Damoclès (téléfilm)

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Damoclès (homonymie).
Damoclès
Réalisation Manuel Schapira
Scénario Manuel Schapira
Raphaël Chevènement
Delphine de Vigan
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Comédie
Durée 90 min.
Première diffusion sur Arte

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Damoclès est un téléfilm français réalisé par Manuel Schapira, sur un scénario de lui-même, de Raphaël Chevènement et Delphine de Vigan[1] d'après Le Crime de Lord Arthur Savile d'Oscar Wilde[2], et diffusé le sur Arte[3].

SynopsisModifier

Paul vit en colocation avec Hélène. Tous deux célibataires, Hélène cherche l'amour sur Internet alors que Paul fuit les nouvelles technologies pour se rapprocher des gens. Un soir, lors d'une fête, Lucie, la cousine d'Hélène prédit à Paul qu'il rencontrera l'amour dans un endroit vert, mais aussi qu'il tuera quelqu'un et que les deux événements sont liés.

À peine quelques jours plus tard, Paul rencontre Camille dans un parc et une relation intense commence. Même si, dans un premier temps, il ne croit pas aux prédictions de Lucie, il se met à douter quand il manque à plusieurs reprises de tuer quelqu'un accidentellement...

Fiche techniqueModifier

DistributionModifier

TournageModifier

Le tournage a eu lieu du au en Île-de-France[4]. Il s'agit du premier long-métrage réalisé par Manuel Schapira[5].

Sur la base des dates de tournage, ce tournage est le dernier téléfilm de la carrière de Claude Gensac[6],[7],[8].

Accueil critiqueModifier

Le Figaro, qualifie le téléfilm d'« exquise comédie » et de « téléfilm virevoltant sur le sujet pas si léger de la destinée humaine »[9]. Si Le Monde parle d'un « savant mélange de comédie et de suspense », il pointe néanmoins des « personnages [qui] ne sont pas chargés d'une grande épaisseur, pas plus que le propos qu'ils véhiculent »[10]. Première salue cependant la prestation de Manu Payet, « tantôt attachant, tantôt glacial, capable d'être aussi fragile qu'inquiétant » et le « sourire ravageur » d'Alma Jodorowsky dans une « drôle de comédie romantique, noire et inquiétante »[3]. Quant à La Croix, elle pointe des « dialogues [...] enlevés et [des] personnages secondaires piquants », citant Claude Gensac et Gilles Cohen[11].

AudienceModifier

Le téléfilm réunit 626 000 téléspectateurs, en France, soit 2,6 % de part d'audience, le 7 octobre 2016, lors d'une soirée dominée par le match de football France-Bulgarie[12].

RéférencesModifier

  1. Damoclès sur Allociné
  2. Nacer Boubekeur, « Damoclès : Manu Payet va commettre un meurtre dans l'adaptation moderne du Crime de Lord Arthur Savile », sur Toutelatele.com, (consulté le 8 octobre 2016).
  3. a et b Charles Martin, « 5 bonnes raisons de regarder Damoclès ce soir, sur Arte », sur Premiere.fr, (consulté le 8 octobre 2016).
  4. « Manu Payet et Alma Jodorowsky tournent dans la fiction Damoclès pour ARTE » [PDF], sur Arte, (consulté le 8 octobre 2016).
  5. Caroline Constant, « Manu Payet. « Cette histoire raconte le bouleversement de la vie d'un paresseux » », sur l'Humanité.fr, (consulté le 8 octobre 2016).
  6. « Casting Recherche rôle "Nos années folles" d'André Téchiné », sur agentcasting.fr (consulté le 26 avril 2017)
  7. « André Téchiné tourne "Nos années folles" », Tout le ciné,‎ (lire en ligne, consulté le 26 avril 2017)
  8. « André Téchiné tourne Nos années folles », sur Cineuropa - le meilleur du cinéma européen (consulté le 26 avril 2017)
  9. Patrice Gascoin, « Manu Payet : « Je suis en quête de rencontres » », sur Le Figaro.fr, (consulté le 8 octobre 2016).
  10. Véronique Cauhapé, « Notre choix du soir : « Damoclès » », sur Le Monde.fr, (consulté le 8 octobre 2016).
  11. Cécile Jaurès, « Damoclès, comédie noire sur le poids du destin », sur La Croix, (consulté le 8 octobre 2016).
  12. Joshua Daguenet, « Audiences TV du vendredi 7 octobre 2016 : France / Bulgarie loin devant sur TF1, Les petits meurtres d'Agatha Christie solide deuxième, succès pour Enquête d’action et W9 », sur Toutelatele, (consulté le 8 octobre 2016).

Liens externesModifier