Famille Monjaret de Kerjégu

Famille Monjaret de Kerjégu
Période XVIIe siècle au XXIe siècle
Pays ou province d’origine Drapeau du duché de Bretagne Duché de Bretagne
Demeures Château de Kervoazec
Château de Trévarez
Château de Bienassis
Charges Député
Sénateur
Fonctions militaires Contre-amiral
Récompenses civiles Ordre de la Légion d'honneur

La famille Monjaret de Kergégu est une famille subsistante[1] d'ancienne bourgeoisie bretonne[2] originaire de Lanvollon, dans l'actuel département des Côtes-d'Armor.

OrigineModifier

Elle est connue en Bretagne depuis Guillaume Monjaret de Kergégu, avocat en la juridiction de Lanvollon[3].

PersonnalitésModifier

  • Noble homme Guillaume Monjaret, sieur de Kerjégu, avocat en la juridiction de Lanvollon en 1664. Il épouse Françoise du Mesnil[3].
  • Noble homme Gilles Monjaret, sieur de Kerjégu, lieutenant de la juridction de Lanvollon. Il épouse Catherine Blondel, fille de Mathurin Blondel[3].
  • Noble homme Jacques Montjaret, sieur de Kerjégu, né à Lanvollon vers 1692, procureur de la juridiction de Moncontour, miseur et maire de la ville de Moncontour, subdélégué de l'Intendance, député du Tiers aux États de Bretagne de 1740, mort à Moncontour le . Il épouse :
  1. à Moncontour, le , Marie-Madeleine Labbé,, décédée le , fille de Jean Labbé, sieur de L'Estang, et d'Élisabeth Le Bihan;
  2. à Hénansal, le , Françoise-Mathurine Verde, fille de maître François Verde, sieur de La Boulaye, et de Louise Brossard, dame de Noe[3].
  • Noble homme maître René-Jacques Monjaret, sieur de Kerjégu, né à Moncontour le , avocat en parlement, miseur et maire de Moncontour, député du Tiers et député à la Cour par les États de Bretagne, en 1788, pour obtenir l'élargissement des membres embastillés d'une première députation à la cour desdits États. Il épouse à Rennes, en 1775, Constance Blain de Saint-Aubin, fille de Joseph René-Jacques Blain, écuyer, sieur de Saint-Aubin, conseiller du roi et greffier en chef criminel au parlement de Bretagne, et de Jacquemine-Constance Cailleau[3].
  • François Félix Monjaret de Kerjégu, né le , député des Côtes-du-Nord de 1814 à 1830, chevalier de la Légion d'honneur, mort le à Plérin. Il épouse le , Marie Rouxel de Villeféron, fille de François Rouxel de Villeféron, armateur au Légué-Plérin, et de Marie Ohier[3].
    • François-Marie-Jacques Monjaret de Kejégu, né à Moncontour le , négociant à Brest de 1830 à 1870, conseiller municipal, président du tribunal et de la chambre de commerce de cette ville ; conseiller général du Finistère ; député de la circonscription de Brest extra-muros au corps législatif, en 1869, membre de la commission d'enquête pour la marine marchande, en ; député du Finistère à l'Assemblée nationale en , sénateur inamovible en 1876, catholique et monarchiste, chevalier de la Légion d'honneur et de l'Ordre de Léopold de Belgique? mort à Paris le . Il épouse Marie-Louise Le Guernalec de Keransquer, fille de Louis Le Guernalec de Keransquer, conseiller général de Finistère, et de Marie de Kercadiou[3].
    • Louis-Marie-Constant Monjaret de Kerjégu, né à Moncontour le , conseiller général et député catholique et légitimiste pour la 3e circonscription de Brest en 1876 et 1877, maire de Saint-Goazec, officier de la Légion d'honneur, mort à Brest le . Il épouse le , Juliette Lemonnier, fille de François-Marie Lemonnier et d'Adèle Bernard.[3].
    • Jules-Marie-Auguste Monjaret de Kerjégu, né à Moncontour le . Contre-amiral, commandeur de la Légion d'honneur, mort à Paris le . Il épouse le , Marie-Thérèse Rouxel de La Villeféron, fille de François Rouxel de La Villeféron, armateur au Légué, et de Marie-Thérèse Denis[3].
      • Jules Monjaret de Kerjégu, né au Légué-Plérin le , propriétaire du château de Bienassis en Erquy, épouse le , Anne-Marie de Keranflec'h-Kernezne, fille de Charles-Joachim-Guillaume et de Paule-Marie-Thérèse de Lambilly[3].

ArmesModifier

Le cachet (XVIIIe siècle) de Jacques-René Monjaret de Kejégu portait : d'azur aux lettres M. K. entrelacées, dans un cartouche timbré à neuf couronnes de perles.

GalerieModifier

Notes et référencesModifier

  1. Bottin Mondain, Levallois,2018, p.807
  2. Pierre-Marie Dioudonnat, Le Simili-Nobilaire Français, éd. Sédopols, 2012, p.581
  3. a b c d e f g h i j et k Henri de La Messelière, Filiations Bretonnes, éd. Prudhomme, Saint-Brieuc, 1922, T-4, p.74-76

Article connexeModifier