Ouvrir le menu principal

Discussion:Pari de Pascal

Discussions actives
Autres discussions [liste]
  • Suppression
  • Neutralité
  • Droit d'auteur
  • Article de qualité
  • Bon article
  • Lumière sur
  • À faire
  • Archives


Participez au Projet:France du Grand Siècle !
Le Projet:France du Grand Siècle vise à améliorer les articles de Wikipédia sur l’histoire de la France au XVIIe siècle. Nous avons besoin de vos contributions pour atteindre cet objectif.
Vous pouvez modifier cet article, visiter la page du projet pour le rejoindre et/ou participer aux discussions le concernant.


stratégie du MinimaxModifier

Je ne vous dirais pas mon opinion sur le problème de Dieu, mais sur la manière d'exposer le "pari de Pascal". Je pense qu'on ne peut pas faire l'impasse sur cette formalisation (MINIMAX) moderne pour 3 raisons au moins

d'abord parce que Pascal s'adresse à une catégorie bien particulière, les libertins, joueurs de cartes et scientifiques rationnels
j'aime bien cette apparition du sens moderne de l'∞ l'infini pour une des premières fois de la Renaissance, tout comme dans son angoisse de l'homme moderne perdu entre l'∞ment grand et l'∞ment petit.
ensuite parce que le lecteur actuel de l'encyclopédie doit pouvoir comprendre que Pascal ne fait pas ici de préchi-précha mais s'exprime en froid mathématicien. Il n'est absolument pas question dans son argumentation de jugements de valeur sur la manière dont les gens mènent leur vie ("frêres" dans la foi, de "vrais" amis, coeur en morceaux, plaisirs "illicites"). Nous restons froids et non-moralisateurs.
à partir du moment où on formalise froidement le raisonnement de Pascal, on peut examiner tout aussi froidement sa démolition par Hans Jonas (Le Principe responsabilité) qui, en fait donne une pondération différente de celle du tableau de Pascal. pour lui le néant n'est pas valué "0" mais "-∞infini" (case pariez existence; D n'existe pas), et Jonas dit que ce -∞infini est exeaquo avec le -∞infini de l'enfer(case pariez inexistence; D existe). La réfutation de Jonas exprimée au §-Critique du pari semble donc bien entrer dans le même raisonnement que l'auteur, avec juste une petite nuance de pondérationdes valeurs. Elle ne réfute ni ne confirme, bien sûr.Michelbailly 1 janvier 2006 à 22:58 (CET)

Défense du pari de Pascal d'après 83.205.48.52 (déplacé et remis en forme depuis l'article)Modifier

  • Si je parie que Dieu EST,certes je rennonce à quelques plaisirs illicites,mais ces plaisirs sont moins grands que l'on peut se les imaginer, et, souvent, ils mènent à une vie de solitude, de maladie, ou de déprime:
    • Par exemple à cause de la surrenchère du couple désir-plaisir (Cf; le "Faust" de von Goethe).
    • Par exemple, celui qui décide de profiter des plaisirs sexuels ne pourra avoir autant de relations dans sa vie que quelqu'un de marié, de plus, il aura le coeur morcellé et risque de déprimer, enfin, il peut mourrir jeune(et seul)de maladies.
  • Si je parie que Dieu EST, en plus de l'espérance en la vie éternelle, je gagne aussi la probabilité d'une vie plus longue, une famille nombreuse et heureuse, la paix intérieure, et de vrais amis car je n'aurai blessé personne par mes désirs égoistes, je trouve aussi plus que l'amitié : des frêres dans la foi !

Objection(1):Les nons-croyants ne sont pas tous des libertins déchainés affreusement immoraux qui profitent de l'absence d'une croyance en dieu pour ruiner leurs vie. :) La majorité d'entre eux finiront avec une famille tout aussi heureux qu'un croyant, sinon plus. Et puis il y a aussi des croyants qui réussissent à ruiner leurs vie d'assez belle façon...

Objection(2):Et puis le non-croyant n'a pas de remord parce qu'il s'amuse un peu le dimanche matin sans que ce soit dans le but dprocréation :) Réponse possible:Au niveau individuel, il est difficile de convraincre l'homme que l'athéïsme mène à l'excès, ou, bien plus souvent, au désespoir.C'est pourtant ce que dit Blaise Pascal lorsqu'il affirme que "celui qui ne cherche pas Dieu[et ne veut pas y penser] est fou et malheureux".Pourtant, cela devient evident pour nous, contemporains; en effet, le vingtièmme siècle a été celui de l'athéïsme.Et l'on a vu les hommes, ivres d'idôlatrie se précipiter dans les idéologies les plus meutrières.Confondant comme Faust, plaisir et bonheur, prophète et homme politique, l'humanité a basculé dans le néant.Cela a été le cas pour le communisme de Marx, le fascisme, et aujourdhui ce que Jean Paul 2 nomme "la culture de mort".

Ça va, votre point de vue n'est pas trop biaisé par les partis pris... l'athéisme ne méne pas forcément à l'excès ; et les excès ne sont que le résultat de la nature humaine... et la croyance ne préserve nullement des excès, ou des confusions. On pourrait ironiser en rappelant que la curie romaine avait choisi le nazisme contre le communisme... comme quoi. Il y a beaucoup de fous et de malheureux parmis ceux qui veulent penser à "dieu"... ou qui sont croyants. Je vois que vous en profitez également pour confondre le "communisme soviétique" et le "communisme" de Marx. Plus généralement, ce que je reprocherais au pari de Pascal, c'est que la pari, si pari il y a, ne se résume pas à deux possibilités "croire au dieu chrétien" ou "ne pas croire au dieu chrétien"... Sur quelles religions dois-je parier ?... la religion sikh, candamblé, vaudou, rastafari, bouddhisme boutthanais, bouddhisme tibétain, shinto ?...

Caractéristique de l'EnferModifier

"...prévoit une vie après la mort désagréable si on ne se conforme pas à un certain dogme."

lol :) si ça c'est pas un euphémisme. Ripounet 23 août 2006 à 22:31 (CEST)

Bah ça dépend à quelle métaphysique tu fais référence, on peut très bien concevoir une vie après la mort agréable. Amha le qualificatif désagréable est tout à fait justifié. BenduKiwi [ | φ] - 23 août 2006 à 23:56 (CEST)

Questions pour améliorer la qualité de l'article Pari de PascalModifier

J'ai reçu ce message non-signé, alors je le transferts et je réponds ici:

Bonjour, Vous avez introduit le +a et le -a dans l'article sur le pari de Pascal, quelle en est la source ? En effet, à la lecture du texte original, Pascal ne mentionne pas les plaisirs d'une vie libertine ou les privations d'une vie vertueuse. L'interpretation lacanienne du texte développe plutôt l'idée d'Objet a.
alors voilà ma réponse, éventuellement le modifierai la § minimax en conséquence.
j'ai écrit ce paragraphe "minimax" pour exprimer en termes de recherche opérationnelle une démonstrations exprimèe très succintement par Pascal dans les termes de son époque. Pour mon minimax de la théorie des jeux en recherche opérationnelle, j'avais besoin de 2 nombres, un très grand pour exprimer ce qui se passe en enfer ou au paradis, un nombre "normal" pour exprimer ce qui se passe pendant la vie terrestre; le très grand nombre est l'infini affecté du signe + ou -; le nombre "normal" est un nombre quelconque auquel il fallait donner un nom, je l'ai appelé "a" affecté du signe + ou -; voilà pourquoi j'avais introduit le +a et le -a dans l'article, +a et -a dont Pascal lui-même ne parlait pas , bien sûr. Mais je ne savais pas qu'on pourrait le confondre avec Objet a de Lacan.
Remède: appeler ce nombre d'un autre nom de variable que "a", mais quelle lettre serait susceptible d'être comprise par un libertin joueur de cartes et comprise sans ambiguïté par un homme du XXIème siècle?
autre amélioration, dessiner la matrice du minimax. je vais le faire sur le champ.

Michelbailly 21 mars 2007 à 23:36 (CET)

Proposition de suppression rejetéeModifier

En passant 27 juillet 2007 à 18:46 (CEST)

Pb de sourcesModifier

Si l'on donne une interprêtation du pari, peut-on sourcer d'où elle vient ? Si elle est "mathématique", je conçois qu'elle puisse originale, mais la philsophie non sourcée, c'est la porte ouverte au conversation de comptoir...Jean de Parthenay (d) 13 octobre 2009 à 08:57 (CEST)

Quel que soit le domaine, il faut de toute façon éviter les travaux inédits sur Wikipédia. Donc, en effet, il faut mieux lier le texte de l'article aux sources mentionnées à la fin, et/ou en trouver d'autres. Je n'ai pas de quoi le faire moi-même, mais j'ajoute un bandeau pour ça. --Eunostos| 25 décembre 2010 à 23:44 (CET)

Modifications de l' IP 109.28.32.230Modifier

Je n'aime pas réverter des phrases entières mais je signale que ces phrases sont ici une discussion personnelle, sans doute pertinente, de bon sens, mais personnelles. Ce n'est pas le principe de Wp. Il faut sourcer. En outre je pense que l'on ne met pas assez en évidence que le pari de Pascal plaide surtout en faveur de l'idée qu'il est raisonnable d'agir dans l'incertitude. C'est l'interprétation sur laquelle insiste Joseph Malègue en citant d'ailleurs Pascal. Donc, je pense que ces phrases devraient être écrites avec des sources. Si on commence à donner son avis sur un sujet aussi difficile la page deviendra illisble. Tonval (d) 18 janvier 2013 à 21:38 (CET)

Un présupposéModifier

Les critiques du pari de Pascal ne semblent pas remarquer qu'il présuppose l'existence de Dieu, ce qui explique sa conclusion et son inexactitude.

Remplaçons Dieu par la prédiction du numéro gagnant du prochain tirage du Loto.

"croix" : je parie que la cartomancienne qui me prédit le numéro gagnant du prochain tirage du Loto a raison. "bâton" : je parie que la cartomancienne qui me prédit le numéro gagnant du prochain tirage du Loto a tort.

"Pesons le gain et la perte, en prenant croix que la cartomancienne a raison. Estimons ces deux cas : si vous gagnez, vous gagnez le gros lot ; si vous perdez, vous ne perdez rien. Gagez donc qu'elle a raison, sans hésiter. "

En suivant Pascal, je devrais toujours croire les cartomanciennes !

Il y a une interprétation peut-être moins littérale du pari de Pascal. Le fait que nous parions souvent (je pense que c'est indiqué dans la page), comme par exemple quand nous nous embarquons en mer, quand nous préparons quelque chose pour demain. Il s'agi seulement de considérer la foi comme non-déraisonnable et non pas comme la seule option possible ou la meilleure. Mais il faudrait lire une étude récente. Tonval (d) 26 juillet 2013 à 12:23 (CEST)


Question (pertinente?) du 8 décembre 2006 à 15:25 de l'IP 194.51.20.124 [déplacé ici]Modifier

Le pari de Pascal avait été refuté, avant même sa publication dans les Pensées, par Savinien Cyrano de Bergerac dans "Les états et empires de la lune". Il serait bon que cette critique apparaisse dans l'article, non?

Amélioration de l'articleModifier

J'ai modifié l'article en ajoutant : une introduction claire, des références scientifiques, une explication claire de l'argument, une présentation sourcée et simple des critiques classiques adressées à Pascal pour son pari. J'ai aussi effacé plusieurs contributions qui me paraissaient confuses ou rédigées dans un style inadapté. Je suis cependant débutant et je suis ouvert à toutes les critiques sur ma manière de faire.

Il me semble par ailleurs que la partie concernant la représentation grâce à la théorie de la décision devrait être clarifiée. Il suffirait à la limite de traduire la page anglaise sur ce point ou de s'inspirer de la présentation de la Stanford Encyclopedia of Philosophy. Si l'un d'entre vous fait la traduction, je la relirais avec plaisir. --Baptiste d'Élis (discuter) 1 novembre 2016 à 15:06 (CET)

J'ai finalement retiré l'interprétation du pari par le biais du concept de minimax. Cette interprétation ne se trouve pas dans la littérature spécialisée sur le sujet. Par ailleurs, son caractère peu développé était plus de nature à confondre le lecteur qu'à l'éclairer. --Baptiste d'Élis (discuter) 1 novembre 2016 à 18:54 (CET)

Tableaux inéditsModifier

Le premier tableau me semble faux, car pour Pascal b vaut zéro (cf. le texte du pari). De plus il n'est pas sourcé et semble inédit, c'est une pure interprétation.

Quant au second tableau ajouté récemment, il n'a aucune source non plus. Cette page n'est pas une porte ouverte à toutes les opinions personnelles et subjectives sur le pari, qui est d'interprétation difficile. De même la notion d'« intérêt » évoquée dans le RI est une interprétation non sourcée.

Cordialement Windreaver [Conversation] 26 février 2018 à 11:45 (CET)

PurgatoireModifier

Indépendamment de son manque de sources, le tableau final concernant la religion à choisir me semble erroné en ce qu'il ignore Limbes, purgatoire, et autres "solutions intermédiaires" entre Paradis et Enfer. Certains courants protestants, par exemple, établiraient une différence entre un Chrétien non-protestant (ou d'une secte protestante différente), qui irait au Purgatoire, et un complet hérétique qui serait voué à l'Enfer… --90.34.108.204 (discuter) 20 juin 2018 à 22:36 (CEST)

Revenir à la page « Pari de Pascal ».