Diocèse de Szeged-Csanád

Diocèse de Szeged-Csanád
(la) Dioecesis Szegediensis-Csanadiensis
Image illustrative de l’article Diocèse de Szeged-Csanád
La cathédrale Notre-Dame des Hongrois de Szeged.
Pays Drapeau de la Hongrie Hongrie
Province ecclésiastique Archidiocèse de Kalocsa-Kecskemét
Titulaire actuel László Kiss-Rigó
Langue(s) liturgique(s) Hongrois, latin
Paroisses 112
Prêtres 112
Religieux 61
Religieuses 28
Population totale 821 672 (2016)
Population catholique 362 000 (2016)
Pourcentage de catholiques 44,1 %
Site web www.szeged-csanad.egyhazmegye.hu
Image illustrative de l’article Diocèse de Szeged-Csanád
Localisation du diocèse
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Le diocèse de Szeged-Csanád (Szeged-Csanádi egyházmegye) est situé au sud de la Hongrie autour de la ville de Szeged. L'église cathédrale du diocèse est l'église votive, dédiée à Notre-Dame-des-Hongrois.

HistoireModifier

 
Nouvelles frontières à la suite des traités de Saint-Germain et de Trianon

Étienne Ier de Hongrie dans sa volonté de régner sur tout le bassin des Carpates a dû combattre les chefs tribaux hongrois se trouvant dans la partie orientale du bassin qui lui résistaient. Il a battu le chef Gyula III de Transylvanie en 1003 et a rattaché le territoire à son royaume. Il s'est ensuite retourné contre le kagan appelé Kean, prince des Bulgares et des Slaves, se trouvant dans la Transylvanie du sud. Il a imposé la conversion au christianisme à tous les peuples qu'il venait de conquérir. L'armée royale est commandée par Doboka, un parent du roi Étienne, qui a donné son nom au comitat de Doboka, au nord de la Transylvanie et dont il a été probablement le premier ispán. En 1009, le roi Étienne emploie des forces militaires pour assujettir et convertir les Hongrois noirs[1] de la région du Danube et de la Drave. Puis il donne en mariage sa jeune sœur à Samuel Aba, chef de la tribu des Kavars du Matra, dont il fait un ispán de sa cour, puis un nádorispán et étend son autorité sur son territoire. La conversion du territoire de Vata lui a permis d'étendre sa domination jusqu'à la rivière Körös. En 1020, il ne reste qu'une tribu qui résiste à l'autorité du roi Étienne, celle d'Ajtony, dont la capitale est Marosvár étabie sur les bords du Maros (en roumain : Mureș). Étienne Ier envoie contre lui son armée commandée par Csanád, fils de Doboka. La date de la victoire de l'armée royale sur Ajtony est sujette à controverse, mais il s'agit probablement de 1028, peu de temps avant la fondation du diocèse dans la ville de Csanád (en roumain : Cenad), en 1030, dont la date est certaine. Grâce à cette victoire, le roi Étienne Ier a le contrôle de l'ensemble du bassin des Carpates. Le premier évêque de Csanád est saint Gérard de Csanád (1030-1046)[2].

Après la Première Guerre mondiale, le traité de Trianon a donné une petite partie au sud-est du comitat de Csanád (Nădlac and Şeitin) au royaume de Roumanie. Le restant du comitat a été réuni avec des parties du comitat de Torontál se trouvant au sud de Szeged et au comitat d'Arad pour former le nouveau comitat de Csanád-Arad-Torontál. La ville de Csanád et devenue roumaine sous le nom de Cenad, dans le Județ de Timiș, à 10,4 km au nord de Sânnicolau Mare.

Le est détaché du diocèse de Csanád un territoire pour former l'administration apostolique de Srpski Banat dont le nom est changé en 1936 en Jugoslavenska Banat élevé en 1986 en diocèse de Zrenjanin.

Le est créé l'administration apostolique de Timişoara détachée du diocèse de Csanád.

Un concordat est signé le entre le Saint-Siège et le Royaume de Roumanie créant pour l'Église catholique de rite latin un archidiocèse à Bucarest et quatre diocèses suffragants, à Alba-Julia, Timișoara, Satu Mare et Oradea Mare (Gran Varadino, Nagyvárad) unies aeque principaliter, l'administration apostolique du territoire d'Oradea Mare cesse et passe sous la juridiction de l'évêque de Satu Mare, et Iași.

Le pape Pie XI élève l'administration apostolique de Timișoara en diocèse de Timișoara, le .

Après la Seconde Guerre mondiale, le comitat de Csanád-Arad-Torontál a été divisé entre le comitat de Békés et le comitat de Csongrád. La partie roumaine de l'ancien comitat de Csanád a formé le Județ d'Arad.

Le siège du diocèse de Csanád est déplacé à Szeged le . Le , le diocèse de Csanád change de nom et devient le diocèse de Szeged-Csanád.

Le , le diocèse de Szeged-Csanád perd des territoires pour former le diocèse de Debrecen-Nyíregyháza.

Églises particulières du diocèseModifier

L'église Notre-Dame des Hongrois de Szeged est la cathédrale du diocèse.

Cocathédrale Saint-Antoine-de-Padoue de Békéscsaba.

ÉvêquesModifier

Évêques de CsanádModifier

  • Gérard de Csanád, 1030-1046,
  • Mór, 1046-1053,
  • Lőrinc, 1083-1113,
  • Dezső, 1113- ?,
  • Besztréd, 1138- ?,
  • Pál, 1142- ?,
  • János, 1148-1156,
  • István, 1156-1169,
  • Saul de Hédervar, 1188-1192, puis archevêque de Kalocsa (1192-1202),
  • Krispin, 1192-1193,
  • János, 1198-1201,
  • Dezső, 1202-1229,
  • Bulcsú, 1229-1242,
  • Balázs, 1243-1257,
  • Bereczk, 1259-1275,
  • Gergely, 1275-1291,
  • Antal (O.F.M.), 1296-1307,
  • Benedek, 1307-1332,
  • Jakob von Piacenze, 1332-, puis évêque de Zagreb (1343-1348),
  • István Harcsáki, -, puis évêque de Veszprém (1344-1345), ensuite archevêque de Kalocsa (1345-1349?),
  • Galhard de Carceribus, -, puis évêque de Veszprém (1345-1346), ensuite archevêque de Brindisi-Oria (1346-1348),
  • Gergely Kapronczai, -1350,
  • Tamás Telegdi, -, puis archevêque de Kalocsa (1358-1367), ensuite archevêque métropolitain d'Esztergom (1367-1375).
  • Gergely Lendvai, -1360,
  • Domonkos Bebek, 1360-, puis évêque d'Oradea Mare (1373-1374),
  • Miklós, -1375, auparavant évêque de Knin (1365-1373),
  • Pál Péterfia, -1379,
  • Tamás, 1379-1380,
  • Ivan Smilo Bohemus (János Czudar), 1380-, puis évêque de Zagreb (1386-1394),
  • János, -1395,
  • Lukas de Órév de Szántó, , puis évêque d'Oradea Mare (1397-1406),
  • Gergely Szeri Pósafi, -1402, auparavant évêque de Srijem (1394-1397),
  • Dózsa Marczalli, 1403-1423,
  • László Marczalli, -1434,
  • Péter Remetei Himfi, 30 avcril 1438-1457,
  • Albert Hangácsi, 1457-1466,
  • János Szokoli, -1493,
  • Luka Baratin de Segedino, -; auparavant évêque de Bosnie (1491-1493), puis évêque de Zagreb (1500-1510),
  • Miklós Körösszegi Csáki (Mikuláš de Bačka), -1514, auparavant évêque de Srijem (1499-1501), évêque de Nitra (1501-1503) et évêque de Transylvanie (1503-1504),
  • Ferenc Csaholi, Ier -,
  • János Musinai Gerván, 1526-,
  • János Bonzagnó, 1529-1537,
  • Györgi Martinuzzi (O.S.P.P.E.), 1536-, puis évêque d'Oradea Mare (1539-1551), ensuite archevêque métropolitain d'Esztergom (1551-1551), nommé cardinal en 1551.
  • János Barlabássy, -1552,
  • Péter Kapronczay Paulinus, -1561,
  • János Kolozsváry, -,
  • Andrija Dudić, 1563-, auparavant évêque de Knin (1562-1563), puis évêque de Pécs (1565-déposé en 1567),
  • Georg Bornemisza, 1565-, puis évêque d'Oradea Mare (1563-1574),
  • Boldizsár Persei Melegh, -1582,
  • István Mathisy, -, puis évêque de Vác (1589-1591),
  • Pál Szegedy, -1597,
  • Faustus Verancsics, -1608,
  • György Dubovszky, -1637,
  • János Püsky, -, évêque de Vác (1643-1644, 1648-1649), évêque de Nitra (1644-1648), puis archevêque de Kalocsa (1650-1658?).
  • György Szelepcsényi (Juraj Selepčéni Pohronec), 1643-1643, puis évêque de Pécs (1643-1644), évêque de Veszprém (1644-1647), diocèse d'Eger (1647- ?), évêque de Nitra (1652-1667), archevêque de Kalocsa (1658?-1667), archevêque métropolitain d'Esztergom (1667-1685).
  • Mátyás Tarnoczy, -, puis évêque de Vác (1655-1655),
  • Tamás Erdődy Pálffy (Tomáš Pálffi), -, puis évêque d'Eger (1667-1671), ensuite évêque de Nitra (1671-1679),
  • Nándor Erdődy Pálffy, -, puis évêque d'Eger (1678-1680),
  • János Kéry (O.S.P.P.E.), auparavant évêque de Srijem (1676-1678), puis évêque de Vác (1682-1685),
  • György Fenessy, -, puis évêque d'Eger (1687-1699),
  • Mihály Dvornikovich, -, puis évêque de Vác (1695-1705),
  • István Telekesy, -, puis évêque d'Eger (1702-1715),
  • István Dolny, -,
  • László Nádasdy (O.S.P.P.E.), -1730,
  • Adalbert von Falkenstein (O.S.B.), -,
  • Nikola Stanislavič (O.F.M.), -1750, auparavant évêque de Nicopolis (1728-1740) et administrateur apostolique de Valachie (1728-1740).
  • Franz Anton von Engel in Wagrain, -, auparavant évêque de Belgrade (1734-1750),
  • Imre Christovich, -,
  • László Koszeghy von Romete (S.J.), -,
  • Antal Török, -,
  • József Krivinai Lonovics, -, puis archevêque titulaire d'Amasea (1861-1866), ensuite archevêque de Kalocsa (1866-1867),
  • Sándor Csajághy, -,
  • Alessandro Bonnaz, -,
  • Alexander Dessewffy, -,
  • János Csernoch, -, puis archevêque de Kalocsa (1911-1912), archevêque métropolitain d'Esztergom (1912-1927), nommé cardinal en 1914.
  • Gyula Glattfelder, -, puis archevêque de Kalocsa (1942-1943),
  • Endre Hamvas, -, administrateur apostolique sede plena de l'archidiocèse d'Esztergom (1950-1956), puis archevêque de Kalocsa (1964-1969), archevêque titulaire d'Aræ in Numidia (1969-1970).
    • József Ijjas, administrateur apostolique, -, évêque titulaire de Tagarata (1964-1969), puis archevêque de Kalocsa (1969-1987),
    • József Udvardy, administrateur apostolique (1969-1975), évêque titulaire de Tabbora (1969-1975),
  • József Udvardy, -.

Évêques de Szeged–CsanádModifier

  • József Udvardy, -,
  • Endre Gyulay, -,
  • László Kiss-Rigó depuis le .

Notes et référencesModifier

  1. André Vaillant, Les Hongrois « blancs » et les Hongrois « noirs », dans Revue des Études Slaves, 1959, tome 36, no 1-4 , p. 17-22 (lire en ligne)
  2. Gyula Kristo, Histoire de la Hongrie médiévale, Presses universitaires de Rennes, Rennes, 2000, tome 1, Le temps des Arpads, p. 39-46 ; (ISBN 978-2-86847-533-6)

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • (de) Koloman Juhász, Das Tschanad-Temesvarer Bistum im Spätmittelalter, 1307-1552, F. Schöningh, 1964

Articles connexesModifier

Liens externes et sourcesModifier