Edmund Chishull

homme d'église et antiquaire anglais
Edmund Chishull
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 63 ans)
WalthamstowVoir et modifier les données sur Wikidata
Formation
Corpus Christi College (jusqu'en )Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Autres informations
Religion

Edmund Chishull ( à Eyworth dans le Bedfordshire en Angleterre - à Walthamstow, Angleterre) est un homme d'église et antiquaire anglais.

BiographieModifier

Fils de Paul Chishull, Edmund naît le à Eyworth dans le Bedfordshire en Angleterre[1]. Il étudie à au Corpus Christi College d'Oxford en 1687, où il obtient sont B.A. en 1690, puis son M.A. en 1693. Il est nommé fellow du collège en 1696[2],[3].

Il est ensuite nommé chapelain pour la Levant Company à Smyrne en Turquie. Il quitte l'Angleterre sur le voilier HMS Neptune le et arrive à Smyrne le . Il profite de sa position pour faire une expédition à Éphèse, quittant l'endroit le et étant de retour à Smyrne le . En 1701, il visite Constantinople. L'année suivante, il reprend son travail de chapelain, puis quitte Smyrne le (ou 1702), faisant un détour par Gallipoli et Adrianople où il rejoint Lord Paget de retour de son ambassade à la Sublime Porte. Voyageant en tant que membre de la maison de Lord Paget, Chishull passe par la Bulgarie, la Transylvanie, la Hongrie, la future Allemagne et les Pays-Bas. À Leyde, il prend congé de Lord Paget et retourne seul en Angleterre.

Peu de temps après, il devient lecturer à l'église de St Olaves (en). Il se marie et abandonne sa charge. Il est ensuite nommé à Walthamstow dans le comté d'Essex. En 1711, il est nommé chapelain de la reine[1]. Le , il profite d'une rente en tant que vicaire de Walthamstow dans l'Essex. Il complète sa vie active à cet endroit[2],[3]. Il meurt à Walthamstow le [1].

ŒuvresModifier

Chishull a tenu un journal de bord, publié grâce à l'aide de Richard Mead[4]. Chishull publie beaucoup en tant qu'érudit, particulièrement des vers latins, des ouvrages de numismatique, des recueils de notes de voyages et son Antiquitates Asiaticae (1728). Ce dernier ouvrage est rédigé en collaboration avec William Sherard et Joseph Pitton de Tournefort, entre autres[4].

En tant que théologien, il débat sur le mortalisme chrétien, attaquant les positions d'Henry Dodwell. Dodwell replique à Chishull et Samuel Clarke dans son Expostulation, relating to the late insults of Mr Clark and Mr Chishull (1708)[2],[3].

Notes et référencesModifier

  1. a b et c (en) William Hunt, « William Hunt », dans Sidney Lee, Dictionary of National Biography, vol. 10, Londres, Smith, Elder & Co., 1885-1900 (lire en ligne)
  2. a b et c (en) « Edmund Chishull », dans Andrew Pyle, Dictionary of Seventeenth Century British Philosophers, , p. 181-183
  3. a b et c (en) « Chishull, Edmund », dans Sydney Lee, Concise Dictionary of National Biography, Londres, Smith, Elder & Co., (lire en ligne), p. 237
  4. a et b (en) Joseph M. Levine, The Battle of the Books: History and Literature in the Augustan Age, Cornell University Press, (ISBN 9780801481994), p. 169-173

Liens externesModifier