Falcon (évêque de Grenoble)

évêque de Grenoble
Falcon
Fonctions
Évêque diocésain
Diocèse de Grenoble (d)
à partir de
Évêque de Grenoble
-
Évêque catholique
Biographie
Naissance
Date et lieu inconnusVoir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Activité
Autres informations
Religion

Falcon, parfois Falque, mort vers 1266, est un évêque et prince de Grenoble du début de la seconde moitié du XIIIe siècle.

BiographieModifier

Les origines de Falcon, que l'on trouve aussi sous la forme Falque[1] (Falco[2],[3]), ne sont pas connues

Falcon est élu évêque et prince de Grenoble, très probablement cours de l'année 1250, succédant au chartreux Pierre III[2],[1],[4]. Le site Internet catholic-hierarchy.org donne l'année suivante[5]. Il administre l'Église de Grenoble, pendant seize année, jusqu'en 1266[2],[1],[4].

Auguste Prudhomme observe qu'il a cherché, sous son épiscopat, à accroitre son domaine temporel[1]. Il se charge cependant d'une réforme concernant l'organisation de l'hôpital fondé par saint Hugues[1]. L'établissement est désormais géré par un prieur assisté de deux chanoines[1].

Il est mentionné une première fois, selon le Regeste dauphinois, aux côtés de l'archevêque de Vienne, dans une lettre papale en date du [6],[7]. Innocent IV les invite à se rendre auprès du comte de Savoie, Amédée IV afin que ce dernier règle ses différents avec l'Église, sous peine d'excommunication et d'interdit[6],[7].

Peu après, sans que la date soit précisée, toujours aux côtés de l'archevêque de Vienne, ils vidiment la charte de franchises de Moirans (Dauphiné)[8].

En 1252, il fonde un prieuré augustin de Villard-Benoît, à Pontcharra[3],[9].

En , le pape lui écrit pour qu'il défende l'ordre des Chartreux[10]. La même année, à la suite de rancune ou discorde entre l'évêque, le Dauphin Guigues, et les habitants, les coseigneurs de Grenoble acceptent d'en faire la remise[11].

En 1259, il est à l'origine du changement de nom du prieuré en chartreuse de Parménie, où s'installer des moniales de Prémol[3],[9],[12].

Falcon semble mourir au commencement de l'année 1266[3],[1],[5]. Son obit est placé au [13].

Notes et référencesModifier

  1. a b c d e f et g Auguste Prudhomme, Histoire de Grenoble, Grenoble, A. Gratier, (lire en ligne), p. 118.
  2. a b et c Jules Marion, « Cartulaires de l'église-cathédrale de Grenoble, dits Cartulaires de saint Hugues », Bibliothèque de l'École des chartes, vol. 32, no 1,‎ , p. 107, 421 (lire en ligne, consulté en ).
  3. a b c et d Étienne Le Camus, Ulysse Chevalier, Catalogue des évêques de Grenoble, Grenoble, Imprimerie de Prudhomme, , 24 p. (lire en ligne).
  4. a et b Bligny, 1979, p. 329 (lire en ligne).
  5. a et b Bishop Falcon †, sur le site catholic-hierarchy.org.
  6. a et b Bruno Galland, « Un Savoyard sur le siège de Lyon au XIIIe siècle : Philippe de Savoie », Bibliothèque de l'École des chartes, nos 146-1,‎ , p. 31-67 (lire en ligne [PDF]).
  7. a et b Regeste dauphinois, p. 507, Tome 2, Fascicules IV - VI Acte no 8762 (lire en ligne).
  8. Regeste dauphinois, p. 516, Tome 2, Fascicules IV - VI Acte no 8814 (lire en ligne).
  9. a et b Albert du Boys, Vie de Saint Hugues, évêque de Grenoble, suivie de la vie d’Hugues II, son successeur ; d’un extrait 5 d’une biographie de S. Hugues, abbé de Léoncel, et d’une notice chronologique sur les évêques de Grenoble, Paris, Debébourt, , 342 p. (lire en ligne), p. 360-361.
  10. Regeste dauphinois, p. 533, Tome 2, Fascicules IV - VI Acte no 8919 (lire en ligne).
  11. Regeste dauphinois, p. 534, Tome 2, Fascicules IV - VI Acte no 8928 (lire en ligne).
  12. Regeste dauphinois, p. 630-631, Tome 2, Fascicules IV - VI Acte no 9550 (lire en ligne).
  13. Regeste dauphinois, p. 762, Tome 2, Fascicules IV - VI Acte no 10434 (lire en ligne).

Voir aussiModifier

  : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

BibliographieModifier

  • Bernard Bligny, Histoire des diocèses de France : Grenoble, vol. 12, Paris, Éditions Beauchesne, , 350 p. (ISSN 0336-0539).  .
  • Ulysse Chevalier, Regeste dauphinois, ou Répertoire chronologique et analytique des documents imprimés et manuscrits relatifs à l'histoire du Dauphiné, des origines chrétiennes à l'année 1349, Impr. valentinoise, .  .
  • Edmond Maignien, Notes historiques sur l'évêché de Grenoble de 1237 à 1338 : Pierre II Equa, Pierre III, Pierre Falques, Guillaume II, Guillaume III de Royn, Guillaume IV de Royn, Grenoble, Imprimerie de Prudhomme, , 19 p..

Articles connexesModifier

Liens externesModifier