Emil Post

mathématicien américain

Emil Leon Post (né le à Augustów et mort le à New York) est un mathématicien américain né sur le territoire de l'actuelle Pologne dans une famille juive. Il est à l'origine du problème de correspondance de Post[1].

Emil Post
Emil Leon Post.jpg
Emil Leon Post
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 57 ans)
New YorkVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Domaine
Directeur de thèse

Il a également publié en 1921 une étude exhaustive des clones des algèbres à deux éléments.


BiographieModifier

Emil Post est né en Pologne en 1897 sous le nom de Postawelski, il émigre avec sa famille vers les États-Unis en 1904 où son nom est américanisé.

Il est amputé du bras gauche à l’âge de 13 ans à la suite d’un accident avec une voiture. Il n’évoquera pas cet événement tout au long de sa vie et pose toujours en photo de manière que l’on ne voie pas le bras manquant.

Brillant élève, il obtient une thèse à l’université Columbia en 1920, puis débute ses recherches en logique dès l’année suivante à Princeton grâce à une bourse.

Il subit une crise en 1921, puis une seconde en 1924 qui l’écarte de ses travaux sur la logique jusqu’en 1936 où il se remet au travail en temps limité.

Il meurt le 21 avril 1954 suite à un traitement par électrochocs, il était interné depuis l’été précédent[2].

Travaux sur le calcul propositionnelModifier

Dans son Introduction to a general theory of elementary propositions de 1921, il établit la complétude sémantique du calcul propositionnel des Principia Mathematica de Whitehead et Russell par le système des tables de vérité. Puis il généralise ce résultat à tout calcul propositionnel fini-valent (et non uniquement bivalent).

Le problème de correspondance de PostModifier

On part de deux suites finies U et V contenant le même nombre de mots finis sur un alphabet quelconque. Par exemple

 .

On cherche une suite d'indices   telle que la concaténation des   corresponde à celle des  . Ici la suite (1,2,3,2,1) est une solution puisque

 .

Le problème de correspondance de Post (en abrégé PCP) consiste à déterminer s'il existe une telle suite. Il est indécidable : il n'existe pas d'algorithme général capable de fournir une réponse pour des U et V arbitraires.

BibliographieModifier

Note et référenceModifier

  1. (en) E. L. Post, « A variant of a recursively unsolvable problem », Bull. Amer. Math. Soc, vol. 52,‎ (lire en ligne)
  2. Pierre Cassou-Noguès, Les démons de Gödel, Logique et folie, Seuil, , 411 p., Partie IV : Le cas Post, une brève digression. Pages 253-257

Articles connexesModifier