Eugène-Emmanuel Mermet-Cachon

prêtre et japonisant français
Page d’aide sur l’homonymie Pour les articles homonymes, voir Mermet.
Eugène-Emmanuel Mermet-Cachon
Eugene-mermet-cachon.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 60 ans)
CannesVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nationalité
Activités
Autres informations
Religion

Né le au lieu-dit Le Cernetrou à La Pesse dans le Haut-Jura, Eugène-Emmanuel Mermet-Cachon est un prêtre missionnaire et spécialiste français du Japon.

BiographieModifier

Eugène-Emmanuel Mermet-Cachon entre au séminaire des Missions Étrangères, rue du Bac à Paris, le , où il est ordonné prêtre le .

Le , moins de deux mois après son ordination, Eugène-Emmanuel est envoyé à Hong Kong, il a 27 ans.

Il s’embarque sur le « Sybille » avec les Pères Furet (ja) et Girard (ja) et arrive le à Naha, aux îles Riou-Kiou, archipel japonais (île principale Okinawa), le père Mermet-Cachon étudie durant deux ans le japonais.

Grâce à ses connaissances de la langue, il est utilisé pour une mission du Baron Gros, chargé de nouer officiellement des relations entre la France et le Japon. Malgré d’importantes difficultés, les efforts du Baron Gros, envoyé de Napoléon III, aboutissent, le premier traité d’amitié et de commerce franco-japonais est signé le .

En 1859, le Père Mermet-Cachon se rend à Hakodaté, principale ville de l’île de Hokkaidō où il ouvre en , une école de français, mais son important projet d’hôpital et d’école n’aboutiront pas, faute de moyens. Déçu et humilié, diminué par la maladie, il quitte Hakodaté au cours de l’année 1863.

De retour à Paris en 1864, il abandonne la prêtrise et les Missions Étrangères pour entreprendre des travaux d’érudition.

Il publie son ouvrage sous le nom Mermet de Cachon, Les Aïnous, langue, mœurs, religion et prépare la publication du premier dictionnaire français-anglais-japonais.

En 1867, il sert d’interprète entre Napoléon III et Yoshitaké lors de l’Exposition universelle à Paris.

Il ne retournera jamais au Japon, il quittera Paris pour le midi de la France et se serait marié.

Il meurt à Cannes le , à l'âge de 61 ans et est inhumé au cimetière du Père-Lachaise (49e division).

SourceModifier

Notes et référencesModifier

BibliographieModifier

  • Numa Broc, Dictionnaire des explorateurs français du XIXe siècle, T.2, Asie, CTHS, 1992, p. 327-328
  • E-E. Mermet-Cachon, Chez les Aïnos du fleuve Amour, in Gilles van Grasdorff, À la découverte de l'Asie avec les Missions étrangères, Omnibus, 2008 (ISBN 978-2-258-07693-8), p. 771-788

FilmographieModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :