El resguardo de tabacos

peinture de Francisco de Goya
(Redirigé depuis El Resguardo de tabacos)

La Cachette de tabac

El resguardo de tabacos
La Garde du tabac
El resguardo de tabacos.jpg
Artiste
Date
Type
Technique
Dimensions (H × L)
262 × 137 cm
Mouvement
Collection
N° d’inventaire
Gassier-Wilson : 136
Localisation

El resguardo de tabacos (« La Garde du tabac[1] ») est une peinture réalisée par Francisco de Goya en 1780 et faisant partie de la quatrième série des cartons pour tapisserie destinée à l'antichambre du Prince des Asturies au Palais du Pardo.

Il traite d'un sujet bien connu à l'époque : la contrebande de tabac et la garde de celui-ci.

Contexte de l'œuvreModifier

Tous les tableaux de la quatrième série sont destinés à l'antichambre du Prince des Asturies, c'est-à-dire de celui qui allait devenir Charles IV et de son épouse Marie Louise de Parme, au palais du Pardo. Le tableau fut livré à la Fabrique royale de tapisserie le 24 janvier 1780[2]. Par un document daté du 2 octobre 1777, mais dont on ne connait pas la provenance, il est dit que la tapisserie El Resguardo de tabacos devait être accrochée sur le mur sud de l'antichambre des princes à côté d'une autre tapisserie : La Novillada[3].

Il fut considéré perdu jusqu'en 1869, lorsque la toile fut découverte dans le sous-sol du Palais royal de Madrid par Gregorio Cruzada Villaamil, et fut remise au musée du Prado en 1870 par les ordonnances du 19 janvier et du 9 février 1870, où elle est exposée dans la salle 91[2]. La toile est citée pour la première fois dans le catalogue du musée du Prado en 1876, au numéro 24 de l'annexe I[3].

La série était composée de El Ciego de la guitarra, El Columpio, Las Lavanderas, La Novillada, El Resguardo de tabacos, El Muchacho del pájaro et El Niño del árbol, Los Leñadores, El Majo de la guitarra, La Cita, El Médico, El Balancín et deux cartons perdus, El Perro[4] et La Fuente[5].

AnalyseModifier

« Il représente cinq gardiens de tabac : deux assis, et un debout, non loin d'une rivière, observant les alentours comme s'il était en reconnaissance. Deux d'entre eux sont bien armés. » Telle est la description qu'en donne Goya lui-même. On note, dans le paysage d'arrière plan, l'influence de Diego Vélasquez[3].

Les héros de ce genre d'épisodes étaient généralement à l'époque, les contrebandiers. Goya a voulu faire le portrait, ou plus exactement mettre en scène, les défenseurs des intérêts nationaux selon Gregorio Cruzada Villaamil[6].

Notes et référencesModifier

  1. Rita de Angelis (trad. de l'italien par Simone Darses), Tout l'œuvre peint de Goya, Paris, Flammarion, , 144 p. (ISBN 2-08-011202-3), p. 96
  2. a et b (es) « Fiche de Las lavanderas », sur museodelprado.es (consulté le 27 avril 2014)
  3. a b et c Collectif Prado 1996, p. 308
  4. (es) « Fiche d’El Perro », sur fundaciongoyaenaragon.es, (consulté le 15 avril 2014)
  5. (es) « Fiche de La Fuente », sur fundaciongoyaenaragon.es, (consulté le 15 avril 2014)
  6. Collectif Prado 1996, p. 309.

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • (es) Collectif Prado et Juan J. Luna et al, Goya, 250 aniversario, Madrid, Musée du Prado, , 436 p. (ISBN 84-87317-48-0 et 84-87317-49-9)
  • (es) Gregorio Cruzada Villaamil, Los tapices de Goya, Rivadeneyra, , 148 p. (OCLC 27205287), p. 31, 133
  • (es) V. de Sambricio, Tapices de Goya, Madrid, Patrimonio Nacional, , p. 116
  • (es) José Manuel Arnaiz, Francisco de Goya : cartones y tapices, Madrid, Espasa Calpe, , p. 101-116, 278
  • (es) Janis Tomlinson, Francisco de Goya : los cartones para tapices y los comienzos de su carrera en la corte de Madrid, Madrid, Cátedra, , 302 p. (ISBN 978-84-376-0392-6), p. 128, 137, 143-144, 265
  • Jean Laurent, Catalogue illustré des tableaux du Musée du Prado à Madrid, Madrid, J. Laurent et Cie, , p. 23
  • (es) Manuela de Mena Marqués, Goya : guía de sala, Madrid, Tf, (ISBN 978-84-95452-46-7), p. 18

Articles connexesModifier

Liens externesModifier