Ouvrir le menu principal

Félicette

premier chat envoyé dans l'espace
Felicette
Informations
Espèce
Couleur
Sexe
Date de naissance
inconnue
Lieu de naissance
Date de décès
1964
Lieu de décès
Cause de décès
Euthanasiée pour études
Occupation
Fait notable
Premier chat mis en orbite autour de la Terre et récupéré vivant

Félicette est une chatte connue pour être l'unique félin envoyé dans l'espace et récupéré avec succès. Son bref séjour a eu lieu le dans une fusée Véronique AGI no 47, lancée à h 9 du Centre interarmées d'essais d'engins spéciaux, à Hammaguir, dans le Sahara algérien. Félicette faisait partie du programme de biologie spatiale à Hammaguir supervisé par le Centre d’enseignement et de recherche de médecine aéronautique.

Sommaire

Programme de biologie spatialeModifier

 
Une fusée Véronique en 1953.
Article connexe : Biologie spatiale à Hammaguir.

Félicette fait partie d'un programme avec quatorze autres chats visant à améliorer les connaissances en biologie spatiale sous la conduite du médecin général des armées Robert Grandpierre[1]. Après trois lancements réussis de rats (dont le plus notable fut le rat Hector sur Véronique AGI n° 24), il décide de mobiliser un chat, car c'est l'animal le plus utilisé en neurophysiologie[2]. Le programme d'entraînement comprend de nombreuses séances de conditionnement afin d'habituer les chats aux vols spatiaux : immobilisation dans une boîte pendant plusieurs heures, accoutumance au bruit de la fusée et aux vibrations, séance en centrifugeuse[3].

Six chats sont présélectionnés parmi les membres du programme[3]. Certaines sources parlent d'un chat de gouttière de Paris, appelé Félix, choisi pour le vol spatial, mais qui se serait enfui, ou qui n'aurait jamais existé[4]. Comme l'a confirmé le Dr Gérard Chatelier, qui a œuvré au sein du CERMA en 1963, il n'y avait pas de chat s'appelant officiellement « Felix » dans le programme, certainement pas le chat tigré communément associé à ce dernier et encore moins Félicette elle-même. Il n'y a aucune information connue ou fiable sur le nom ou l'apparence du chat du vol n° 50.

Félicette est une chatte noir et blanc. Le nom de « Félicette » est une référence à Félix le Chat[3].

Le , elle est placée dans une capsule spéciale sur la fusée Véronique AGI n° 47[5], à partir de du CIEES d'Hammaguir. Le tir s’effectue à 8 h 9. Félicette est récupérée vivante après 10 min 32 s de vol (Ho + 633sec) [2] dont cinq minutes en impesanteur[6] après avoir culminé à 157 km d'altitude[2]. L'état de santé du félin, qui a subi 9,5 g[2], était surveillé au moyen d'encéphalogramme[3]. Elle est récupérée, en bonne santé, treize minutes après que sa capsule est retombée à 2,4 km du pas de tir (pour un point initialement prévu à 65 km)[2].

Les scientifiques étudient l'animal pendant deux à trois mois dans un laboratoire puis l'euthanasient en 1964 pour récupérer les électrodes implantées dans son cerveau[7],[8]. Ces électrodes ont permis d'avoir des données sur son activité cérébrale et de mettre en évidence un état de somnolence appelé « inhibition centrale ». Cet état serait dû à une perte de référence sensorielle. Les scientifiques ont pensé pendant un temps que cet état apparaîtrait également chez l'Homme, mais cela n'a pas été le cas. Peut-être à cause du fait que les astronautes sont occupés à diverses tâches et en contact permanent avec d'autres personnes [9].

Un second chat est envoyé vers l'espace le avec la fusée Véronique AGI n° 50, le 24 octobre 1963 (après deux annulations météo), mais la fusée est déviée dès le départ, à cause d'un incident de guidage, et s'écrase à 120 km du pas de tir dans le djebel[2]. La capsule fut localisée le lendemain et récupérée le 26 octobre. L'animal n'avait pas survécu[5].

ReprésentationsModifier

PhotoModifier

Une photographie souvenir de Félicette a été prise à son retour sur Terre. Destinée aux équipes qui ont travaillé sur le projet, la carte porte la mention « Merci pour votre participation à mon succès du  »[6].

PhilatélieModifier

Article connexe : Philatélie thématique.

Félicette a été représentée plusieurs fois en philatélie, avec des erreurs de photographies. Les Comores sortent un timbre en 1992[4]. Le Tchad consacre un timbre et une planche à « Félix le chat » dans une série sur la recherche spatiale en 1997[10],[4].

PostéritéModifier

Un reportage sur les aventures de Félicette est produit et diffusé par la RTF le . Il est réalisé à partir des images du Centre d'études et de recherches de médecine aérospatiale (CERMA) et comprend différentes interviews des membres du projet[3].

En octobre 2017, une campagne participative est créée sur Kickstarter pour financer l'érection d'une statue de bronze à l’effigie de Félicette ; elle récolte environ 43000 livres sterling (49000 euros). Conçue par la sculptrice britannique Gill Parker, spécialiste des bronzes animaliers, la statue devrait faire environ 1,50 m de haut et être érigée à Paris[11],[12].

Le club d'astronomie étudiant UPS de l'Université Toulouse-III-Paul-Sabatier donnera le nom de Félicette à l'observatoire astronomique semi-professionnel qu'il compte mettre sur pied en 2021. Félicette sera équipé d'un télescope de type Dall-Kirkham de 500 mm de diamètre, avec une distance focale de 3500 mm, monté sous un dôme motorisé de 3,90 m de diamètre. Il s'agira du première observatoire français administré par des étudiants[13],[14].

Notes et référencesModifier

  1. « GRANDPIERRE Robert 1903-1984 », sur La Médecine à Nancy depuis 1972 (consulté le 25 mai 2016).
  2. a b c d e et f « Études neurophysiologiques sur les chats en apesanteur par le CERMA », sur Les cinquante ans de nos premières années dans l'espace (consulté le 25 mai 2016).
  3. a b c d et e « Félicette, la 1re chatte astronaute », sur ina.fr, Institut national de l'audiovisuel (consulté le 5 février 2014).
  4. a b et c (en) Patrick Roberts, « Félicette, the space cat… and Félix, who didn't exist », sur Purr-n-fur.org.uk (consulté le 5 février 2014).
  5. a et b (en) Tara Gray, « A Brief History of Animals in Space », sur history.nasa.gov, National Aeronautics and Space Administration, (consulté le 5 février 2014).
  6. a et b « Les précurseurs - Chatte Félicette », sur Le Musée imaginaire de l'Espace, Centre national d'études spatiales (consulté le 5 février 2014).
  7. (en) Allison Meier, « Crowdfunding a Memorial to Félicette, the First Cat Astronaut », sur hyperallergic.com, .
  8. Nelly Lesage, « Félicette, la première chatte revenue de l'espace, va avoir une statue à son effigie », sur Numerama, (consulté le 1er mars 2019).
  9. Anne-Sophie Tassart, « Le 18 octobre 1963, la chatte Félicette était envoyée dans l'espace », sur sciencesetavenir.fr, Sciences et Avenir, (consulté le 18 octobre 2017)
  10. (en) « Chad Domestic Cats », sur catstamps.org, Cat Stamps, (consulté le 5 février 2014).
  11. (en) A statue to Félicette, the first cat in space., Kickstarter.
  12. Bientôt une statue à Paris en l'honneur de Félicette, la chatte astronaute ?, Sciences et Avenir, 7 déc. 2017.
  13. (en) « Observatory » [archive du ], sur UPS in space (consulté le 26 juin 2019)
  14. « Un observatoire sur le campus pour étudier l'univers » [archive du ], sur La Dépêche, (consulté le 26 juin 2019)

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • G. Chatelier et coll., « Réactions de l’activité cérébrale et des fonctions végétatives chez des animaux placés dans un champ de gravitation nulle – Résultats des expériences biologiques en fusées portant sur deux chats (Hammaguir, octobre 1963) », Rapport no 910/CERMA,‎ , p. 29
  • J. Timbal, « Biologie Spatiale à Hammaguir. La chance de la chatte « Félicette » », Médecine aéronautique et spatiale, vol. 159, t. 42,‎ , p. 29-35

Articles connexesModifier

Liens externesModifier