Daimler Riemenwagen

Daimler Riemenwagen
Daimler Riemenwagen
Deutsches Museum de Munich

Marque Drapeau : Allemagne Daimler-Motoren-Gesellschaft
Années de production 1895 à 1899
Production 150 exemplaire(s)
Usine(s) d’assemblage Cannstatt (Stuttgart)
Moteur et transmission
Énergie Moteur à essence
Moteur(s) Moteur Daimler Type P V2
Position du moteur Avant
Cylindrée 760, 1 025, 1 060, 1 530, ou 2 190 cm3
Poids et performances
Poids à vide 715 / 1 050 kg
Vitesse maximale 40 km/h
Châssis - Carrosserie
Carrosserie(s) Phaéton (automobile), Phaéton (hippomobile), Vis-à-vis (hippomobile), Vis-à-vis (automobile)
Châssis Phaéton (hippomobile) / Voiture (hippomobile) / Landau (hippomobile)
Suspensions Ressort à lames
Dimensions
Longueur 2 500 mm
Largeur 1 500 mm
Hauteur 160 mm
Empattement 1 580 mm
Chronologie des modèles

La Daimler Riemenwagen est la troisième automobile du constructeur automobile allemand Daimler-Motoren-Gesellschaft, fabriquée à 150 exemplaires, entre 1895 à 1899.

HistoriqueModifier

Après leur prototype Daimler Stahlradwagen de 1889, et les Daimler Schroedter-Wagen produites à 12 exemplaires entre 1892 et 1895, Gottlieb Daimler et Wilhelm Maybach conçoivent et produisent ce modèle avec succès, à 150 exemplaires entre 1895 et 1899.

Elle est proposée en plusieurs variantes de carrosseries, avec cinq versions de puissance de moteur 2 cylindres en V Daimler : 760, 1025, 1060, 1530, et 2190 cm³ pour des vitesses maximum de 16 à 40 km/h, avec pour concurrents les Benz Ideal et Benz Victoria de Carl Benz, Panhard & Levassor Type A, Panhard & Levassor A1 et A2, Peugeot Type 5 à Peugeot Type 15, Delahaye type 1 d'Émile Delahaye, L'Éclair des frères André Michelin et Édouard Michelin...

À partir de 1896 la compagnie de taxi allemand « Daimler motorisé Cab Company » exploite jusqu'à sept de ses véhicules, les premiers taxis à essence de l'histoire, qui parcourent environ 70 km par jour[1].

En 1896 Daimler industrialise ses premiers camions à essence Daimler Motor-Lastwagen de l'histoire du transport. L'industriel Frederick Richard Simms achète la licence de fabrication des moteurs Daimler pour l'Empire britannique, et fonde Daimler Motor Company à Coventry en Angleterre, ou les modèles de la marque sont souvent nommés « Daimler Kannshtadt / Daimler Cannstatt » rapport à ses origines (avant d’être rachetée par Jaguar en 1960). Il fabrique et commercialise les premières automobile à essence du pays, et fonde également l'Automobile Club de Grande-Bretagne en 1897, qui devient plus tard le Royal Automobile Club[2].

Notes et référencesModifier

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier