Emausaurus

genre de dinosaures

Emausaurus ernsti

Emausaurus est un genre de dinosaures thyréophores blindés du Jurassique ancien (Toarcien ). Ses fossiles ont été trouvés dans le Mecklembourg-Poméranie-Occidentale, dans le Nord de l'Allemagne. Emausaurus est le seul thyréorphore toarcien connu et c'est aussi le seul dinosaure de la formation de Ciechocinek avec un nom officiel[1].

Découverte et dénominationModifier

L'espèce type et seule espèce du genre, Emausaurus ernsti, a été nommée et décrite par le paléontologue allemand Hartmut Haubold (d) en 1990[2],[1]. Le nom générique est composé d'un acronyme de l'Université Ernst Moritz Arndt de Greifswald et de sauros grecs / σαυρος (lézard). Le nom spécifique est dérivé du nom du géologue Werner Ernst, qui a acquis le fossile, holotype SGWG 85, à l'été 1963 du contremaître Werner Wollin dans un loampit près de Grimmen, dans des strates datant du Toarcien[3],[4]. Il est connu par le côté droit du crâne, la mâchoire inférieure droite, les vertèbres caudales, les arcs neuraux, un rayon, un métatarsien, une griffe, des fragments de côtes, des écailles et des plaques, connus sous le nom de EMAU SGWG 85[5].

DescriptionModifier

 
Vue d'artiste d'un Emausaurus attaqué par un théropode.

Emausaurus était probablement un animal semi-bipède à quadrupède, recouvert d'une armure d'ostéodermes à travers le corps. Comme d'autres thyreophora, était probablement un hervivore, concrètement un habitat bas, avec un régime alimentaire plus lié à la flore terrestre, comme le Cycas et le Bennettitales[1]. La longueur corporelle de l'holotype d'Emausaurus a été estimée à environ 2,50 m, avec un poids de 70 à 90 kg. Ceci était basé sur un individu juvénile cependant ; la longueur des adultes a été estimée à trois à quatre mètres, avec un poids allant jusqu'à 240 kg. La majeure partie de la reconstruction a été basée sur Scelidosaurus, bien qu'il soit possible qu’Emausaurus soit un animal plus bipède, comme certains des jeunes spécimens de Scelidosaurus étaient supposés l'être. Les formes adultes sont probablement plus quadrupèdes[6]. L'armure comprend trois écailles coniques et un grand élément épineux[7]. David Norman en 2019 a examiné la morphologie de Scelidosaurus, la comparant à Emausaurus. En ce qui concerne Emausaurus, le maxillaire a, dans l'ensemble, une morphologie similaire à celle observée chez Scelidosaurus. Le maxillaire désarticulé d'Emausaurus présente un processus robuste dirigé de manière antéromédiale avec lequel il a rencontré son homologue dans la ligne médiane, créant une structure en forme de coin, sans décalage évident entre les marges alvéolaires. Chez Emausaurus, la structure des frontaux n'est pas bien conservée. Dans les grandes lignes, ses proportions ressemblent à celles de Scelidosaurus, mais il en va de même pour de nombreux Ornithischia. L'os lacrymal d'Emausaurus est incomplet, mais comprend un long processus jugal incurvé qui s'est évidemment enroulé autour de la pointe antérieure du jugal[8].

ClassificationModifier

Des analyses cladistiques ont montré qu'Emausaurus était un membre basal du Thyréophore, plus dérivé que Scutellosaurus, mais moins que Scelidosaurus[9]. Le statut cladistique du spécimen est relativement controversé en raison de sa nature jeune. Il s'agit clairement d'un membre des Thyreophora, mais sa position peut changer avec le temps, si un spécimen adulte est trouvé[10] Emausaurus peut être plus dérivé que Scelidosaurus, ou même être un taxon frère de Stegosauria[11].

PaléoenvironnementModifier

L'holotype d'Emausaurus a été trouvé sur le bien-nommé « site de type Emausaurus », de la Formation de Ciechocinek datant du Toarcien inférieur (Tenuicostatum)[12]. Il s'agit d'une frontière composée de schiste bitumineux[2] qui représente un ancien environnement côtier, probablement lagunaire, et il est contemporain du schiste de Posidonie du Sud de l'Allemagne. Du bois fossile a été trouvé au même endroit, y compris du bois flotté et d'autres apparentés aux Araucariaceae, présents dans d'autres environnements européens de l'âge toarcien. De la faune invertébrée, des insectes, des bivalves, des escargots de mer et des ammonites (genres Tiltoniceras, Eleganticeras et Lobolytoceras ) ont été trouvés. La faune vertébrée est également variée, avec des fossiles de poissons du genre Saurorhynchus[13] et du nouveau genre Grimmenichthys[14] et Grimmenodon[15]. Les fossiles de reptiles comprennent Ichthyosauria indéterminés, les Plesiosauria indéterminés, les plésiosaures rhomaleosauridés, les Mesoeucrocodylia indéterminés (probablement les Goniopholididae ), les Thalattosuchia indéterminés[16] et au moins deux sauropodes gravisauriens[17].

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Emausaurus » (voir la liste des auteurs).

RéférencesModifier

  1. a b et c H. Haubold, 1991 : « Der Greifswalder Dinosaurier Emausaurus ». Fundgrube, vol. 27, n. 2, p. 51-60. Pour le fichier PDF : https://www.researchgate.net/publication/285088861_Der_Greifswalder_Dinosaurier_Emausaurus
  2. a et b (de) H. Haubold, 1990 : « Ein neuer Dinosaurier (Ornithischia, Thyreophora) aus dem Unteren Jura des nördlichen Mitteleuropa ». Revue de Paleobiologie, vol. 9, n. 1, p. 149-177. Pour le fichier PDF : https://www.researchgate.net/publication/281199000_Ein_Neuer_Dinosaurier_Ornithischia_Thyreophora_Aus_Dem_Unteren_Jura_des_Nordlichen_Mitteleuropa
  3. Xabier Pereda-Suberbiola, Ignacio Díaz-Martínez, Leonardo Salgado et Silvina de Valais, « SÍNTESIS DEL REGISTRO FÓSIL DE DINOSAURIOS TIREÓFOROS EN GONDWANA », Publicación Electrónica de la Asociación Paleontológica Argentina,‎ , p. 90–107 (ISSN 2469-0228, DOI 10.5710/peapa.21.07.2015.101, lire en ligne, consulté le )
  4. David M. Martill, David J. Batten et David K. Loydell, « A new specimen of the thyreophoran dinosaur cf.Scelidosauruswith soft tissue preservation », Palaeontology, vol. 43, no 3,‎ , p. 549–559 (ISSN 0031-0239 et 1475-4983, DOI 10.1111/j.0031-0239.2000.00139.x, lire en ligne, consulté le )
  5. « Untitled Document », sur paleofile.com (consulté le ).
  6. Probst, E. (2010). Dinosaurier in Deutschland: von Compsognathus bis zu Stenopelix. GRIN Verlag. https://www.grin.com/document/159564
  7. Norman, D.B., Witmer, L.M. et Weishampel, D.B., The Dinosauria, 2nd Edition, University of Californian Press, , 335–342 (ISBN 0-520-24209-2, lire en ligne), « Basal Thyreophora »
  8. (en) David B Norman, « Scelidosaurus harrisonii from the Early Jurassic of Dorset, England: cranial anatomy », Zoological Journal of the Linnean Society, vol. 188, no 1,‎ , p. 1–81 (ISSN 0024-4082 et 1096-3642, DOI 10.1093/zoolinnean/zlz074, lire en ligne, consulté le )
  9. Paul C. Sereno, « THE ORIGIN AND EVOLUTION OF DINOSAURS », Annual Review of Earth and Planetary Sciences, vol. 25, no 1,‎ , p. 435–489 (ISSN 0084-6597 et 1545-4495, DOI 10.1146/annurev.earth.25.1.435, lire en ligne, consulté le )
  10. (en) Laura B. Porro, Lawrence M. Witmer et Paul M. Barrett, « Digital preparation and osteology of the skull of Lesothosaurus diagnosticus (Ornithischia: Dinosauria) », PeerJ, vol. 3,‎ , e1494 (ISSN 2167-8359, DOI 10.7717/peerj.1494, lire en ligne, consulté le )
  11. Sebastian Stumpf et Stefan Meng, « Dinosaurier aus Nordostdeutschland », Biologie in unserer Zeit, vol. 43, no 6,‎ , p. 362–368 (ISSN 0045-205X, DOI 10.1002/biuz.201310521, lire en ligne, consulté le )
  12. (de) W. Ernst, 1967 : « Die Liastongrube Grimmen. Sediment, Makrofauna und Stratigraphie. Ein Überblick ». Geologie, vol. 16, p. 550-569.
  13. Erin E. Maxwell et Sebastian Stumpf, « Revision of Saurorhynchus (Actinopterygii: Saurichthyidae) from the Early Jurassic of England and Germany », European Journal of Taxonomy, no 321,‎ (ISSN 2118-9773, DOI 10.5852/ejt.2017.321, lire en ligne, consulté le )
  14. Konwert Martin et Hörnig Marie, « Grimmenichthys ansorgei, gen. et sp. nov. (Teleostei, ‘Pholidophoriformes’), and other ‘pholidophoriform’ fishes from the early Toarcian of Grimmen (Mecklenburg-Western Pomerania, Germany) », Journal of Vertebrate Paleontology, vol. 38, no 3,‎ , e1451871 (ISSN 0272-4634, DOI 10.1080/02724634.2018.1451871, lire en ligne, consulté le )
  15. (en) S. Stumpf, J. Ansorge, C. Pfaff & J. Kriwet, 2017 : « Early Jurassic diversification of pycnodontiform fishes (Actinopterygii, Neopterygii) after the end-Triassic extinction event: evidence from a new genus and species, Grimmenodon aureum ». Journal of Vertebrate Paleontology, vol. 37, p. e1344679. Pour le fichier PDF : https://www.tandfonline.com/doi/pdf/10.1080/02724634.2017.1344679
  16. (en) S. Stumpf, 2017 : « A Synoptic Review of the Vertebrate Fauna from the "Green Series" (Toarcian) of Northeastern Germany with Descriptions of New Taxa: A Contribution to the Knowledge of Early Jurassic Vertebrate Palaeobiodiversity Patterns ». Thèse, Mathematisch-Naturwissenschaftliche Fakultät der Ernst-Moritz-Arndt-Universität Greifswald). Pour le fichier PDF : https://epub.ub.uni-greifswald.de/files/1941/STUMPF2017DISS.pdf
  17. S. Stumpf, J. Ansorge & W. Krempien, 2015(en) « Gravisaurian sauropod remains from the marine late Early Jurassic (Lower Toarcian) of North-Eastern Germany », Geobios, vol. 48, no 3,‎ , p. 271–279 (ISSN 0016-6995, DOI 10.1016/j.geobios.2015.04.001, lire en ligne, consulté le )