Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Erdoğan.

Emine Erdoğan
Portrait officiel d'Emine Erdoğan.
Portrait officiel d'Emine Erdoğan.
Première dame de Turquie
Depuis le
(4 ans, 10 mois et 21 jours)
Prédécesseur Hayrünnisa Gül
Biographie
Nom de naissance Emine Gülbaran
Date de naissance (64 ans)
Lieu de naissance Üsküdar, Istanbul (Turquie)
Conjoint Recep Tayyip Erdoğan (1978-)
Université École secondaire professionnelle à Istanbul

Emine Erdoğan, née Emine Gülbaran le à Üsküdar (Istanbul), est l'épouse du président de la République de Turquie Recep Tayyip Erdogan et à ce titre Première dame de Turquie.

Sommaire

BiographieModifier

Ses parents, d'origine arabes, viennent de région de Siirt, elle grandit à Istanbul dans le quartier ultra-conservateur de Fatih, dans une famille pieuse et modeste de 5 enfants, où elle est la benjamine[1]. Elle aurait étudié à l'école d'art Mithat Pasa Aksam mais n'est pas titulaire d'un diplôme[2].

En 1977, elle rencontre Recep Tayyip Erdogan lors d'un meeting du parti islamiste Selamet, alors qu'elle militait au sein d'une organisation féminine proche, l'Association des femmes idéalistes (mouvement proche des Loups gris). Ils sont parents de deux fils et de deux filles. Ces deux dernières sont également voilées et ont suivi leurs études aux États-Unis, le voile étant interdit dans les universités turques à l'époque de leur scolarisation[2].

Première dameModifier

 
Emine Erdoğan avec la Première dame américaine Michelle Obama dans le Yellow Oval Room, à la Maison-Blanche, le 8 décembre 2009.

En tant que Première dame, elle soutient son mari dans son combat politique[3]. Si elle accorde peu d'interviews, elle n'est cependant pas cantonnée à la sphère privée. Depuis que son mari est devenu Premier ministre en 2003 puis président en 2014, elle participe à des assemblées, à des visites à l'étranger, notamment dans des pays musulmans, ainsi qu'à des voyages humanitaires, posant en photographie avec des femmes et des enfants ou distribuant des cadeaux dans les quartiers défavorisés[2].

En 2004, alors qu'elle devait initialement accompagner Recep Tayyip Erdogan en visite en France, elle aurait finalement renoncé pour protester contre l'adoption de la loi sur les signes religieux dans les écoles publiques françaises. D'autres rumeurs indiquent que le président français Jacques Chirac aurait conseillé au chef de gouvernement turc de venir seul, afin de ne pas donner d'arguments aux opposants à l'entrée de la Turquie dans l'Union européenne, en raison du voile islamique de son épouse, qui cristallise les critiques, notamment en Turquie parmi les milieux laïques[2].

On lui prête une certaine influence politique, notamment en ce qui concerne les prises de position rétrogrades du Premier ministre puis président truc : ainsi en 2004, elle supervise la liste des candidats AKP pour les élections municipales. La même année, elle aurait convaincu son époux de rendre l'adultère passible d’une peine de prison, après des demandes en ce sens de députées AKP. La proposition fait un tollé et est finalement retirée[2].

Pour la journaliste Mine G. Kırıkkanat, « elle se mêle absolument de tout ce qu'elle peut. Son mari la remet à sa place de temps en temps par des gestes sans équivoque. Elle hoche tout le temps la tête et énerve tout le monde avec ça ». La journaliste a par ailleurs été censurée pour avoir brossé un portrait satirique de la Première dame dans le journal turc Vatan[2].

Sa présence suscite parfois des critiques, comme celles du député d'opposition de gauche Kamer Genç, qui lors d'une réception à l'ambassade du Japon à Ankara en 2013 interpelle plusieurs fois la Première dame : « Quel titre vous permet de parler ainsi ? Vous n’avez aucune position dans le protocole d’État ! ». Elle a également été critiquée pour son goût du luxe, notamment pour le thé blanc (qui peut coûter jusqu'à 1800 € le kilo) ou pour avoir fait privatiser plusieurs magasins de l'avenue Louise, à Bruxelles, pendant une visite en 2015[2].

Son style vestimentaire est austère et moderne à la fois. Ouest-France note ainsi qu'elle porte par exemple une « jupe longue mais cintrée à la taille, chemisier serré jusqu’aux poignets mais chaussures à hauts talons », la sociologue Nilüfer Göle estimant que cette mode n'est ni occidentale, ni « dans les habitudes des femmes anatoliennes ou musulmanes des années 1970 »[2].

Prises de positionModifier

 
Emine et Recep Tayyip Erdogan en viste en Équateur, le 3 février 2016.

Attachée aux valeurs familiales, « elle est toujours dans un discours conservateur associant la femme à une mère » estime la journaliste Mine G. Kırıkkanat[2].

Elle soutient l'accession des femmes au monde des affaires. Elle a organisé une conférence internationale sur ce sujet avec les épouses de dirigeants de pays de la région.

Si elle n'est pas féministe, elle milite cependant pour l'intégration des femmes à la vie politique, souhaite que les femmes non voilées côtoient les voilées et critique les crimes d'honneur et le mariage des enfants[2].

En avril 2016, elle déclare que « le harem était une "école de la vie" », suscitant de nombreuses critiques[4].

Notes et référencesModifier

AnnexesModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :