Ouvrir le menu principal

Exupère de Bayeux

évêque de Bayeux, saint chrétien
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Exupère.

Exupère de Bayeux
Image illustrative de l’article Exupère de Bayeux
Saint Exupère, cathédrale de Bayeux
Biographie
Décès
Évêque de l’Église catholique
Évêque de Bayeux

Exupère de Bayeux (Exuperius) ou Saint Spire, fut le premier évêque de Bayeux.

Sommaire

BiographieModifier

La vie d'Exupère de Bayeux est peu connue. Selon la légende, il serait né à Rome dans une famille riche et noble et aurait été envoyé en mission d'évangélisation dans le Bessin par le pape Clément Ier dès le Ier siècle[1]. Il aurait combattu les Idolâtres qui tenaient leur culte dans la forêt couvrant le mont Phaunus, à l'ouest de Bayeux[2]. Parmi les miracles attribués à Exupère de Bayeux, il aurait délivré du mal sept démoniaques par la prière, ce qui aurait provoqué de nombreuses conversions au christianisme, dont celle de Regnobert, son futur successeur[3]. Exupère aurait alors joui d'une réputation importante de guérisseur miraculeux dans le Bessin, attirant de nombreuses personnes dans sa chapelle bayeusaine. Il aurait à nouveau délivré sept démoniaques du mal, entraînant une nouvelle vague de conversions, dont celle de saint Zenon de Bayeux, qu'il éleva au rang d'archidiacre.

 
Saint-Thois : l'église paroissiale Saint-Exupère

Dans ses Études sur les origines de l'évêché de Bayeux, Jules Lair dément les connaissances légendaires sur la vie d'Exupère de Bayeux basées sur des écrits postérieurs et peu fiables, dont la fausse Vie de saint Regnobert, deuxième évêque de Bayeux. Jules Lair situe l'existence d'Exupère aux alentours de 340. Comme beaucoup d'évêques des premiers temps de l'évêché de Bayeux, Exupère de Bayeux fut d'abord inhumé en l'église Saint-Exupère de Bayeux (l'édifice actuel fut reconstruit au XIXe siècle au même endroit que l'ancienne, en ruine). Avec les invasions normandes du IXe siècle, ses reliques furent transportées de Bayeux au château de Palluau, puis en la collégiale Saint-Spire de Corbeil par le comte Haymon au Xe siècle[4]. Vers 1454, le roi Charles VII fit prélever sur les reliques conservées à Corbeil une relique destinée à enrichir le trésor de la Sainte-Chapelle[5]. Celles conservées à Corbeil seront jetées à la Seine par les révolutionnaires en 1793[6]. Un plat en argent dit missorium datant probablement de la fin du IVe siècle, trouvé en 1729 en Angleterre et aujourd'hui disparu indiquait l'inscription « Exuperius episcopus Ecclesiae Bogiensi dedit ». Il est peut-être parvenu en Angleterre à la suite du pillage de la cathédrale de Bayeux en 1106 par Henri Ier Beauclerc[7].

Une église lui est dédiée à Bayeux ainsi qu'une paroisse dans le Bessin (Paroisse Saint-Exupère en Bessin).

C'est un saint chrétien célébré le 1er août[8],[9].

Il est honoré en Bretagne, particulièrement à Dinéault (Finistère) sous les noms de saint Dispar (sant Dispar en breton) ou saint Ispar (sant Ispar en breton)[10], ainsi qu'à Saint-Thois, également dans le Finistère.

RéférencesModifier

  1. Hermant 1705, p. 1-2.
  2. Hermant 1705, p. 2.
  3. Hauldemond 1708.
  4. « Découvrir la cathédrale Saint-Spire de Corbeil », sur secteurcorbeilstgermain.catholique.fr (consulté le 28 mai 2019).
  5. [Grandmaison 1791] Aubin-Louis Millin, Antiquités Nationales ou Recueil de monumens pour servir à l'Histoire générale et particulière de l'Empire François, tels que Tombeaux, Inscriptions, Statues, Vitraux, Fresques, etc.; tirés des Abbayes, Monastères, Châteaux et autres lieux devenus Domaines Nationaux, t. 2, Paris, Drouhin, . Partie XXII (26 pages consacrées à Saint-Spire de Corbeil).
  6. Honoré Fisquet, « La France pontificale (Gallia christiana), histoire chronologique et biographique des archevêques et évêques de tous les diocèses de France depuis l'établissement du christianisme jusqu'à nos jours, divisée en 18 provinces ecclésiastiques », tome 2 des volumes consacrés au diocèse de Paris « Doyens, grands-aumôniers, abbayes, etc. », pages 592 à 596 consacrées à l'abbaye Saint-Spire de Corbeil, Éditions Repos, Paris, 1864-1874.
  7. Elisabeth Deniaux, Claude Lorren, Pierre Bauduin et Thomas Jarry, La Normandie avant les Normands : de la conquête romaine à l’arrivée des Vikings, Rennes, Éditions Ouest-France, coll. « Université », (ISBN 2-7373-1117-9), p. 320
  8. nominis.cef.fr Nominis : Saint Exupère de Bayeux.
  9. www.forum-orthodoxe.com Forum orthodoxe francophone : Saints pour le 1er août du calendrier ecclésiastique.
  10. « Chapelle Saint-Exupère, Sant-Dispar ou Sant-Ispar »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Bretagne > Finistère > Dinéault, sur patrimoine.region-bretagne.fr (consulté le 28 mai 2019).

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • [Beaupied 1735] Jean François Beaupied, Les vies et miracles de St. Spire et st. Leu, evesques de Bayeux, sur books.google.fr (lire en ligne).
  • [Hauldemond 1708] Michel de Hauldemond, Vies de S. Exupere ou Spire et S. Leu, éd. Ballard, 1708, sur books.google.fr (lire en ligne).
  • [Hermant 1705] Jean Hermant, Histoire du diocèse de Bayeux, éd. Pierre F. Doublet, 1705, sur books.google.fr (lire en ligne), p. 1-2.
  • [Lair 1863] Jules Lair, « Études sur les origines de l'évêché de Bayeux » (deuxième article), Bibliothèque de l'École des chartes, no 24,‎ 1863, p. 281-323 (lire en ligne [sur persee], consulté le 27 mai 2019).

Articles connexesModifier