Ouvrir le menu principal

Wikipédia β

Débarquement d'Al Hoceima

Débarquement d'Al Hoceima.

Le débarquement d'Al Hoceïma est un débarquement militaire effectué le pendant la guerre du Rif par l'armée espagnole avec l'aide de la flotte française dans la baie d'Al Hoceïma dans le Nord-Est du Maroc. Il est considéré comme le premier débarquement aéronaval de l'histoire[1].

Sommaire

ContexteModifier

Alors que les Espagnols après le désastre d'Anoual (1921) ne savent quelle attitude adopter dans la guerre du Rif[1], l'engagement des Français contre Abd el-Krim et les attaques de ce dernier contre les enclaves espagnoles de Tétouan, Ceuta et Melilla poussent Espagnols et Français à envisager une opération conjointe dès [1].

Le choix se porte sur la baie d'Al Hoceïma, située à proximité du village d'Ajdir, d'où vient la tribu d'Abd el-Krim[1].

Le débarquementModifier

Le débarquement est précédé d'une étude très précise du terrain, tirant les leçons de l'échec du débarquement allié de Gallipoli[1] en 1915 aux Dardanelles pendant la Première Guerre mondiale et montre la protection de la zone par de l'artillerie et des mines[1].

L'opération implique le débarquement d'un contingent de 13 000 soldats de l'Armée de terre espagnole[1] disposant, entre autres, de onze chars Renault FT et Schneider CA1 transporté de Ceuta (350 km à l'ouest) et Melilla (80 km à l'est) par une flotte combinée franco-espagnole de 80 navires soutenue par neuf navires de guerre dont six croiseurs[1] et 160 avions[1]. Quatorze pièces d'artillerie situées sur l'ile de Peñón de Alhucemas soutiennent le dispositif.

Le général espagnol Miguel Primo de Rivera dirige l'opération, le général José Sanjurjo a la direction des forces sur les plages de la baie de Alhucemas et a sous ses ordres les commandants des brigades de Ceuta et Melilla, respectivement Leopoldo Saro Marín Pérez et Emilio Fernández.

L’utilisation de la flotte française trompe l’adversaire sur le lieu de l’opération qui se solde par 14 décès et 86 blessés dans les rangs espagnols[2].

SuitesModifier

Le colonel Francisco Franco à la tête des troupes de la Légion espagnole, qui débarque en avant-garde sur la plage de Cebadilla, est promu au grade de général à la suite de cette bataille[1] (le plus jeune d'Europe)[3]. Le maréchal Pétain, alors général en chef des armées françaises, le recommande pour la Légion d'honneur[3].

Notes et référencesModifier

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j Julie d'Andurain, « Le Rif, une guerre coloniale en montagne », Guerres & Histoire, no 28,‎ , p. 25-26.
  2. Marie-Catherine Talvikki Chanfreau, « Adaptation ou réaction locale vis-à-vis de l’administration espagnole au Maroc dans le premier tiers du XXe siècle », sur Mémoire(s), identité(s), marginalité(s) dans le monde occidental contemporain, (consulté le 3 février 2014).
  3. a et b Jean-Marie Pottier, « Franco sauve sa Légion d'honneur grâce à sa mort », sur slate.fr, Slate, (consulté le 22 février 2018).