Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres membres de la famille, voir Famille David-Weill.
David David-Weill au lycée Condorcet en 1888 (premier plan à droite) en compagnie de Marcel Proust (en haut à gauche).

David David-Weill est un banquier et un financier important du XXe siècle, né le à San Francisco et mort le à Neuilly-sur-Seine. Il a notamment dirigé la Banque Lazard, et fut un grand collectionneur d'art et un mécène.

Sommaire

BiographieModifier

Fils d'Alexandre Weill (1834-1906), banquier et cofondateur de la maison de banque Lazard Frères et Cie, et de Julie Cahn, il est, par son mariage avec Flora Raphaël (dont un portrait sur plaquette bronze a été réalisé en 1899 par le sculpteur Jules Chaplain), le père de Pierre David-Weill et de Jean David-Weill, ainsi que le grand-père de la comédienne France Lambiotte.

Après avoir fréquenté le Lycée Condorcet où il fut condisciple de Marcel Proust en classe de philosophie en 1888[1], il suit des études de droit et est diplômé de l'École libre des sciences politiques. Il rejoint ensuite ses cousins Lazard et Cahn dans la Banque Lazard.

Associé-gérant et chef de la maison de Banque Lazard, il devient régent de la Banque de France en 1935[2].

Entre 1932 et 1940, il dirige les Musées nationaux. Il a été élu en 1934 à l'Académie des beaux-arts.David David-Weill a beaucoup donné à des œuvres philanthropiques et donné libre cours à sa passion pour l’art. Dès l’âge de dix huit ans, il collectionne des œuvres dans tous les domaines : peinture, dessin, miniature, sculpture, mobilier, orfèvrerie… Il a richement doté de nombreux musées[3] comme le Musée Guimet, le Louvre, Carnavalet ou l’Union centrale des arts décoratifs dont il a été vice-président à partir de 1923 ; des universités comme celles de New York, Hambourg, Leyde, Honolulu, Stockholm ; des bibliothèques comme celle du Musée de l'Homme ou la Bibliothèque nationale (il est vice-président de la Société des amis de la Bibliothèque nationale). Il a été membre de la Société des amis de la Bibliothèque d'art et d'archéologie Jacques Doucet - actuelle bibliothèque de l'Institut national d'histoire de l'art -, bibliothèque à laquelle il a donné notamment le manuscrit du Journal d'Eugène Delacroix, qui est un des fleurons de ses collections[4].

Il a activement œuvré au développement de la Cité internationale universitaire de Paris et en hommage l'avenue David-Weill la longeant a pris son nom en 1960.

Une partie de ses collections furent vendues au cours de plusieurs sessions de ventes aux enchères au début des années 1970.

Notes et référencesModifier

  1. Guy-Alban de Rougemont, Lazard Frères: Banquiers des Deux Mondes (1848-1939), éditions Arthème-Fayard, 2010.
  2. genea-bdf.org
  3. Donations de D. David-Weill aux musées français, Paris : Éd. des musées nationaux, 1953 : Catalogue d'exposition des donations de David David-Weill au musée de l'Orangerie en 1953.
  4. E. Delacroix, Journal, M. Hannoosh (éd.), Paris : J. Corti, 2009

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Gabriel Henriot, Collection David-Weill, Paris : Presses de Braun, 1926 (3 vol.)
  • Georges Salles, Donations de D. David-Weill aux musées français, Paris : Éd. des musées nationaux, 1953
  • Miniatures and enamels from the D. David-Weill collection. - Paris : Les Beaux-Arts, 1957
  • Collectif, Musée du Louvre. Cabinet des dessins. Donation de D. David-Weill au Musée du Louvre, miniatures et émaux, octobre 1956-janvier 1957, Paris : Éditions des Musées nationaux, 1956
  • Étude Ader, Picard, Collection D. David-Weill :
    • Estampes de maîtres des XIXe et XXe siècles, Paris, Hôtel Drouot, 25 et 26 mai 1971
    • Dessins et tableaux, histoire de Paris et de ses environs, sujets divers du XVIIIe au XXe siècle, Paris, Hôtel Drouot, mercredi 9 et jeudi 10 juin 1971
    • Haute curiosité (antiquités égyptiennes, précolombiennes, bronzes et émaux), Paris, Hôtel Drouot, 16 juin 1971
    • Orfèvrerie T.1 - Orfèvrerie France XVIIe et XVIIIe siècles, Paris, Palais Galliera, vendredi 4 juin 1971
    • Orfèvrerie T.2 - Orfèvrerie France XVe au XVIIIe siècles, Paris, Palais Galliera, mercredi 24 novembre 1971
    • Orfèvrerie T.3 - Orfèvrerie France XIIe et XIXe siècles, Paris, Hôtel Drouot, jeudi et vendredi 5 mai 1972
    • Bronzes antiques des steppes et de l'Iran, Hôtel Drouot, mercredi 28 et jeudi 29 juin 1972
  • Agnès Callu, La Réunion des musées nationaux : 1870-1940, Droz, 1994
  • Hervé Joly, Danièle Fraboulet, Patrick Fridenson, Alain Chatriot, Dictionnaire historique des patrons français, Flammarion, 2010 (ISBN 2081255162 et 9782081255166)

Liens externesModifier