Ouvrir le menu principal

Fédération bancaire française

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir FBF.
Fédération bancaire française
upright=Article à illustrer Organisation
Cadre
Type
Siège social
Pays
Organisation
Président
Direction
Benoît de La Chapelle-Bizot (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web

La Fédération bancaire française (FBF) est l’organisation professionnelle qui représente toutes les banques installées en France. Elle compte 340 entreprises bancaires adhérentes de toutes tailles françaises ou étrangères dont 115 banques étrangères (au 1er septembre 2019).

Les banques françaises en quelques chiffresModifier

En 2018, selon la FBF, les banques françaises regroupaient 36 519 agences employant 362 800 salariés et qui recrutent environ plus de 42 300 personnes par an. Ces agences gèrent un total de 79 millions de comptes à vue, 1 037 milliards d’euros de crédits[1], et 1 770 milliards d’euros de dépôts[1]. Plus de 21 milliards d’opérations de paiement sont traitées par an. 58 480 distributeurs automatiques de billets sont répartis sur le territoire français[2].

Les banques françaises produisent environ 3 % du PIB national depuis 10 ans.

Le « secteur bancaire français », au sens exact, s'est élargi à d'autres entités économiques que les banques.

Avec 67 % d'opinions favorables, l'image des banques françaises est à son meilleur niveau depuis 2007 et confirme son amélioration régulière avec un gain d'opinions favorables de 15 points depuis 2010. Par ailleurs 78 % des sondés se disent satisfaits de leur banque. Selon l'Observatoire de l'image des banques 2015 réalisé par BVA pour la Fédération Bancaire Française (FBF), une majorité de Français a confiance en la solidité des banques pour faire face à d'éventuelles crises à venir. Ce rapport montre également que 74 % des personnes interrogées estiment que les banques sont des acteurs clés du financement de l'économie. Deux tiers des Français estiment que les banques proposent des offres variées, permettant de financer leurs projets à titre personnel ou professionnel[3].

Missions de la FBFModifier

La FBF promeut l’activité bancaire et financière sur les marchés français, européens et internationaux, et définit les positions et propositions de la profession vis-à-vis des pouvoirs publics et des autorités du domaine économique et financier. Elle diffuse également des normes, bonnes pratiques et recommandations professionnelles et met son expérience à la disposition de ses membres. La FBF a aussi pour mission d’informer les banques adhérentes de toute question relative à leurs activités.

Organisation de la FBFModifier

La FBF est chargée de trois grandes missions, que reflète son organisation en trois pôles :

Études et activités bancaires et financièresModifier

Ce pôle regroupe l’ensemble des expertises professionnelles et anime les commissions et les comités de la FBF : banque de détail et banque à distance, banque d’investissement et de marchés, règles prudentielles et de contrôle, systèmes et moyens de paiement, juridique et fiscal...

Ce pôle assure la négociation et la coordination avec les pouvoirs publics, les administrations centrales et les autorités de régulation, au niveau français comme au niveau européen.

Information et relations extérieuresModifier

La mission de ce pôle est d’anticiper les évolutions de l’environnement politique, économique et social, de promouvoir le secteur bancaire et ses entreprises dans la société et d’assurer l’information de tous les publics de la banque.

Ce pôle est chargé des affaires publiques, tant sur le plan national que régional : relations avec le monde politique, les parlementaires, les médias, les consommateurs, les jeunes et le monde enseignant, les autres professions et associations... Il assure l’information des entreprises bancaires et l'animation des comités FBF en région.

Affaires européennes et internationalesModifier

Ce pôle, installé à Paris et à Bruxelles, assure :

  • les relations avec les institutions de l’Union européenne et les organisations représentatives de l’activité bancaire et financière en Europe ;
  • le suivi des questions internationales hors Union européenne et des relations avec l’ensemble des associations bancaires mondiales ;
  • le suivi des dossiers spécifiques aux banques sous contrôle étranger implantées en France.

Pédagogie bancaire et financièreModifier

Un site internet, lesclesdelabanque.com, propose des informations pratiques sur la banque, utiles au quotidien : le compte, les moyens de paiement, l'épargne, les crédits et également la gestion du budget et la prévention des difficultés.

La FBF est également membre des associations suivantes :

GouvernanceModifier

Depuis le 30 octobre 2019, Benoît de La Chapelle-Bizot est le directeur général par interim de la FBF.

PrésidentsModifier

La présidence tourne chaque année, au 1er septembre et est assurée par le dirigeant d’une des banques membres du comité exécutif la Fédération. Depuis le 1er septembre 2019, elle est assurée par Frédéric Oudéa, directeur général de la Société générale[4].

Aspects critiquesModifier

La Fédération Bancaire Française exerce légitimement, du fait de ses missions, le lobby collectif des banques françaises (la "promotion du modèle bancaire français")[5]. Ses prises de positions, nombreuses et actives, sont nécessairement prises dans le sens de l'intérêt des établissements qui la composent.

Or, avec les crises successives, le débat sur la place, sur les missions et sur l'encadrement des banques s'est installé dans la société.

Le débat entre l'intérêt des banques et l'intérêt collectif est ouvert[6].

  • Par exemple, nombre d'économistes réclament la "séparation bancaire", c'est-à-dire, la séparation des activités de banque de détail et des activités financières (ou "des banques de dépôts et des banques d'investissement"[7],[8],[9]

La FBF est très farouchement opposée à cette organisation bancaire. différente[10],[11]

  • Autre exemple : la proximité entre la FBF et les responsables publics peut poser question. Le nouveau directeur général délégué de la FBF nommé en novembre 2014 a effectué toute sa carrière dans le service public (Commission bancaire, représentation auprès de l'Union européenne), au service de l'intérêt général[12].

Le nouveau responsable des questions de supervision bancaire (novembre 2014) est issu de l'Autorité de contrôle prudentiel et de résolution, "gendarme" et "juge" des banques[13].

  • Autre exemple : la pression à la vente de cautionnements bancaires. Les associations de consommateurs critiquent le manque de mobilité dans l'assurance emprunteur (l'assurance couvrant les crédits immobiliers, par exemple)[14].

Des associations professionnelles d'intermédiaires (d'Iobsp et d'IAS[Quoi ?]), autres agents économiques de la distribution bancaire, aux-côtés des banques, ont mis en place un site consacré à l'évaluation de cette mobilité[15].

  • Autre exemple : la transparence des données bancaires[16].
  • Représentation bancaire : si la FBF centralise la représentation des banques, elle ne peut prétendre à représenter le secteur bancaire français. En effet, celui-ci est désormais composé également d'autres agents, tels que les distributeurs de crédits (Intermédiaire en opérations de banque et en services de paiement, ou courtiers en crédit). Ces distributeurs disposent de leurs propres associations professionnelles (APIC et AFIB, pour les plus représentatives).

Activité de lobbyingModifier

Auprès de l'Assemblée nationaleModifier

La FBF est inscrite comme représentant d'intérêts auprès de l'Assemblée nationale. Elle déclare à ce titre en 2013 un budget global de 22 millions d'euros, et indique que les coûts annuels liés aux activités directes de représentation d'intérêts auprès du Parlement sont compris entre 250 000 et 300 000 euros[17].

Auprès des institutions de l'Union européenneModifier

La FBF est inscrite depuis 2009 au registre de transparence des représentants d'intérêts auprès de la Commission européenne. Elle déclare en 2015 pour cette activité 5 collaborateurs à temps plein et des dépenses d'un montant compris entre 900 000 et 1 000 000 euros[18].

Notes et référencesModifier

  1. a et b Source : Banque de France- chiffres à décembre 2011
  2. http://www.fbf.fr/fr/espace-presse/chiffres-cles/le-secteur-bancaire-francais---faits-et-chiffres-2016
  3. http://www.fbf.fr/fr/files/9Y8ESG/Observatoire-image-banques-2015.pdf
  4. « Frédéric Oudéa (Soc Gen), nouveau patron du lobby bancaire FBF », sur La Tribune (consulté le 10 juillet 2019)
  5. https://www.lesechos.fr/finance-marches/banque-assurances/02138427736-lobbying-les-banques-qui-depensent-le-plus-a-bruxelles-1115476.php
  6. http://www.editionslesliensquiliberent.fr/livre-Le_livre_noir_des_banques-446-1-1-0-1.html
  7. https://www.lemonde.fr/politique/article/2013/02/06/ce-qu-il-reste-de-la-reforme-bancaire-de-francois-hollande_1827317_823448.html
  8. http://www.financewatch.org/ifile/Publications/Responses/120601-Finance-Watch-response-to-consultation-on-EU-banking-structure.pdf
  9. https://www.lesechos.fr/07/06/2012/lesechos.fr/0202103398179_un-bureau-d-analystes-prone-la-separation-des-banques-de-depots-et-de-marche-en-france.htm
  10. https://www.lesechos.fr/finance-marches/banque-assurances/021148377658-un-scandale-pour-les-banques-francaises-1129631.php
  11. https://www.francetvinfo.fr/france/comment-le-lobby-bancaire-a-depouille-la-reforme-hollande_189845.html
  12. http://www.fbf.fr/fr/espace-presse/communiques/2-cadres-dirigeants-rejoignent-la-fbf
  13. http://www.fbf.fr/fr/espace-presse/communiques/bertrand-lussigny-succede-a-jean-paul-caudal
  14. http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2014/09/22/97002-20140922FILWWW00163-immol-ufc-s-attaque-au-cautionnement-bancaire.php
  15. http://www.argusdelassurance.com/intermediaires/courtiers-cgpi/assurance-emprunteur-les-intermediaires-invites-a-temoigner-sur-les-equivalences-de-garanties.96210
  16. https://www.marianne.net/lobbying-banques-cacher-leurs-donnees-100233970.html
  17. « Tableau des représentants d'intérêts », sur www.assemblee-nationale.fr (consulté le 19 octobre 2016)
  18. « Registre de transparence », sur europa.eu (consulté le 19 octobre 2016)

Voir aussiModifier