écrire[10].

CarrièreModifier

Après avoir obtenu son Bachelor of Arts (licence) à l'Université Stanford, Fanny Howe occupe différents postes d'enseignante : au MIT, à l'Université Tufts, à l'université du Massachusetts, etc. Elle est professeur émérite à l'université de Californie à San Diego[11], après y avoir enseigné la création littéraire[12].

Son écriture est marquée par ses divers engagements dans le mouvement des droits civiques, la guerre du Viet-Nam, l'émancipation des femmes, le christianisme progressiste[13],[14] l'expérience mystique notamment celle d'un autre auteur littéraire américain Thomas Merton[15],[16] et celle de la philosophe française Simone Weil[17],[18].

Vie personnelleModifier

Elle épouse en 1968 l'écrivain afro-américain Carl Senna[19], avec qui elle a eu trois enfants, dont la romancière Danzy Senna (en)[20]. Ils divorceront en 1976[21], mais Fanny en restera colorée[10] "ma peau est blanche, mais mon âme ne l'est pas"[13].

Fanny Howe réside à Cambridge dans le Massachusetts[9].

ŒuvresModifier

Recueils de poésieModifier

Romans et nouvellesModifier

ThéâtreModifier

  • (en-US) Co-écrit avec Kier Peters, The End, Littoral Books, , 96 p. (ISBN 9781557131454),

EssaisModifier

  • (en-US) Economics, Flood Editions, , 136 p. (ISBN 9780971005945),
  • (en-US) The Wedding Dress: Meditations on Word and Life, University of California Press, , 181 p. (ISBN 9780520238404)[24],
  • (en-US) The Winter Sun: Notes on a Vocation, Graywolf Press, , 220 p. (ISBN 9781555975203, lire en ligne),

Œuvres traduites en françaisModifier

  • Nord profond, éd. Mercure de France, 1997, trad. par Michelle-Viviane Than Van Khai[25].
  • O’Clock, éd. Grèges, 2009, trad. par Vincent Dussol [25].

ArchivesModifier

Les archives de Fanny Howe sont déposées à la bibliothèque de l'Université Stanford[26].

Prix et distinctionsModifier

BibliographieModifier

  • (en-US) Romana Huk, « "A single liturgy": Fanny Howe's "The Wedding Dress" », Christianity and Literature, Vol. 58, No. 4,‎ , p. 657-693 (37 pages) (lire en ligne),
  • (en-US) Steven Toussaint, « Fanny Howe's revelation », sur Jacket 2, ,
  • (en-US) Joshua Glenn, « Bewildered in Boston », Hilo Brow,‎ (lire en ligne),
  • (en-US) Kim Jensen, « Fanny Howe », Bomb Magazine,‎ (lire en ligne),
  • (en-US) Olivia Hull, « Acclaim Received, Never Sought for Poetic Soul », The Vineyard Gazette,‎ (lire en ligne),
  • (en-US) Kathleen Rooney, « All the Stream That’s Roaring By », sur Los Angeles Review of Books, ,
  • (en-US) Cynthia Cruz, « Second Childhood », The Rumpus,‎ (lire en ligne),
  • (en-US) Daniel Simon, « Editor’s Pick: Second Childhood by Fanny Howe », World Literature Today,‎ (lire en ligne),
  • (en-US) Bill Corbett, « Fanny Howe on Race, Family, and the Line Between Fiction and Poetry », Literay Hub,‎ (lire en ligne),
  • (en-US) Lucas J. Giese & William Harren, « An Interview with Fanny Howe », Studio One, volume 42,‎ , p. 10-15 (6 pages) (lire en ligne),
  • Ange Mlinko, « A Nameless Vocation: On Fanny Howe », in The Nation[31], 2009,
  • Janelle Adsit, "The Winter Sun: Notes on a Vocation" in Colorado Review, 2009[32],
  • Albert Gelpi, "Emily Dickinson’s Long Shadow: Susan Howe & Fanny Howe" in The Emily Dickinson Journal, Volume 17, Number 2, 2008[33],
  • Leonard Schwartz, "Fanny Howe in conversation" in Jacket 2, 2004[34],
  • Scott Bentley, "On the Day the Blood Let Fall : The Mastery of Mystery in Fanny Howe’s [SIC] and Forged" in Jacket 2, 2004[35],

RéférencesModifier

  1. « https://oac.cdlib.org/findaid/ark:/13030/tf2f59n5xn/ »
  2. a et b (en-US) « Fanny Howe », sur Poetry Foundation, (consulté le )
  3. (en-US) « Notes on Mary Manning Howe - Passages from Finnegans Wake », sur www.flashpointmag.com (consulté le )
  4. (en-US) « Mary Manning – Women Film Pioneers Project », sur wfpp.cdrs.columbia.edu (consulté le )
  5. (en-US) « Howe, Mark de Wolfe, 1906-1967 », sur socialarchive.iath.virginia.edu (consulté le )
  6. (en-US) « Mark De Wolfe Howe Dies; Lawyer, Historian Was 60 | News | The Harvard Crimson », sur www.thecrimson.com (consulté le )
  7. (en-US) David Matthews, « Book Review | 'Where Did You Sleep Last Night?: A Personal History,' by Danzy Senna », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le )
  8. À ne pas confondre avec sa tante Helen Howe, sœur de Mark de Wolf Howe
  9. a et b (en-US) « Fanny Howe on Race, Family, and the Line Between Fiction and Poetry | Literary Hub », sur lithub.com (consulté le )
  10. a et b (en-US) « Fanny Howe - University of Massachusetts Boston », sur www.umb.edu (consulté le )
  11. (en-US) « Fanny Howe », sur literature.ucsd.edu (consulté le )
  12. (en-US) « Graduate Courses Spring 1998 », sur literature.ucsd.edu (consulté le )
  13. a et b (en-US) « Bewildered in Boston – HiLobrow » (consulté le )
  14. Thomas Butler, « Fanny Howe's CATHOLIC: Moving on from T. S. Eliot's FOUR QUARTETS », The Explicator, vol. 72, no 3,‎ , p. 241–244 (ISSN 0014-4940, DOI 10.1080/00144940.2014.932739, lire en ligne, consulté le )
  15. (en-US) « Oxford by Fanny Howe », sur Poetry Foundation, (consulté le )
  16. (en-US) « New Oxford Review », sur www.newoxfordreview.org (consulté le )
  17. (en) « Simone Weil Avenue de Fanny Howe on Vimeo », sur player.vimeo.com (consulté le )
  18. (en) Howe, Christine, « Towards a poetics of hope: Simone Weil, Fanny Howe and Alice Walker », University of Wollogong Australia, University of Wollongong,‎ (lire en ligne, consulté le )
  19. (en-US) « In Interracial Family's Story, A Nation's Past », NPR.org,‎ (lire en ligne, consulté le )
  20. « Danzy Senna (auteur de Demi-teinte) - Babelio », sur www.babelio.com (consulté le )
  21. (en-US) « Danzy Senna's racial history -- is it just personal? », sur LA Times Blogs - Jacket Copy, (consulté le )
  22. (en-US) « Second Childhood by Fanny Howe », sur The Rumpus.net, (consulté le )
  23. (en-US) « Editor’s Pick: Second Childhood by Fanny Howe », sur World Literature Today, (consulté le )
  24. (en-US) Romana Huk, « "A single liturgy": Fanny Howe's "The Wedding Dress" », Christianity and Literature, Vol. 58, No. 4,‎ , p. 657-693 (37 pages) (lire en ligne)
  25. a et b « [poètes] Fanny Howe », sur Poezibao (consulté le )
  26. (en-US) « Guide to the Fanny Howe Papers, 1924-1993 », sur oac.cdlib.org (consulté le )
  27. a et b (en-US) « Literature Fellowships », sur www.arts.gov (consulté le )
  28. (en-US) « Griffin Poetry Prize | Fanny Howe », sur Griffin Poetry Prize (consulté le )
  29. (en) aapone, « Lenore Marshall Poetry Prize », sur Lenore Marshall Poetry Prize, (consulté le )
  30. (en) « Ruth Lilly Poetry Prize », Encyclopedia Britannica,‎ last updated: 6-7-2017 (lire en ligne, consulté le )
  31. « A Nameless Vocation: On Fanny Howe », The Nation,‎ (ISSN 0027-8378, lire en ligne, consulté le )
  32. (en-US) « The Winter Sun: Notes on a Vocation | Center for Literary Publishing », sur coloradoreview.colostate.edu (consulté le )
  33. Albert Gelpi, « Emily Dickinson's Long Shadow: Susan Howe & Fanny Howe », The Emily Dickinson Journal, vol. 17, no 2,‎ , p. 100–112 (ISSN 1096-858X, DOI 10.1353/edj.0.0185, lire en ligne, consulté le )
  34. (en) « Jacket 28 - October 2005 - Fanny Howe in conversation with Leonard Schwartz », sur jacketmagazine.com (consulté le )
  35. (en) « Jacket 25 - Scott Bentley - The Mastery of Mystery in Fanny Howe’s [SIC]" and "Forged" », sur jacketmagazine.com (consulté le )

Liens externesModifier