District 9

Film de science-fiction sorti en 2009 et réalisé par Neill Blomkamp
District 9
Description de l'image District 9 Logo.png.
Titre original District 9
Réalisation Neill Blomkamp
Scénario Neill Blomkamp
Terri Tatchell
Acteurs principaux

Sharlto Copley
Jason Cope
Nathalie Boltt
Sylvaine Strike
John Sumner

Sociétés de production Majority Entertainment
QED International
TriStar Pictures
WingNut Films
Pays de production Drapeau d'Afrique du Sud Afrique du Sud
Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau de la Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande
Genre Science-fiction
Durée 112 minutes
Sortie 2009

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

District 9 est un film de science-fiction américano-néo-zélando-sud-africain, coécrit et réalisé par Neill Blomkamp et produit par Peter Jackson et Carolynne Cunningham (en), sorti en 2009. Le film met en vedette Sharlto Copley, Jason Cope (en) et David James, et est adapté du court métrage Alive in Joburg, également réalisé par Blomkamp et sortie en 2006.

Le film est partiellement présenté dans un format de Found footage, présentant des interviews fictifs, des séquences d'actualités et des vidéos de caméras de surveillance. L'histoire, qui explore les thèmes de l'humanité, de la xénophobie et de la ségrégation sociale, commence dans un 1982 alternatif, lorsqu'un vaisseau spatial extraterrestre apparaît au-dessus de Johannesburg, en Afrique du Sud. Ces extra-terrestres insectoïdes, surnommés « crevettes » ou « mollusques »[Note 1], malades et mal nourris découvert sur le vaisseau, sont confinés par la compagnie Multi National United (MNU) dans un camp d'internement appelé District 9. Vingt-huit ans plus tard, lors de la réinstallation des aliens par le gouvernement dans un autre camp, l'un d'entre-eux, nommé Christopher Johnson, est sur le point d'essayer de s'échapper de la Terre avec son fils et de rentrer chez lui, croise le chemin d'un bureaucrate nommé Wikus van de Merwe qui dirige la relocalisation. Le titre et les prémisses de District 9 sont inspirés par les événements du District 6 du Cap, se déroulant durant l'époque de l'apartheid.

Une campagne de marketing viral pour le film débute en 2008 au San Diego Comic-Con, tandis que la bande-annonce théâtrale fait ses débuts en juillet 2009. District 9, sorti via TriStar Pictures le en Amérique du Nord, devient un succès financier, gagnant plus de 210 millions de dollars au box-office mondial. Il est également acclamé par la critique, qui loue la direction, les performances, les thèmes et l'histoire du film, certains le qualifiant comme l'un des meilleurs films de science-fiction des années 2000, et remporte de nombreux prix et nominations, dont quatre nominations aux Oscars pour le meilleur film, meilleur scénario adapté, meilleurs effets visuels, et meilleur montage de film[1]. Une suite, intitulé District 10, est actuellement en cours de développement.

SynopsisModifier

Synopsis simplifiéModifier

Synopsis détailléModifier

Dans un 1982 alternatif, un vaisseau spatial extraterrestre géant arrive sur Terre et survole la ville sud-africaine de Johannesburg. Après plusieurs mois d'inactivité de la part de l'appareil, les gouvernements du monde entier autorisent donc de forcer l'ouverture des portes du vaisseau. Une fois entrés à l'intérieur, les équipes d'enquête trouvent avec stupéfaction plus d'un million d'extraterrestres de forme insectoïdes et souffrant de malnutrition. Après cette découverte, ces derniers sont par la suite transféré dans un camp appelé le District 9. Cependant, au fil des ans, ce camp se transforme en bidonville, et les habitants à proximité de cet endroit se plaignent souvent que les extraterrestres sont des contrevenants sales et ignorants qui volent les ressources humaines.

À la suite de ces tensions entre les extraterrestres et les habitants, le gouvernement crée donc le Multi National United (MNU), un énorme fabricant d'armes, pour déplacer les extraterrestres dans un nouveau camp à l'extérieur de la ville. Piet Smit, un cadre du MNU, nomme l'employé et son gendre Wikus van de Merwe, pour diriger la relocalisation. Pendant ce temps, trois extraterrestres, Christopher Johnson, son jeune fils et son ami Paul, recherchent dans une décharge du District 9 du carburant provenant de leur technologie, que Christopher a mis vingt ans à en synthétiser suffisamment pour mettre en œuvre son plan. Ils finissent finalement dans la cabane de Paul, mais lorsque Wikus vient à la cabane pour signer à Paul un avis de déménagement, Wikus trouve le récipient de carburant caché et en vaporise accidentellement une partie sur son visage tout en le confisquant. Paul, quant à lui, est tué par Koobus Venter, un chef cruel des mercenaires du MNU, après que les agents aient découvert une grosse collection d'armes, humain comme alien.

Wikus, alors contaminée par le fluide, se métamorphose petit à petit en alien, en commençant par son bras gauche, blessé après l'exposition au carburant et caché sous un grand bandage. Après avoir minimisé ses symptômes (vomissements, saignements de nez, maux de tête et perte d'ongles), il s'évanouit lors d'une fête célébrant sa promotion et est emmené dans un hôpital où les médecins découvre que sa main gauche est devenue une pince d'extraterrestre. Il est par la suite transféré au laboratoire du MNU, où les chercheurs effectuent des expériences brutales et découvrent que son ADN chimérique lui donne la capacité d'utiliser des armes extraterrestres, qui ne fonctionnent qu'avec l'ADN des aliens. Voulant posséder cette hybridité humain / extraterrestre avant que Wikus ne se transforme complètement, Smit ordonne que le corps de Wikus soit vivisecté et récolté pour ses propriétés. Par la suite, Wikus se rebelle contre le personnel du laboratoire et s'en échappe. Alors que les forces de Koobus Venter le recherchent, une campagne de dénigrement mensongère est diffusée à la télévision, une histoire qui atteint Tania - l'épouse de Wikus et la fille de Smit - affirmant que Wikus est un fugitif recherché qui contracte une maladie contagieuse après avoir eu des relations avec des extraterrestres.

Wikus se réfugie dans le District 9, trouvant accidentellement Christopher et le vaisseau secondaire (en) de commande caché du vaisseau-mère sous son bidonville. Christopher explique à Wikus que le carburant confisqué est crucial pour son plan de réactivation du vaisseau secondaire, et que s'il peut l'amener dans le vaisseau-mère, il peut guérir Wikus et inverser sa transformation physique, le permettant donc de redevenir humain. Wikus tente d'acquérir des armes auprès du marchand d'armes nigérian du District 9, dénommé Obesandjo, mangeant des bras d'extraterrestre en pensant que cela lui accordera des capacités surhumaines. Wikus, cependant, saisit une arme extraterrestre et, capable de l'utiliser, s'échappe avec une collection d'armes que lui et Christopher peuvent utiliser pour tenter de récupérer le carburant extraterrestre confisqué.

Wikus et Christopher se frayent ensuite un chemin à travers le MNU jusqu'au laboratoire et récupèrent le carburant. Cependant, après avoir vu les expériences barbares que le MNU ait effectuées sur son peuple dans le laboratoire (y compris son ami Paul, disséqué), Christopher dit à Wikus qu'il doit rentrer chez lui le plus vite possible pour obtenir de l'aide et ne peut pas annuler la mutation de Wikus jusqu'à ce qu'il revienne trois ans plus tard, en raison à l'approvisionnement limité en carburant. Enragé, Wikus assomme Christopher et tente de faire décoller seul le vaisseau secondaire vers le vaisseau-mère lui-même, mais l'appareil est vite endommagé par les forces de Koobus Venter, après que ce dernier ait autorisé le lancement de missiles sol-air le visant. Venter capture Wikus et Christopher, mais le gang d'Obesandjo tend une embuscade au convoi du MNU, s'empare de Wikus et amènent ce dernier à Obesandjo, qui se prépare à couper le bras gauche muté du capturé.

Pendant ce temps, restant caché dans le vaisseau secondaire, le fils de Christopher active à distance le vaisseau-mère et un grand combinaison de combat extraterrestre mécanisée, entreposé dans la base d'Obesandjo. La combinaison, désormais activé, abat les mafieux nigérians tout en épargnant Wikus, avant que ce dernier entre dans cette machine et sauve Christopher des mercenaires. En se dirigeant vers le vaisseau module, les deux sont sous le feu d'armes humaines lourdes, et Wikus reste pour repousser les mercenaires, faisant gagner du temps à Christopher pour rejoindre le vaisseau secondaire, qui promet de revenir après trois ans et de guérir Wikus. Après que tous les autres mercenaires aient été tués, Venter paralyse finalement le costume et est sur le point d'exécuter Wikus. Cependant, des extraterrestres du bidonville attaquent et démembrent vivant Venter, sauvant ainsi la vie de Wikus. Christopher entre dans l'appareil avec son fils, et ce dernier est mis en lévitation via un rayon tracteur dans le vaisseau-mère, que Christopher utilise ensuite pour quitter la Terre. Wikus, quand à lui, disparaît rapidement des yeux des autorités après cet événement.

L'humanité spécule si Christopher reviendra ou non pour ramener tous les extraterrestres restants dans leur monde d'origine, ou s'il reviendra déclarer la guerre à la Terre, comme laisse entendre certaines rumeurs. Les expériences du MNU sur la population alien sont dénoncés et les extraterrestres sont déplacés vers le nouveau camp, nommé le District 10, l'ancien camp étant détruit. Tania, la femme de Wikus, trouve une fleur en métal à sa porte, lui donnant l'espoir que son mari est toujours en vie. Dans le dernier plan, Wikus, maintenant entièrement transformé en alien et attendant le retour de Christopher, fabrique la fleur pour sa femme dans un dépotoir.

Fiche techniqueModifier

Production exécutive : Trishia Downie
Production déléguée : Bill Block, Ken Kamins et Mark Brooke
Supervision de production : Michael S. Murphey
Coproduction : Philippa Boyens
Coproduction déléguée : Elliot Ferwerda et Paul Hanson

DistributionModifier

  Source et légende : version française (VF) sur RS Doublage[9] et version québécoise (VQ) sur Doublage.qc.ca[10]

ProductionModifier

DéveloppementModifier

Le producteur Peter Jackson prévoyait à la base de produire une adaptation cinématographique basée sur la franchise de jeux vidéo Halo avec le réalisateur débutant Neill Blomkamp. Faute de financement, l'adaptation d'Halo a donc été mise en attente. Jackson et Blomkamp, discutant de la poursuite de projets alternatifs, choisissent finalement de produire et de réaliser District 9 avec des accessoires et des éléments initialement conçus pour le film Halo[11]. Blomkamp avait déjà réalisé des publicités et des courts-métrages, mais District 9 était son premier long-métrage. Le réalisateur co-écrit le scénario avec sa femme Terri Tatchell, et choisi de tourner le film à Johannesburg en Afrique du Sud, son pays et sa ville natale[12],[13].

Dans District 9, Tatchell et Blomkamp retourne dans le monde fictif déjà exploré dans son court-métrage Alive in Joburg[14], choisissant des personnages, des moments et des concepts qu'ils trouvaient intéressants, notamment la réalisation de films de style documentaire, des interviews mises en scène, la conceptions des extraterrestres, des technologies et combinaisons extraterrestres proche des Mecha et les parallèles avec les conflits et ségrégations raciaux en Afrique du Sud, et étoffer ces éléments pour le long-métrage[15].

QED International finance le coût négatif. Après l'American Film Market de 2007, QED s'est associé à TriStar et à Sony Pictures pour une distribution à l'international[16],[17].

TournageModifier

Effets visuelsModifier

MusiqueModifier

La musique de District 9 est composée par le compositeur canadien Clinton Shorter, qui a passé trois semaines à préparer le film. Blomkamp voulait une partition « brute et sombre », mais qui conserve ses racines sud-africaines. C'était un défi pour Shorter, qui trouvait qu'une grande partie de la musique sud-africaine avec laquelle il travaillait serait optimiste et joyeuse. Incapable de faire sonner les tambours africains sombres et lourds, Shorter a utilisé une combinaison de tambours Taiko et d'instruments synthétisés pour les effets souhaités, avec les éléments africains de base de la partition transmis dans les voix et les percussions plus petites[18]. La partition et la bande originale présentent de la musique et des voix d'artistes kwaito.

AccueilModifier

SortieModifier

Le , une bande annonce était officiellement disponible en ligne sur le site d'Apple[19] et plus tard sur le site web officiel.

Accueil critiqueModifier

District 9
Score cumulé
SiteNote
Metacritic81/100[20]
Rotten Tomatoes90 %[21]
Allociné [22]
Compilation des critiques
PériodiqueNote

Sur l'agrégateur américain Rotten Tomatoes, le film récolte 90 % d'opinions favorables pour 311 critiques[21]. Sur Metacritic, il obtient une note moyenne de 81100 pour 36 critiques[20].

En France, le site Allociné propose une note moyenne de 45 à partir de l'interprétation de critiques provenant de 27 titres de presse[22].

Box-officeModifier

Pays ou région Box-office Date d'arrêt du box-office Nombre de semaines
  Mondial[23] 204 837 324 USD 1er novembre 2009 12
  États-Unis[23] 115 646 235 USD 1er novembre 2009 12
  France[24] 1 105 000 entrées 3 novembre 2009 7

Après 12 semaines d'exploitation, 205 millions de dollars américains récoltés dans 25 pays. 116 millions USD amassés uniquement dans les cinémas américains et 90 engrangés dans 24 pays. En France, le film a dépassé la barre du million d'entrée après 5 semaines, il a cumulé 1,1 million d'entrées au terme de ses 7 semaines d'exploitation, soit environ 10 millions de $ de recettes.

ControverseModifier

Le gouvernement du Nigeria a vivement critiqué le film car il met en scène une bande criminelle nigériane très violente. Le nom du chef de la bande criminelle, Obesandjo, renvoie à celui d'un ancien président du Nigeria, Olusegun Obasanjo. C'est pourquoi le gouvernement a demandé des excuses et l'a interdit dans son pays[25].

DistinctionsModifier

Entre 2009 et 2014, District 9 a été sélectionné 150 fois dans diverses catégories et a remporté 31 récompenses[26],[27].

Distinctions 2009Modifier

Festivals de cinéma Catégorie / Récompense Nominé(es) / Lauréat(es)
Alliance des femmes journalistes de cinéma Récompenses spéciales EDA - Prix du croisement culturel - Lauréat
Meilleur montage de film Julian Clarke Nomination
Association des critiques de cinéma d'Austin Prix AFCA du Meilleur premier film Neill Blomkamp Lauréat
Meilleur film (8ème place) Nomination
Association des critiques de cinéma de Chicago Prix CFCA du Réalisateur le plus prometteur Neill Blomkamp Lauréat
Artiste le plus prometteur Sharlto Copley Nomination
Association des critiques de cinéma de Dallas-Fort Worth Meilleur film District 9 Nomination
Association des critiques de cinéma de Los Angeles Prix LAFCA des Meilleurs décors Philip Ivey Lauréat
Prix Nouvelle Génération Neill Blomkamp
Association des critiques de cinéma de Saint-Louis Meilleurs effets visuels District 9 Nomination
Film le plus original, innovant ou créatif
Association des critiques de cinéma du sud-est Meilleur film District 9
(10ème place)
Nomination
Association des critiques de cinéma de Toronto Meilleur premier long métrage District 9 Nomination
Association des journalistes cinématographiques de l'Indiana Meilleure film District 9 Nomination
Nominé au Prix de la vision originale -
Association turque des critiques de cinéma
(Turkish Film Critics Association (SIYAD) Awards)
Meilleur film étranger District 9 Nomination
Cercle des critiques de cinéma de Dublin Prix DFCC du Meilleur artiste Neill Blomkamp Lauréat
Meilleur film District 9 Nomination
Meilleur réalisateur Neill Blomkamp
Cercle des critiques de cinéma de Kansas City Prix Vincent Koehler du meilleur film de science-fiction, fantastique ou d'horreur District 9 Lauréat
Cercle des critiques de cinéma de l'Oklahoma Prix OFCC du Meilleur premier film Neill Blomkamp Lauréat
Meilleur film (8ème place) Nomination
Communauté du circuit des récompenses
(Awards Circuit Community Awards (ACCA))
Meilleur film Peter Jackson et Carolynne Cunningham Nomination
Meilleur réalisateur Neill Blomkamp
Meilleur scénario adapté Neill Blomkamp et Terri Tatchell
Meilleur montage de film Julian Clarke
Meilleurs effets visuels (Finaliste)
Conseil national d'examen du cinéma Prix NBR des Meilleurs films indépendants District 9 Lauréat
Prix IGN du cinéma d'été
(IGN Summer Movie Awards)
Prix IGN des Héros préféré Sharlto Copley (Wikus Van De Merwe) Lauréat
Prix Rondo Hatton horreur classique
(Rondo Hatton Classic Horror Awards)
Statuette Rondo du Meilleur film Neill Blomkamp Lauréat
Prix Satellites Meilleur réalisateur Neill Blomkamp Nomination
Meilleur scénario adapté Neill Blomkamp et Terri Tatchell
Meilleur montage Julian Clarke
Meilleurs effets visuels Robert Habros, Charlie Bradbury, Stephen Pepper et Winston Helgason
Prix Schmoes d'or
(Golden Schmoes Awards)
Schmoes d'or du Meilleur film de science-fiction de l'année District 9 Lauréat
Schmoes d'or de La plus grande surprise de l'année District 9
Film préféré de l'année District 9 Nomination
Meilleur réalisateur de l'année Neill Blomkamp
Meilleur scénario de l'année Neill Blomkamp et Terri Tatchell
Meilleurs effets spéciaux de l'année -
Meilleur acteur de l'année Sharlto Copley
Performance révolutionnaire de l'année Sharlto Copley
Affiche de cinéma préférée de l'année District 9
Meilleur DVD / Blu-Ray de l'année District 9
Meilleure scène d'action de l'année (Fusée de tir en combinaison mécanique)
Société des critiques de cinéma de Boston Meilleur nouveau cinéaste Neill Blomkamp Lauréat
Société des critiques de films de Phoenix Prix PFCS de l'évasion derrière la caméra Neill Blomkamp Lauréat
Société des critiques de cinéma de Houston Meilleur film District 9 Nomination
Société des critiques de films Internet
(Internet Film Critic Society)
Prix IFCS du Meilleur film expérimental District 9 Lauréat
Sondage des critiques d'Indiewire Meilleur premier long métrage Neill Blomkamp
(4ème place)
Nomination

Distinctions 2010Modifier

Festivals de cinéma Catégorie / Récompense Nominé(es) / Lauréat(es)
Académie des films de science-fiction, fantastique et d'horreur - Prix Saturn Prix Saturn du Meilleur film international District 9 Lauréat
Meilleure réalisation Neill Blomkamp Nomination
Meilleur scénario Neill Blomkamp et Terri Tatchell
Meilleur maquillage Joe Dunckley, Sarah Rubano et Frances Richardson
Meilleurs décors Philip Ivey
Meilleurs effets spéciaux Dan Kaufman, Peter Muyzers, Robert Habros et Matt Aitken
Meilleure édition spéciale DVD (Pour l'édition "Deux Disques")
Association centrale des critiques de films de l'Ohio Meilleur artiste de cinéma pour la réalisation et la scénarisation Neill Blomkamp Nomination
Association des critiques de cinéma Prix Critics Choice du Meilleur maquillage - Lauréat
Meilleur scénario adapté Neill Blomkamp et Terri Tatchell Nomination
Meilleur son -
Meilleurs effets visuels -
Meilleur film d'action District 9
Association du cinéma et de la télévision en ligne
(Online Film & Television Association)
Prix OFTA du Meilleur premier long métrage Neill Blomkamp Lauréat
Prix OFTA du Meilleur premier scénario Neill Blomkamp et Terri Tatchell
Prix OFTA des Meilleurs maquillages et coiffures Joe Dunckley, Frances Richardson, Sarah Rubano, Leon von Solms et Linda Wall
Meilleur film Peter Jackson et Carolynne Cunningham Nomination
Meilleure révélation masculine Sharlto Copley
Meilleur réalisateur Neill Blomkamp
Meilleur scénario adapté Neill Blomkamp et Terri Tatchell
Meilleur montage de film Julian Clarke
Meilleure photographie Trent Opaloch
Meilleure direction artistique / Meilleurs décors Philip Ivey, Mike Berg, Emilia Roux et Guy Potgieter
Meilleur mixage sonore Michael Hedges, Gilbert Lake et Dave Whitehead
Meilleur montage d'effets sonores Brent Burge et Chris Ward
Meilleurs effets visuels Dan Kaufman, Peter Muyzers, Robert Habros et Matt Aitken
Association professionnelle d'Hollywood
(Hollywood Post Alliance)
Prix HPA du Meilleur son - Long métrage Michael Hedges, Gilbert Lake, Chris Ward, Brent Burge et Park Road Post Production Lauréat
Écrivains de science-fiction et de fantaisie d'Amérique Prix Ray-Bradbury Neill Blomkamp et Terri Tatchell Lauréat
Editeurs de cinéma américain Meilleur montage d'un film dramatique Julian Clarke Nomination
Éditeurs de sons de films Prix Bobine d'or du Meilleur montage sonore - Effets sonores, bruitages, dialogues et doublages dans un film en langue étrangère Brent Burge, Chris Ward, Dave Whitehead, Hayden Collow, Melanie Graham, Polly McKinnon, Justin Webster, Jason Canovas, Mark Franken, Craig Tomlinson, Robyn McFarlane et Carolyn McLaughlin Lauréat
Globes d'or[26],[27] Meilleur scénario Neill Blomkamp et Terri Tatchell Nomination
Guilde des directeurs artistiques Nominé au Prix d'excellence dans la conception de la production et la direction artistique Philip Ivey, Emilia Roux, Mike Berg, Gabriel Metcalfe, Tony Bloemstein, Andrew Burdan, Nick Connor, Bradley De Gee, Jonathan Hely-Hutchinson, Michael Miller, Petrus Strydom, Johnson Maipambe, Trevor Paul, Marlizelle Oosthuizen, Kristy Tayler et Guy Potgieter Nomination
Guilde des producteurs d'Amérique[26],[27] Meilleur producteur de film Peter Jackson et Carolynne Cunningham Nomination
MTV Movie Awards Meilleure peur comme de la m****e Sharlto Copley Nomination
Oscars du cinéma[26],[27] Meilleur film de l'année Peter Jackson et Carolynne Cunningham Nomination
Meilleur scénario adapté Neill Blomkamp et Terri Tatchell
Meilleur montage Julian Clarke
Meilleurs effets visuels Dan Kaufman, Peter Muyzers, Robert Habros et Matt Aitken
Prix BMI du cinéma et de la télévision Prix BMI de la meilleure musique de film Clinton Shorter Lauréat
Prix du Derby d'or Prix du Derby d'or du Meilleur maquillage et coiffure Joe Dunckley, Sarah Rubano et Leon von Solms Lauréat
Meilleur réalisateur Neill Blomkamp Nomination
Meilleur scénario adapté Neill Blomkamp et Terri Tatchell
Meilleur montage Julian Clarke
Meilleur montage / mixage son Brent Burge, Michael Hedges, Gilbert Lake et Chris Ward
Meilleurs effets visuels Matt Aitken, Robert Habros, Dan Kaufman et Peter Muyzers
Prix du jeune public Meilleur acteur de cinéma dans un film de science-fiction Sharlto Copley Nomination
Meilleur film de science-fiction District 9
Prix du public Film indépendant préféré District 9 Nomination
Prix Empire Meilleur film District 9 Nomination
Meilleur espoir Sharlto Copley
Meilleur réalisateur Neill Blomkamp
Meilleur film fantastique ou de science-fiction District 9
Prix Hugo Meilleure présentation dramatique (format long) Neill Blomkamp et Terri Tatchell Nomination
Prix internationaux du cinéma en ligne (INOCA)
(International Online Cinema Awards (INOCA))
INOCA du Meilleur maquillage et coiffure - Lauréat
Meilleur montage de film Julian Clarke Nomination
Meilleurs effets visuels -
Meilleure direction artistique Philip Ivey
Meilleur mixage sonore Gilbert Lake, Michael Hedges et Ken Saville
Meilleur montage sonore Brent Burge et Chris Ward
Prix mondiaux de la bande originale Découverte de l'année Clinton Shorter Nomination
Prix nationaux du cinéma russe
(Russian National Movie Awards)
Prix spécial Filmz.ru[28]. District 9 Lauréat
Meilleur film d'action étranger Nomination
Prix Scream Meilleur acteur de science-fiction Sharlto Copley Nomination
Meilleure révélation masculine Sharlto Copley
Meilleur film District 9
Meilleur film de science-fiction District 9
Meilleur réalisateur Neill Blomkamp
Meilleur Scream-Play Neill Blomkamp et Terri Tatchell
Meilleurs effets spéciaux -
Prix Scripter USC
(USC Scripter Award)
Nominé au Prix Scripter USC Neill Blomkamp et Terri Tatchell Nomination
Prix SFX
(SFX Awards)
Meilleur film District 9 Nomination
Meilleur réalisateur Neill Blomkamp
Prix SOCAN
(SOCAN Awards)
Prix SOCAN du long métrage national Clinton Shorter Lauréat
Récompenses des arts du cinéma et de la télévision de la British Academy[26],[27] Meilleur scénario adapté Neill Blomkamp et Terri Tatchell Nomination
Meilleure photographie Trent Opaloch
Meilleur montage Julian Clarke
Meilleure direction artistique Philip Ivey et Guy Potgieter
Meilleur son Brent Burge, Chris Ward, Dave Whitehead, Michael Hedges et Ken Saville
Meilleurs effets visuels Dan Kaufman, Peter Muyzers, Robert Habros et Matt Aitken
Nommé au Prix David Lean pour la réalisation Neill Blomkamp Nomination
Société canadienne des cinéastes Meilleure photographie d’un long métrage Trent Opaloch Nomination
Société cinématographique américaine de l'audio Meilleur mixage sonore d'un film Michael Hedges, Gilbert Lake et Ken Saville Nomination
Société des critiques de cinéma internationale
(International Cinephile Society Awards)
Meilleur film (8ème place) Nomination
Meilleur réalisateur Neill Blomkamp
Meilleur acteur Sharlto Copley
Meilleur scénario adapté Neill Blomkamp et Terri Tatchell
Meilleur montage Julian Clarke
Société des critiques de films en ligne Meilleur acteur Sharlto Copley Nomination
Meilleur réalisateur Neill Blomkamp
Meilleur scénario adapté Neill Blomkamp et Terri Tatchell
Meilleure photographie Trent Opaloch
Meilleur montage Julian Clarke
Société des effets visuels Prix VES du Meilleur compositing dans un long métrage Janeen Elliott, Simon Hughes, Hamish Schumacher et Shervin Shoghian Lauréat
Meilleurs effets visuels dans un long métrage Stefanie Boose, Dan Kaufman, Peter Muyzers et James Stewart Nomination
Meilleur personnage animé dans un film d'action Brett Ineson, Jeremy Mesana, Steve Nichols et Vera Zivny

Distinctions 2011Modifier

Festivals de cinéma Catégorie / Récompense Nominé(es) / Lauréat(es)
Lumière - Grand Lyon Film Festival[27] Meilleure Science-fiction Neill Blomkamp Nomination
Prix de la revue Kinema Junpō Meilleur film en langue étrangère Neill Blomkamp Nomination

Distinctions 2012Modifier

Festivals de cinéma Catégorie / Récompense Nominé(es) / Lauréat(es)
Festival de Cinéma en Plein Air de la Villette[27] Meilleur film Neill Blomkamp Nomination
Festival du Film Jules Verne[27] Meilleur film d'aventure ou de science-fiction District 9 Nomination

Distinctions 2014Modifier

Festivals de cinéma Catégorie / Récompense Nominé(es) / Lauréat(es)
Prix SOCAN
(SOCAN Awards)
Prix international de la musique de film Clinton Shorter Lauréat

AnalyseModifier

ApartheidModifier

Le film est une allégorie de l'apartheid, les extraterrestres incarnent en effet parfaitement la place des noirs dans la société sud-africaine dans les années 60-80 au crépuscule de la domination blanche : ils sont parqués, en marge de la société, dans des ghettos insalubres, criminogènes et de plus en plus gros sans que les autorités ne sachent quoi en faire. Bien qu'ils soient globalement pacifiques, leur démographie en pleine explosion menace à moyen terme l'ordre social. L'atmosphère du film est donc angoissante, District 9 traduit bien l'angoisse existentielle des blancs sud-africains dans la seconde moitié du XXème siècle lorsque leur domination sur l'Afrique du Sud était en train de se fissurer. Le film de Neill Blomkamp est finalement une fable humaniste qui vise non seulement à dénoncer le racisme systémique, qui gangrène encore aujourd'hui la société sud-africaine, mais aussi à représenter le chaos de la société sud-africaine.

Expulsions de forceModifier

Comme dans le court-métrage Alive in Joburg sur lequel le film est basé, le cadre de District 9 est ainsi inspiré par des événements historiques qui ont eu lieu en Afrique du Sud pendant la période de l'apartheid. Le titre du film est d'ailleurs calqué sur le nom d'une zone résidentielle d'un quartier difficile du Cap, qui fut déclarée zone réservée aux blancs par le gouvernement en 1966 : le District Six. 60 000 de ses habitants en furent expulsés de force et relogés à Cape Flats, 25 kilomètres plus loin[29]. Le film fait aussi référence aux expulsions contemporaines vers les nouveaux ghettos de banlieue dans l'Afrique du Sud post apartheid et à la résistance de leurs habitants[30],[31].

XénophobieModifier

Les thèmes du racisme et de la xénophobie sont mis en avant sous la forme du spécisme appliqué aux extraterrestres. La preuve la plus évidente est l'utilisation dès le début du film du terme péjoratif « crevette » pour parler des extraterrestres. Il fait référence à la « crevette de Parktown (en) », une variété du « criquet royal » sud-africain considéré comme un fléau dans le pays[32]. Cependant, selon Copley, ce n'est pas le sujet principal du film et on peut en faire abstraction, même si cette allusion est un clin d'œil[33].

PrivatisationModifier

C'est une référence aux entreprises américaines Academi (anciennement Blackwater) et KBR/Halliburton, entrepreneurs militaires privés. Dans le film, la MNU est associée au gouvernement et sa représentation négative est une dénonciation des dangers de la sous-traitance de l'armée et de l'administration par des entreprises privées[34],[35]. On peut à ce sujet se demander si le choix de l'acronyme MNU (MultiNational United), une sorte de contraction entre Multinationale (corporation) et United (Nations), n'est pas une métaphore de l'importance prise par les multinationales au détriment des instances internationales. Les véhicules utilisés par la MNU dans le film ne sont d'ailleurs pas sans rappeler ceux de l'ONU[36].

Autour du filmModifier

D-9.comModifier

D-9.com est l'un des éléments mis en place pour une opération de marketing viral. Il est prétendument géré par Multi-National United. Quand vous entrez pour la première fois sur le site, vous avez deux choix possibles, Humain ou Non-Humain. Après ce choix, une image satellite de Johannesburg en Afrique du Sud apparaît, avec plusieurs choix de reportages. On note une nette différence entre les choix Humain et Non-Humain, preuve de l'aliénation opérée par la Multi-National United sur les extra-terrestres.

MNUSpreadsLies.comModifier

MNUSpreadsLies.com est un blogue géré par un défenseur des droits des Non-Humains qui est un Non-Humain lui-même, Christopher, et est l'un des éléments du marketing viral de District 9. Ses posts informent sur l'oppression de la MNU, et apportent des précisions sur la façon dont la MNU utilise des procédés technologiques recouvrant des activités « inhumaines », en net contraste avec les Non-Humains qui ont toujours utilisé leur technologie à des fins pacifiques.

SuiteModifier

Avant même la sortie de District 9, le , Neill Blomkamp laisse entendre qu'il a l'intention de faire une suite si le film réussissait suffisamment. Lors d'une interview sur l'émission de radio matinal sud-africain Rude Awakening 94.7 Highveld Stereo (en), il y fait allusion en disant « qu'il y en aura probablement ». Néanmoins, il révèle que son prochain projet n'a aucun rapport avec l'univers de District 9[37]. Dans une interview avec Rotten Tomatoes, Blomkamp déclare qu'il espère « totalement » une suite :

« Je n'ai pas encore pensé à une histoire mais si les gens veulent en voir une autre, j'adorerais le faire. »

— Neill Blomkamp[38]

Par la suite, Blomkamp pose la possibilité que le prochain film soit un préquel[39]. Dans une interview avec le magazine Empire, publiée le , l'acteur Sharlto Copley (qui incarne le personnage principal) suggère qu'un suivi, bien que très probable, serait d'environ deux ans, étant donné ses engagements actuels et ceux de Neill Blomkamp[40]. L'acteur serait d'ailleurs présent dans ce deuxième volet[41],[42].

Dans une interview avec IGN en juin 2013, Blomkamp déclare:

« Je veux vraiment faire une suite de District 9. Je le fais sincèrement. Le problème est que j'ai un tas d'idées et de trucs que je veux faire. Je suis relativement nouveau dans ce domaine, je suis sur le point de faire mon troisième film, et maintenant le schéma que je commence à réaliser est très vrai, c'est que vous vous enfermez dans un film au-delà du film sur lequel vous travaillez actuellement. Mais ça ne marche tout simplement pas pour moi. »

— Neill Blomkamp

Se référant à une suite potentielle, Blomkamp déclare qu'il veut faire du District 10 à un moment donné[43]. Le Blomkamp révèle via son compte Twitter officiel que le développement avance sur un script pour une suite, intitulée District 10, avec Sharlto Copley et Terri Tatchell co-écrivant le scénario avec lui[44].

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Selon qu'il s'agit de la version distribuée en France ou au Canada. Le terme anglais est prawns, terme traduisible en français qui désigne les « grandes crevettes » du type gambas.
  2. Bien que le film soit basé sur le court métrage et que l'Academy of Motion Picture Arts and Sciences reconnaisse le film comme une adaptation dudit court métrage, le film lui-même ne mentionne jamais qu'il est basé sur celui-ci.
  3. Classification États-Unis : Les enfants de moins de 17 ans doivent être accompagnés d'un adulte - « Classé R pour violence sanglante et langage omniprésent. »

RéférencesModifier

  1. (en) « The 82nd Annual Oscar Nominations », The New York Times,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le )
  2. (en) « District 9 - Société de Production / Sociétés de distribution » sur l’Internet Movie Database (consulté le ).
  3. (en) « Budget du film District 9 », sur Box Office Mojo.com (consulté le ).
  4. (en) « District 9 - Spécifications techniques » sur l’Internet Movie Database (consulté le ).
  5. (en) « District 9 - Dates de sortie » sur l’Internet Movie Database (consulté le ).
  6. « District 9 », sur cinoche.com (consulté le ).
  7. (en) « District 9 - Guide Parental » sur l’Internet Movie Database (consulté le ).
  8. « Visa et Classification - Fiche œuvre District 9 », sur CNC (consulté le ).
  9. http://www.rsdoublage.com/film-1193-District-9.html
  10. « Fiche du doublage québécois du film » sur Doublage Québec, consulté le 30 novembre 2014
  11. (en) Steve Haske, « The Complete, Untold History of Halo », sur Waypoint, (consulté le )
  12. (en) Michael Fleming, « Peter Jackson gears up for 'District' », Variety,‎ (lire en ligne, consulté le )
  13. (en) A. Leotta, Peter Jackson, Bloomsbury Publishing, coll. « The Bloomsbury Companions to Contemporary Filmmakers », , 126–29 p. (ISBN 978-1-62356-096-6, lire en ligne)
  14. (en) « Alive in Joberg by Neill Blomkamp Spyfilms (District 9 director) », sur YouTube,
  15. Bill Desowitz, « Neill Blomkamp Talks District 9 », VFXWorld, AWN, Inc.,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le ).
  16. (en) Patrick Frater, « Sony to release Jackson's 'District' », Variety,‎ (lire en ligne, consulté le )
  17. (en) John J Lee Jr et Anne Marie Gillen, The Producer's Business Handbook: The Roadmap for the Balanced Film Producer, New York, Focal Press, (ISBN 978-0240814636), p. 56
  18. (en) Tom Hoover, « Interviews: Clinton Shorter – The Music of District 9 » [archive du ], Score Notes, (consulté le )
  19. District 9 sur Apple.com
  20. a et b (en) « District 9 Reviews », sur Metacritic, CBS Interactive (consulté le )
  21. a et b (en) « District 9 (2009) », sur Rotten Tomatoes, Fandango Media (consulté le )
  22. a et b « District 9 - critiques presse », sur Allociné (consulté le )
  23. a et b (en) Box Office Mojo
  24. (fr) Box-office France. JP's Box Office.
  25. Lauranne Provenzano, « Le Nigeria outré par le film District 9 », sur Jeune Afrique, (consulté le ).
  26. a b c d et e (en) « District 9 - Distinctions » sur l’Internet Movie Database (consulté le ).
  27. a b c d e f g et h « Palmares du film District 9 », sur Allociné (consulté le ).
  28. (ru) « Site internet russe », sur Filmz.ru (consulté le ).
  29. (en) Richard Corliss, « 'District 9' Review: The Summer's Coolest Fantasy Film », Time, (consulté le )
  30. (en) « The real 'District 9' - South Africa's shack dwellers », Guardian Weekly,
  31. (en) Shaun de Waal, « Loving the Aliens », Film, Mail & Guardian,
  32. (en) « Interview with Neill Blomkamp on the Highveld Stereo 94.7 radio station »,
  33. (en) « Xenophobia, Racism Drive Alien Relocation in District 9 », (consulté le )
  34. (en) « Hold the Prawns », SACSIS
  35. (en) « District 9, Ugly Marvel », SACSIS
  36. (en) JK Fowler, « District 6 in District 9: The Metaphoric Menagerie », the Mantle,
  37. (en) « District 9 director already thinking about a sequel », SCI FI Wire,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le )
  38. (en) Mueller, Matt. "Neill Blomkamp Talks District 9 — RT Interview" « http://uk.rottentomatoes.com/m/district_9/news/1842105/neill_blomkamp_talks_district_9_rt_interview »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), , Rotten Tomatoes, 3 September 2009.
  39. (en) « Will The Next District 9 Be A Prequel? », Empire Online,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le )
  40. (en) « Sharlto Copley On The District 9 Sequel », Empire Online,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le )
  41. AlloCine, « District 10 » (consulté le )
  42. lefigaro.fr, « Le réalisateur Neill Blomkamp lève le voile sur District 10 » (consulté le )
  43. (en) Neill Blomkamp Talks About A District 9 Sequel And Star Wars « https://web.archive.org/web/20130616101247/http://www.giantfreakinrobot.com/scifi/neill-blomkamp-talks-district-9-sequel-star-wars.html »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?),
  44. (en) « Neill Blomkamp - District 10 », sur Twitter (consulté le )

Liens externesModifier