Ouvrir le menu principal
Emil Orlik
Emil Orlik 1932.jpg
Emil Orlik[1]
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 62 ans)
BerlinVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom dans la langue maternelle
Emil OrlíkVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Activités
Maître
Tomonobu (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Élève
Mouvement

Emil Orlik, né le à Prague (Bohême, Empire austro-hongrois) et mort le à Berlin, est un peintre, graveur, lithographe et illustrateur d'origine tchèque, qui travailla essentiellement à Berlin.

Sommaire

BiographieModifier

Emil Orlik est né à Prague, alors partie de l'Empire austro-hongrois, fils d'un tailleur, Moritz Orlik (1832-1897)[2], et de Anna Stein. De 1889 à 1893, il est étudiant à Munich, d'abord comme élève privé du peintre Heinrich Knirr, puis en intégrant l'académie des beaux-arts de Munich. En 1894, il revient s'installer à Prague et y ouvre un atelier.

En 1899, il devient membre de la Sécession viennoise (Sezessionsstil), qu'il quitte en 1905. Influencé par l'art japonais, il se rend en Asie en mars 1900, faisant escale à Hong Kong, avant d'arriver au Japon, où il séjourne jusqu'en février 1901 pour apprendre les techniques de la gravure sur bois.

En 1904, il s'installe à Vienne. Il collabore à la revue viennoise Ver sacrum et compose de nombreuses affiches lithographiées.

À partir de 1905, il est nommé professeur à la Meisterschule für Graphik und Buchgewerbe, branche rattachée à l'université des arts de Berlin. Il succède à la classe d'Otto Eckmann qui l'avait choisi comme successeur, ce qui lui permet de s'installer à Berlin un an plus tard. Parmi ses élèves figurent George Grosz, Rolf Hirschland, Hannah Höch, Oskar Nerlinger, Josef Fenneker.

Il rejoint le Deutscher Künstlerbund[3].

En 1906, Orlik devient membre de la Sécession berlinoise et participe à leurs expositions. De 1922 à 1932, il est membre de l'Académie prussienne des arts[4].

Berlin demeure sa ville de résidence jusqu'à sa mort. Tous les ans, il se rend dans le sud de l'Europe, en France et en Suisse. En 1912, il effectua un deuxième voyage prolongé en Asie, qui le conduisit en Chine, en Corée et au Japon.

ŒuvreModifier

Orlik a principalement travaillé comme dessinateur et producteur d'images sous la forme de gravures à l'eau-forte et de gravures sur bois. On trouve un grand nombre de portraits de ses contemporains : Henrik Ibsen, Bernhard Pankok, Gustav Mahler, Hermann Bahr, Max Klinger, Jakob Wassermann, Otto Dix, Käthe Kollwitz, Thomas Mann, Albert Einstein, Alfred Döblin ou encore Rainer Maria Rilke, qu'il a connu de Prague en 1896[5].

« Les thèmes et motifs de son œuvre sont profondément enracinés dans le milieu petit-bourgeois et rural de leurs régions respectives... Ainsi, sont explorés, tour à tour, folklore, vie à la campagne, particularismes, la ville et ses habitants, l'exotisme, les terres lointaines de l'Extrême Orient »[6].

La revue d'art Pan a publié en 1897 des gravures d'Orlik, notamment une reproduction de l'affiche Die Weber de Gerhart Hauptmann. Dans une lettre, datée du 13 septembre 1897, Hauptmann mentionne la reproduction de son affiche dans cette revue, et considère celle-ci comme « la pierre angulaire de l'affiche sociale allemande »[7].

De 1897 à 1901, le magazine Jugend a reproduit à plusieurs reprises des images et des peintures d’Orlik.

Profondément marqué par le japonisme, ses deux voyages, d'abord au Japon puis en Chine, et l'art du maître Kanō Tomonobu (en) (1843-1912), Orlik collectionnait les objets d'Extrême Orient. Il participa en tant que consultant et prêteur à la grande exposition Japan und Ostasien in der Kunst organisée à Munich en 1909[8].


Notes et référencesModifier

  1. [1]
  2. (de) Avis de décès de Moritz Orlik, Prager Tagblatt, 11 décembre 1897.
  3. (de) Ordentliche Mitglieder des Deutschen Künstlerbundes, sur kuenstlerbund.de.
  4. (de) Bildende Kunst – Mitglieder : Emil Orlik, site officiel de Die Akademie der Künste.
  5. Emil Orlik, « R. M. Rilke. Ein Prager Künstler », dans Ver Sacrum, 7, 1900.
  6. (de) Franz Matsche (direction), Emil Orlik. Zeichnungen und Druckgraphik von 1889–1932, catalogue de l'exposition du Städtischen Kunstmuseum Bonn, 14 novembre 1972 – 7 janvier 1973, Munich/Passau, 1972, p. 33.
  7. (de) Eugen Otto (direction), Emil Orlik. Leben und Werk 1870 bis 1932. Prag, Wien, Berlin, Vienne, Christian Brandstätter Verlag, 1997, p. 146.
  8. (de) Cäcilie et Oscar Graf, « Verzeichnis der Sammlungen und Aussteller », dans Japan und Ostasien in der Kunst, Offizieller Katalog der Ausstellung, Munich, 1909, p. 104.

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • Eugen Otto, Emil Orlik. Leben und Werk 1870 bis 1932, Vienne, Christian Brandstätter Verlag, 1997.
  • Margret Schütte, Emil Orlik. Graphik, Berlin, Bilderhefte der Staatlichen Museen Preußischer Kulturbesitz Berlin, 1983.

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :