Dissertation

document écrit soumis en vue de l'obtention d'un diplôme universitaire; par exemple. thèse de doctorat, habilitation, etc.

La dissertation est un exercice d'argumentation organisé en deux ou trois parties, qui retrace le cheminement d'une pensée d'une introduction à une conclusion. La dissertation résout une problématique.

PrincipesModifier

Buts et raisonsModifier

La dissertation est un exercice académique de réflexion qui permet de formaliser le cheminement d'une pensée, d'une question originaire à une conclusion. La dissertation fonctionne par accumulation ou par dépassement. Une argumentation logique doit rigoureusement suivre un fil directeur. La dissertation exige d'être nourrie par des exemples concrets et des illustrations. Elle s'oppose par conséquent à la récitation par cœur[1].

Le format de la dissertation est applicable à une multiplicité de disciplines. Les règles changeront donc selon les disciplines : une dissertation de littérature comparée doit s'appuyer sur des exemples issus de la littérature, et suit généralement une logique de dépassement, tandis qu'une dissertation d'histoire peut être organisée selon un plan chrono-thématique. Une dissertation de droit est nécessairement structurée en deux parties, et ne dispose pas d'une conclusion.

Sous les républiques, la dissertation est considérée, à l'inverse de l'écriture de discours, comme un exercice aux vertus démocratiques et républicaines, en ce qu'il permet d'organiser sa pensée et de démêler le vrai du faux[2].

Structure généraleModifier

La dissertation commence par une introduction, qui, sans être trop longue, doit exposer et contextualiser le sujet. Elle doit permettre de l'éclairer, de le reformuler et de la problématiser. Si elle n'est généralement qu'en un unique paragraphe, elle couvre cinq mouvements : une accroche, où le sujet est amené ; une définition du problème, qui permet la définition des termes ; une explication de la dimension du sujet, c'est-à-dire ses enjeux et ses limites ; l'idée générale, ou la thèse défendue ; et l'annonce du plan. Cette annonce permet au lecteur de connaître immédiatement le cheminement que suivra l'auteur dans la dissertation. Elle est constituée d'une, deux ou trois phrases qui rendent compte de la structure du raisonnement[3].

Le corps de la dissertation se compose généralement de deux ou trois parties. Chaque partie doit être introduite, ainsi que, idéalement, chaque sous-partie. La sous-partie commence par la présentation de l'argument, puis une explication. Chaque partie s'achève sur une conclusion partielle et une transition[3].

La conclusion se décompose généralement de deux parties. La première résume le cheminement en expliquant comment il a répondu à la problématique. La deuxième permet de prendre de la hauteur en ouvrant, si cela est convenable, d'une ouverture[3].

HistoireModifier

De la disputatio à la dissertatioModifier

La dissertation trouve son origine dans la mutation d'un exercice académique médiéval appelé disputatio. Débat rhétorique oral sur les auteurs, il amenait les étudiants et les érudits à construire une réflexion en plusieurs temps afin de résoudre une question imposée[4].

La dissertation en latin apparaît au XVIIe siècle et remplace progressivement dans les universités l'ancienne disputatio. Elle est fortement liée à la culture humaniste qui modèle la pensée occidentale à la Renaissance[5]. Utilisée par René Descartes, elle devient rapidement le symbole du cartésianisme et de la rigueur de la pensée[6].

Intégration au programme scolaire républicainModifier

La dissertation est popularisée dans le système éducatif français par les Jésuites, qui en font un des piliers de leur enseignement. L'influence académique des Jésuites, ainsi que l'adoption du format de la dissertation par de nombreux philosophes, fait que la dissertation philosophique est introduite dans les lycées sous le Second Empire, en 1864. Elle s'étend à partir de ce moment aux disciplines connexes.

La Troisième République est l'occasion, en France, de vastes réformes éducatives. Jusqu'en 1885, le principal exercice de français est le discours, qui fait la part belle à l'oralité, mais qui néglige l'aspect écrit. En 1885, la réforme Gustave Lanson supprime l'enseignement de la rhétorique, faisant de la dissertation et du commentaire de texte les deux modalités principales d'organisation de la pensée dans les lycées[5].

Le genre de la dissertation s'impose dans l'enseignement en France vers 1955 et reste encore aujourd'hui l'exercice de base des khâgnes (classes préparatoires littéraires A/L et B/L), des concours de l'ENS, du CAPES, de l'agrégation, etc[7].

Place institutionnelleModifier

La dissertation dans le secondaireModifier

Dans la continuation des cours de rhétorique de l'Antiquité, la dissertation, ainsi que le commentaire de texte, font partie des exercices phares du baccalauréat. Ils sont notamment proposés à l'épreuve écrite de français du baccalauréat français de Première[8].

Il est également proposé à l'épreuve de philosophie du baccalauréat français en classe terminale : le candidat doit choisir entre deux sujets de dissertation et un sujet d'explication de texte. Il dispose de quatre heures pour le traiter. La dissertation est aussi proposée sous forme de sujet, accompagné de documents en terminale, en sciences économiques et sociales.

En histoire-géographie, l'exercice a changé plusieurs fois de nom : appelé dissertation avant 2012, il est renommé « composition » à partir de la réforme du lycée de 2012 pour la série S et en 2013 pour les séries ES et L, jusqu'à la session 2020 ; depuis, il a été remplacé par un exercice de « réponse à une question problématisée », plus court (une heure)[9].

Enfin, dans l'enseignement de spécialité « histoire-géographie géopolitique sciences politiques » (HGGSP), l'épreuve prévue à la fin de la classe de première est appelée une composition[10], tandis que l'épreuve finale en terminale est qualifiée de dissertation[11].

La dissertation dans le supérieur et la fonction publiqueModifier

Au-delà du système secondaire, elle reste très employée dans le supérieur. La dissertation joue un rôle important dans les examens universitaires de premier et second cycles des facultés de lettres et sciences humaines, ainsi que dans les classes préparatoires aux grandes écoles, en particulier littéraires (concours des écoles normales supérieures) et commerciales[12].

Dans les filières scientifiques, la dissertation est un exercice particulièrement représenté pour les étudiants de Biologie ou de Géologie (plus particulièrement ceux se destinant aux concours du CAPES et de l'agrégation). Elle peut alors se présenter sous la forme d'une question qui peut regrouper plusieurs thèmes transversaux de biologie animale, végétale, cellulaire, moléculaire...

Elle sert dans les concours de recrutement de la fonction publique (épreuve de culture générale) et reste prépondérante en particulier dans le recrutement national des professeurs titulaires du secondaire (concours français du CAPES et de l'agrégation).

La dissertation à l'étrangerModifier

Cet exercice est principalement en usage dans le monde francophone, et il joue un rôle prépondérant dans le secondaire et le recrutement de la fonction publique en France. En termes de fréquence d'utilisation dans le système éducatif, il peut se rapprocher du paper, la forme de rédaction la plus utilisée dans le monde anglo-saxon. Le paper et la dissertation sont toutefois deux exercices différents. La dissertation est considérée à l'étranger comme un exercice typiquement français[13].

Plusieurs pays, tels que le Sénégal et Haïti, ont adopté l'exercice de la dissertation. Raphaël Confiant écrit ainsi que « l'école haïtienne [a] hérité des deux exercices les plus prestigieux du système scolaire français : la dissertation et le commentaire de texte »[14].

Débats et polémiqueModifier

FormalismeModifier

Les critiques à l'encontre de la dissertation touchent soit à son formalisme soit à l'organisation et à la visée de l'enseignement (purement philosophique, ou bien parfois général) qui prévaut en France[15].

C. Lévi-Strauss, dans Tristes Tropiques, chapitre VI « Comment on devient ethnographe »[16], critique l'exercice de la dissertation comme trop systématique. Le plan type ferait croire, selon lui, « que tout problème, grave ou futile, peut être liquidé par l’application d’une méthode, toujours identique, qui consiste à opposer deux vues traditionnelles de la question ; à introduire la première par les justifications du sens commun, puis à les détruire au moyen de la seconde ; enfin à les renvoyer dos à dos grâce à une troisième qui révèle le caractère également partiel des deux autres ».

Évaluation des auteursModifier

Michel Onfray écrit que la dissertation étant un exercice très exigeant, la baisse du niveau éducatif français affecte la dissertation plus que toute autre épreuve écrite du baccalauréat[17]. Pierre Bourdieu montre que la dissertation est un exercice exigeant car il exige une très bonne connaissance du cours, ainsi que de bonnes capacités de rédaction[18].

Notes et référencesModifier

  1. Vincent Milliot et Olivier Wieviorka, Méthode pour le commentaire et la dissertation historiques, Armand Colin, (ISBN 978-2-200-27310-1, lire en ligne)
  2. Pratiques, CRESEF, (lire en ligne)
  3. a b et c Tafsir al Ousseynou Samb, Comment réussir l'épreuve de dissertation ?: Règles de bases et méthode d'apprentissage + 30 sujets traités + 11 plans de sujets exposés + 50 sujets proposés, Editions L'Harmattan, (ISBN 978-2-14-003780-1, lire en ligne)
  4. « Les clefs du bac de philo, par Thomas d’Aquin », sur Actuel Moyen Âge, (consulté le 2 septembre 2020).
  5. a et b Philippe Deubel, Jean-Marc Huart, Marc Montoussé et Didier Vin-Datiche, 100 fiches pour comprendre le système éducatif, Editions Bréal, (ISBN 978-2-7495-0744-6, lire en ligne)
  6. Alain Lempereur, Négociations européennes: d'Henri IV à l'Europe des 27, A2C medias, (ISBN 978-2-916831-05-3, lire en ligne)
  7. http://www.cafe.umontreal.ca/genres/n-disser.html
  8. Frank Lanot, Catherine Roux-Lanier, Daniel Pimbé et André Ropert, La culture générale de A à Z, Hatier, (ISBN 978-2-218-94748-3, lire en ligne)
  9. Note de service no 2019-050 du , publiée au BOÉN du , « sur les épreuves communes de contrôle continu d'histoire géographie dans les voies générale et technologique, à compter de la session 2021 de l’examen du baccalauréat » [PDF], sur Éduscol.
  10. « « Épreuves communes de contrôle continu des enseignements de spécialité suivis uniquement pendant la classe de première de la voie générale – session 2021 » », note de service no 2019-059 du publiée au BOÉN no 17 du .
  11. « « Épreuve de l’enseignement de spécialité « histoire-géographie, géopolitique et sciences politiques » de la classe de terminale de la voie générale à compter de la session 2021 de l’examen du baccalauréat » », note de service no 2020-025 du , publiée au BOÉN spécial no 2 du .
  12. Antoine Compagnon, Une question de discipline: Entretiens avec Jean-Baptiste Amadieu, Flammarion, (ISBN 978-2-08-131514-3, lire en ligne)
  13. Guy Konopnicki, L'âge démocratique, Grasset, (ISBN 978-2-246-39179-1, lire en ligne)
  14. Raphaël Confiant, Les ténèbres extérieures, L'Archipel, (ISBN 978-2-35905-107-0, lire en ligne)
  15. Une description humoristique de l'exercice figure par exemple dans l'ouvrage collectif paru sous le titre Rire en philo aux éditions du petit pavé en 2017.
  16. « Tristes tropiques » [PDF], sur Monoskop.
  17. Michel Onfray, La lueur des orages désirés, Grasset, (ISBN 978-2-246-78032-8, lire en ligne)
  18. Michel Onfray, La lueur des orages désirés, Grasset, (ISBN 978-2-246-78032-8, lire en ligne)

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • Collectif, Dissertation sociologique, Armand Colin (Collection Cursus), 2000, (ISBN 2200251041)

Liens externesModifier

Articles connexesModifier