Ouvrir le menu principal

Dirk Bouts

peintre néerlandais
(Redirigé depuis Dieric Bouts)
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bouts.
Dirk Bouts
Theodoro Harlemio.jpg
Retable de la Vierge
Naissance
Décès
Activité
Lieu de travail
Mouvement
Enfants
Dirck Bouts le Jeune (en)
Albert BoutsVoir et modifier les données sur Wikidata

Dirk Bouts, ou Dieric Bouts, dit aussi Dirk Bouts le Vieux (Haarlem (?), v. 1415 - Louvain, 1475) est un peintre néerlandais actif à l'époque des primitifs flamands.

Sommaire

VieModifier

On connaît peu de choses sur cet artiste. La notice biographique que lui consacre Carel van Mander (1604) est, de l'aveu même de l'auteur, très lacunaire. Selon lui il serait né à Haarlem. On ignore qui fut son maître. Ses premières œuvres témoignent de l'influence de Van der Weyden mais également de Petrus Christus[1].

 
La dernière cène, panneau appartenant au retable du Saint Sacrement, illustre l'art de la perspective chez Dirk Bouts

À la fin des années 1450, il épouse une certaine Katharina van der Brugghen, issue de la bourgeoisie de Louvain, alors en pleine expansion économique et artistique. Il aura d'elle quatre enfants. Ses deux fils, Dirk II ou le Jeune (en) et Albrecht Bouts, deviendront également peintres[1].

En 1468, il est nommé peintre officiel de la ville de Louvain, près de Bruxelles. En 1473, deux ans avant sa mort, il épouse en secondes noces Elisabeth Van Voshem[1].

ŒuvreModifier

Il est fameux pour ses nombreux tableaux religieux, notamment la Vierge à l'enfant. Il utilisait la plupart du temps, des supports de bois sur lesquels il peignait à l'huile. Sa maîtrise de la perspective est visible dans les décors précis dans lesquels les personnages s’intègrent de façon parfaitement cohérente.

Son table Retable de la Vierge, peint vers 1470 et visible au musée des beaux-arts de Lille a très probablement inspiré Jérôme Bosch pour sa propre version de l'enfer (volet d'un retable peint vers 1500 conservé au palais ducal de Venise) : la composition est proche, mais des rochers en feu de forme similaire et la ressemblance des démons représentés sont troublants[2].

CatalogueModifier

 
La Perle du Brabant, v.1470, Alte Pinakothek

BibliographieModifier

Notes et référencesModifier

  1. a b et c Dictionnaire des peintres belges
  2. Arrêt sur images - le point envoie les classes moyennes françaises dans l'enfer
  3. Martyre de saint Erasme
  4. « Vienne, Les Chefs-d'œuvre des Beaux Arts », Muséart, no 77,‎ , p.104
  5. Giovanna Nepi Sciré, La Peinture dans les Musées de Venise, Editions Place des Victoires, (ISBN 978-2-8099-0019-4), p. 204
  6. Jean-Claude Frère, Les primitifs flamands, Edition Pierre Terrail, (ISBN 2-87939-115-6), p. 96
  7. Le volet gauche avec les donateurs a été peint par Hugo van der Goes après la mort de Dirk Bouts (Triptyque du martyre de saint Hippolyte - Dieric Bouts) tandis que le volet gauche est attribué par Griet Steyaert à Aert van den Bossche (Veronique Vandekerchove, Dieric Bouts ).

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier