Eosimias

genre de mammifères

Eosimias (littéralement « singe de l'aube ») est un genre éteint de Primates de la famille des Eosimiidae, considérée comme une famille basale de singes.

ClassificationModifier

Phylogénie des infra-ordres actuels de primates, d'après Perelman et al. (2011)[1] :

Primates 
 Haplorrhini 

Simiiformes (singes)



Tarsiiformes (tarsiers)



 Strepsirrhini 

Lorisiformes (loris, galagos…)




Chiromyiformes (l'aye-aye)



Lemuriformes (lémuriens)





K. Christopher (Chris) Beard, chef de l'équipe qui a découvert Eosimias sinensis et l'a décrit en 1994, classe Eosimias dans un groupe archaïque au sein des Simiiformes[2].

EspècesModifier

Le genre Eosimias comprend quatre espèces :

  • Eosimias sinensis, découverte en Chine en 1994
  • Eosimias centennicus, découverte en Chine en 1994[3]
  • Eosimias dawsonae
  • Eosimias paukkaungensis

Premiers singesModifier

Environ 16 espèces de singes primitifs ont habité la Chine à l'Éocène et les éosimidés figurent parmi les plus anciens singes connus dans le monde, datés de 45 à 42 millions d'années, pendant l'Éocène. Plusieurs autres singes archaïques ont été découverts dans les mêmes gisements où l'on avait trouvé les fossiles d'éosimidés, qui conduisent à penser que les singes sont apparus en Asie[4],[5].

Ces premiers singes auraient gagné l'Afrique il y a environ 38 millions d'années, puis rejoint avant la fin de l'Éocène les Amériques, embarqués peut-être sur des grands radeaux faits d’entrelacs de troncs d’arbres et de branches issus de tempêtes ou de crues à l'embouchure des grands fleuves africains[6]. Les singes américains forment les platyrrhiniens, ou singes du Nouveau Monde.

La Grande Coupure, il y a 34 millions d'années, est marquée par un refroidissement rapide qui a un impact important sur la flore et les faunes, et entraine l'extinction des éosimidés.

Notes et référencesModifier

  1. (en) P. Perelman, W. E. Johnson, C. Roos, H. N. Seuánez, J. E. Horvath, M. A. M. Moreira, B. Kessing, J. Pontius, M. Roelke, Y. Rumpler, M. P. Schneider, A. Silva, S. J. O'Brien et J. Pecon-Slattery, « A molecular phylogeny of living primates », PLoS Genetics, vol. 7, no 3,‎ , e1001342 (PMID 21436896, PMCID 3060065, DOI 10.1371/journal.pgen.1001342, lire en ligne)
  2. (en) Beard, Chris. (2004). The Hunt for the Dawn Monkey. University of California Press, Berkeley.
  3. (en) Beard KC, Tong Y, Dawson MR, Wang J, et Huang X, « Earliest complete dentition of an anthropoid primate from the late middle Eocene of Shanxi province, China », Science, vol. 272,‎ , p. 82–85
  4. (en) A New Primate from the Middle Eocene of Myanmar and the Asian Early Origin of Anthropoids
  5. (en) Skulls and anterior teeth of Catopithecus (primates:Anthropoidea) from the Eocene and anthropoid origins
  6. Francis Duranthon, Histoires de mammifères, Editions Bréal, , p. 63.

Article connexeModifier