El ciego de la guitarra

peinture de Francisco de Goya
(Redirigé depuis El Ciego de la guitarra)

L'Aveugle à la guitare

El ciego de la guitarra
L'Aveugle à la guitare
El ciego de la guitarra.jpg
Artiste
Date
Type
Technique
Dimensions (H × L)
211 × 311 cm
Mouvement
Collection
N° d’inventaire
Gassier-Wilson : 85
Localisation

El ciego de la guitarra (« L'Aveugle à la guitare[1] ») est une peinture réalisée par Francisco de Goya en 1778 et faisant partie de la quatrième série des cartons pour tapisserie destinée à l'antichambre du Prince des Asturies au Palais du Pardo.

Contexte de l'œuvreModifier

Tous les tableaux de la quatrième série sont destinés à l'antichambre du Prince des Asturies, c'est-à-dire de celui qui allait devenir Charles IV et de son épouse Marie Louise de Parme, au palais du Pardo. Le tableau fut livré à la Fabrique royale de tapisserie le 27 avril 1778[2].

Il fut considéré perdu jusqu'en 1869, lorsque la toile fut découverte dans le sous-sol du Palais royal de Madrid par Gregorio Cruzada Villaamil, et fut remise au musée du Prado en 1870 par les ordonnances du 19 janvier et du 9 février 1870, où elle est exposée dans la salle 91[2]. La toile est citée pour la première fois dans le catalogue du musée du Prado en 1876[3].

La série était composée de El Ciego de la guitarra, El Columpio, Las Lavanderas, La Novillada, El Resguardo de tabacos, El Muchacho del pájaro et El Niño del árbol, Los Leñadores, El Majo de la guitarra, La Cita, El Médico, El Balancín et deux cartons perdus, El Perro[4] et La Fuente[5].

AnalyseModifier

 
Pour ce carton, Goya réalisa l'une de ses premières eaux-fortes, conservée à la Bibliothèque nationale d'Espagne.

Un chanteur aveugle qui porte des messages dramatiques et truculents dans les villes domine la scène. Goya dépeint ici la fascination et l’intérêt montrés par un groupe de curieux pour l’aveugle. Selon Goya, l'élégant gentleman de ce carton était un étranger. Le peintre a également inclus des personnages inhabituels, comme le noir qui incarne la figure populaire du porteur d’eau. Avec eux, apparaissent d’autres plus classiques : à gauche un pêcheur et au milieu des autres une vendeuse de melons.

Ce carton fut l'un des plus difficiles, car Goya dut le modifier plusieurs fois pour répondre aux exigences des tisserands, qui le considéraient trop grand et avec une trop grande abondance de personnages.

La scène du centre pourrait faire allusion à la prostitution, où deux majas gaiement vêtues flirtent avec un homme. Au premier plan, les enfants rappellent Hogarth et la peinture anglaise.

La couleur et la lumière attirent plus l'attention que les personnages, dont les tons terreux rappellent ceux des œuvres de jeunesse de Diego Vélasquez. Sur la droite la coloration est vive et transmet une grande joie. La lumière frappe en particulier les femmes et l'homme, avec des reflets métalliques sur les seaux. La légèreté des coups de pinceau de Goya ici se retrouve un demi-siècle plus tard, dans La Laitière de Bordeaux et le Portrait de Juan Bautista Muguiro.

Dans la partie inférieure de la composition des fruits sont vendus, ce qui souligne la structure pyramidale. La toile est inspirée des œuvres de Tiepolo[6].

Notes et référencesModifier

  1. Rita de Angelis (trad. de l'italien par Simone Darses), Tout l'œuvre peint de Goya, Paris, Flammarion, , 144 p. (ISBN 2-08-011202-3), p. 95
  2. a et b (es) « Fiche de El ciego de la guitarra », sur museodelprado.es (consulté le 27 avril 2014)
  3. Collectif Prado 1996, p. 296
  4. (es) « Fiche d’El Perro », sur fundaciongoyaenaragon.es, (consulté le 15 avril 2014)
  5. (es) « Fiche de La Fuente », sur fundaciongoyaenaragon.es, (consulté le 15 avril 2014)
  6. Glendinning 2005, p. 36

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • (es) Gregorio Cruzada Villaamil, Los tapices de Goya, Rivadeneyra, , 148 p. (OCLC 27205287), p. 25, 27, 34, 105, 122-123
  • (es) V. de Sambricio, Tapices de Goya, Madrid, Patrimonio Nacional, , p. 108, 219-220
  • (es) José Manuel Arnaiz, Francisco de Goya : cartones y tapices, Madrid, Espasa Calpe, , p. 87-101, 262
  • (es) Janis Tomlinson, Francisco de Goya : los cartones para tapices y los comienzos de su carrera en la corte de Madrid, Madrid, Cátedra, , 26-27, 96-103, 115, 120, 128, 161 p. (ISBN 978-84-376-0392-6)
  • (es) Valeriano Bozal, Francisco Goya : vida y obra, TF Editores & Interactiva, (ISBN 978-84-96209-39-8), p. 37, 59 (vol. 1)
  • Jean Laurent, Catalogue illustré des tableaux du Musée du Prado à Madrid, Madrid, J. Laurent et Cie, , p. 20
  • (es) Nigel Glendinning, Goya, Madrid, Arlanza, , 159 p. (ISBN 978-84-95503-40-4)
  • (es) Collectif Prado et Juan J. Luna et al, Goya, 250 aniversario, Madrid, Musée du Prado, , 436 p. (ISBN 84-87317-48-0 et 84-87317-49-9)

Articles connexesModifier

Liens externesModifier