Corps des ingénieurs de l'armée des États-Unis

Corps des ingénieurs de l'armée des États-Unis
United States Army Corps of Engineers logo.svg
Logo du USACE.
US-ArmyCorpsOfEngineers-COA.svg
Chief of Engineers Flag.png
Image dans Infobox.
Histoire
Fondation
Cadre
Sigle
(en) USACEVoir et modifier les données sur Wikidata
Type
Corps d'armée, agence fédérale des États-UnisVoir et modifier les données sur Wikidata
Siège
Pays
Coordonnées
Organisation
Organisations mères
Budget
7 800 000 000 $ ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web

Le Corps du génie de l’armée de terre des États-Unis (United States Army Corps of Engineers ou USACE) est une institution de génie civil et de logistique militaire qui emploie environ 34 600 civils et 650 militaires (hommes et femmes) dépendant du département de la Défense et rattaché à l'armée de terre des États-Unis. Sa devise est « Essayons », en français dans le texte. Sa mission, comparable à celle des ponts et chaussées en France, est de fournir des services tels que la construction de barrages ou d'autres projets d'aménagement.

L'histoire du corps commence en 1775 lorsque le congrès continental autorise le premier chef des ingénieurs à bâtir des fortifications près de Boston à Bunker Hill. Le corps était alors composé de Français embauchés par le général George Washington. En 1802, le corps se fixa à West Point et devint la première académie militaire des États-Unis.

HistoireModifier

 
Plan de l'académie militaire de West Point, New York

L'histoire du United States Army Corps of Engineers remonte à l'ère révolutionnaire. Le 16 juin 1775, le Congrès continental organisa une armée dont l'état-major comprenait un ingénieur en chef et deux assistants[1]. Le colonel Richard Gridley (en) devint le premier ingénieur en chef du général George Washington. L'une de ses premières tâches fut de construire des fortifications près de Boston à Bunker Hill. Le Congrès continental reconnut le besoin d'ingénieurs formés aux fortifications militaires et demanda l'aide du gouvernement du roi Louis XVI de France. Beaucoup des premiers ingénieurs de l'armée continentale étaient d'anciens officiers français.

Louis Lebègue Duportail, lieutenant-colonel du Corps royal du génie français, fut secrètement envoyé en Amérique du Nord en mars 1777 pour servir dans l'armée continentale de George Washington. En juillet 1777, il fut nommé colonel et commandant de tous les ingénieurs de l'armée continentale et, le , il fut promu brigadier général. Lorsque le Congrès continental créa un corps d'ingénieurs distinct en mai 1779, Duportail fut nommé commander. À la fin de 1781, il dirigea la construction des ouvrages de siège alliés américano-français à la bataille de Yorktown.

Le 26 février 1783, le Corps fut dissous. Il fut rétabli sous la présidence de George Washington .

De 1794 à 1802, les ingénieurs furent combinés avec l'artillerie en tant que Early U.S. Artillery formations (en)[2].

Le Corps of Engineers, comme on l'appelle aujourd'hui, fut créé le 16 mars 1802, lorsque le président Thomas Jefferson signa la loi sur l'établissement de la paix militaire, le Military Peace Establishment Act (en), dont le but était :

« organize and establish a Corps of Engineers ... that the said Corps ... shall be stationed at West Point in the State of New York and shall constitute a military academy. »

d'organiser et de créer un corps d'ingénieurs en poste à West Point dans l'État de New York et constituera une académie militaire. Jusqu'en 1866, le surintendant de l'Académie militaire des États-Unis sera toujours un officier du génie.

Le General Survey Act (en) de 1824 autorisa l'utilisation d'ingénieurs de l'armée pour étudier les routes et les canaux de la nation en pleine croissance[3]. Cette même année, le Congrès adopta :

« Act to Improve the Navigation of the Ohio and Mississippi Rivers »

une loi pour améliorer la navigation des fleuves Ohio et Mississippi et pour supprimer les bancs de sable sur l'Ohio et les « planters, sawyers, or snags » (les chicots fixés dans le lit de la rivière) sur le Mississippi, pour lesquels le Corps of Engineers fut désigné comme agence responsable[4].

Unités autrefois séparéesModifier

Autorisé séparément le 4 juillet 1838, le anglais : U.S. Army Corps of Topographical Engineers ne comprenait que des officiers et était utilisé pour la cartographie, la conception et la construction de travaux de génie civil fédéraux et d'autres fortifications côtières et routes de navigation. Il a fusionné avec le Corps of Engineers le , date à laquelle le Corps of Engineers également assuma la mission du Lakes Survey District pour les Grands Lacs[5].

En 1841, le Congrès créa le Lake Survey (en). Le Survey, basé à Detroit, Michigan, était chargé de mener un levé hydrographique des lacs du Nord et du Nord-Ouest et de préparer et publier des cartes marines et d'autres aides à la navigation. Le Lake Survey publia ses premières cartes en 1852[6].

Au milieu du XIXe siècle, les officiers du Corps of Engineers dirigeaient les districts des phares en tandem avec les officiers de la marine américaine.

Guerre civileModifier

 
Pont flottant sur la rivière James, Virginie, 1864

L'Army Corps of Engineers joua un rôle important dans la guerre civile américaine. Bon nombre des hommes à la tête de cette organisation étaient des diplômés de West Point. Plusieurs devinrent célèbres et puissants pendant la guerre civile. Quelques exemples incluent les généraux de l'Union Army, George McClellan, Henry Wager Halleck et George Meade; et les généraux confédérés Robert Lee, Joseph E. Johnston et Pierre Gustave Toutant de Beauregard[1]. La polyvalence des officiers du Army Corps of Engineers contribua au succès de nombreuses missions tout au long de la guerre civile. Ils furent responsables de la construction de ponts flottants et de chemins de fer, des forts et des batteries, de la destruction des lignes d'approvisionnement ennemies (compris les voies ferrées) et de la construction de routes pour le mouvement des troupes et des approvisionnements. Les deux parties reconnurent le travail crucial des ingénieurs. Le 6 mars 1861, une fois que le Sud fit sécession de l'Union, sa législature adopta une loi pour créer un Confederate Corps of Engineers[7].

Le Sud était initialement désavantagé en matière d'expertise en ingénierie; sur les 65 premiers cadets qui démissionnèrent de West Point pour accepter des postes dans l'armée confédérée, sept seulement furent placés dans le Corps of Engineers[7]. Le Congrès confédéré adopta une loi qui autorisait une compagnie d'ingénieurs pour chaque division dans le domaine; en 1865, le CSA avait plus d'officiers du génie servant sur le champ d'action que l'armée de l'Union.

L'un des principaux projets de l'Army Corps of Engineers fut la construction de chemins de fer et de ponts. Les forces de l'Union profitèrent de ces infrastructures confédérées parce que les chemins de fer et les ponts permettaient d'accéder aux ressources et à l'industrie. Les ingénieurs confédérés surpassèrent l'armée de l'Union dans la construction de fortifications qui furent utilisées à la fois offensivement et défensivement, ainsi que des tranchées qui les rendirent plus difficiles à pénétrer. Cette méthode de construction de tranchées était connue sous le nom de motif en zigzag[7].

XXe siècleModifier

 
Un bulldozer exploité par le Sgt. CG McCutcheon du 1304e bataillon de construction du génie sur la route de Ledo, Birmanie, 1944

Dès le début, de nombreux politiciens voulaient que le Corps of Engineers contribue à la fois à la construction militaire et aux travaux de génie civil. Assigné la mission de construction militaire le 1er décembre 1941, après que le Quartermaster Department se soit battu avec la mission en expansion le Corps a construisit des installations au pays et à l'étranger pour soutenir l'armée américaine et l'armée de l'air. Pendant la Seconde Guerre mondiale, le programme USACE s'étendit à plus de 27000 projets militaires et industriels pour un montant de 15,3 $ milliards d'efforts de mobilisation. Les usines d'aéronefs, d'assemblage de chars et de munitions étaient incluses; des camps pour 5,3 millions de soldats; dépôts, ports et hôpitaux; et la construction rapide de tels projets phares tels que le projet Manhattan dans le désert de Los Alamos et le Pentagone, le quartier général du département de la Défense de l'autre côté du Potomac depuis Washington.

Dans les projets civils, le Corps of Engineers est devenu le principal organisme fédéral de la navigation, et de contrôle des inondations. Le Congrès considérablement élargit ses activités de génie civil, devenant un fournisseur majeur d'énergie hydroélectrique et le principal fournisseur de loisirs du pays.Son rôle dans la réponse aux catastrophes naturelles également augmenta de façon spectaculaire, en particulier à la suite des crues dévastatrices du Mississippi en 1927. À la fin des années 1960, l'organisme devint un organisme de premier plan pour la préservation et la restauration de l'environnement[réf. nécessaire].

En 1944, des Combat engineers spécialement formés furent chargés de faire sauter des obstacles sous-marins et de nettoyer les ports défendus lors de l'invasion de la Normandie[8],[9]. Pendant la Seconde Guerre mondiale, le Army Corps of Engineers dans le théâtre d'opérations européen fut responsable de la construction de nombreux ponts, compris le premier et plus long pont tactique flottant sur le Rhin à Remagen, et la construction ou l'entretien des routes vitales pour l'avance alliée à travers l'Europe et jusqu'au cœur de l'Allemagne. Dans le théâtre du Pacifique, les «Pioneer troops» furent formées, une unité sélectionnée sur le volet d'ingénieurs de combat de l'armée volontaires formés à la guerre dans la jungle, au combat au couteau et aux techniques de ju-jitsu non armé (combat au corps à corps)[10]. Travaillant en tenue de camouflage, les Pioneers ont dégagé la jungle, préparé des itinéraires d'avance et établi des têtes de pont pour l'infanterie, ainsi que la démolition des installations ennemies.

Cinq généraux commandants (chefs d'état-major après la réorganisation de 1903) de l'armée des États-Unis ont occupé des commissions du génie au début de leur carrière. Tous ont été transférés dans d'autres branches avant d'être promus à la première position. C'étaient Alexander Macomb, George B. McClellan, Henry W. Halleck, Douglas MacArthur et Maxwell D. Taylor[11].

Dates et projets notablesModifier

 
Construction de l'écluse de Gatun, canal de Panama,

Des catastrophes civiles occasionnelles, y compris la grande inondation du Mississippi de 1927, ont entraîné de plus grandes responsabilités pour le Corps of Engineers. Les conséquences de l'ouragan Katrina à la Nouvelle-Orléans en sont un autre exemple.

Devise et blasonModifier

 
Sceau officiel du Corps des ingénieurs de l'armée des États-Unis.

La devise en français (« Essayons ») est d'origine énigmatique. Elle ne peut pas être positivement attribuée aux nombreux officiers français qui ont formé le tout premier Corps des ingénieurs de l'armée américaine, parce que les archives de cette époque ont brûlé en 1838. La devise est toutefois attestée dès 1802, date de l'installation du Corps à West Point ; elle a donc pu être définie avant[15]. Son usage est apparent sur les cartouches des cartes dessinées en 1806 et 1807 par Alexander Macomb, alors jeune officier du Corps, qui travaillait sous les ordres du colonel Jonathan Williams, alors commandant du Corps des ingénieurs. Présente sur diverses pièces d'uniforme depuis 1814, la devise « essayons » figure deux fois sur le sceau officiel du Corps, adopté définitivement en 1897 (une fois sous le blason, et une deuxième fois dans les serres de l'aigle dans le premier quadrant du blason). Il est donc possible que le choix de la devise du Corps des ingénieurs ait été fait par Williams et/ou Macomb. Ce choix est explicable par le fait qu'il était courant à l'époque d'adopter une devise en latin ou en langue étrangère, et que les deux officiers commandant le génie américain parlaient un excellent français : Williams avait vécu plusieurs années en France, et la mère de Macomb, née Catherine Navarre, était française[15], fille de Robert de Navarre[16], notaire royal et subdélégué du roi de France de l'établissement de Détroit (français depuis sa fondation en 1701 jusqu'en 1760)[17].

La silhouette du blason du corps est inspirée de la tour Chaussée de Verdun[18]. Elle fait son apparition en 1839 sur les insignes des élèves officiers du génie de West Point selon les décisions des généraux Delafield (alors colonel) et Totten[15].

Centres de rechercheModifier

Quelques exemples de réalisationModifier

RechercheModifier

Le USACE compte deux organismes de recherche, le Centre de Recherche et de Développement Ingénierie (Engineer Research and Development Center - ERDC) et le Centre Géospatial de l'Armée (Army Geospatial Center - AGC).

Le ERDC fournit des services en science, en technologie et des expertises en sciences de l'ingénieur et de l'environnement pour soutenir des clients militaires et civils. Les services proposés par le ERDC comprennent :

  • Systèmes de sécurité des barrages
  • Système d'analyse de cartographie et de topographie
  • Conception, construction, opérations et maintenance des infrastructures
  • Ingénierie structurelle
  • Science et génie des régions froides
  • Ingénierie côtière et hydraulique, avec des produits tels que HEC-RAS
  • Système de simulation hydrologique - Hydrologic Modeling System (HEC-HMS)
  • Qualité de l'environnement, y compris chimie toxique des boue et d'autres résidus de drague
  • Ingénierie géotechnique
  • Ingénierie sismique
  • Technologie informatique et de haute performance

L'AGC coordonne et synchronise les projets et les normes d'information géospatiale de l'armée américaine, fournit un soutien et développe des produits géospatiaux pour les combattants.

Notes et référencesModifier

  1. a et b The U.S. Army Corps of Engineers: A Brief History, U.S. Army Corps of Engineers Headquarters.
  2. Arthur P. Wade, Artillerists and Engineers: The Beginnings of American Seacoast Fortifications, 1794-1815, CDSG Press, , 22–84 p. (ISBN 978-0-9748167-2-2, lire en ligne)
  3. « Committee Reports », loc.gov
  4. « Headquarters U.S. Army Corps of Engineers > About > History > Brief History of the Corps > Improving Transportation », army.mil
  5. Charting the Inland Seas: A History of the U.S. Lake Survey, Arthur M. Woodford, 1991
  6. « Lake Survey », Greatlakesmaps.org (consulté le )
  7. a b et c First Lieutenant Shaun Martin, "Confederate Engineers in the American Civil War," Engineer: The Professional Bulletin for Army Engineers. Technology Industry. U.S. Civil War Center
  8. Yung, Christopher D., Gators of Neptune: naval amphibious planning for the Normandy invasion, Annapolis, MD: Naval Institute Press, (ISBN 1-59114-997-5) (2006), pp. 99–103
  9. Beck, Alfred M., United States Army in World War 2: The Technical Services, Ch. 14: Preparing For D-Day Landings, CMH Pub. 10-22, Washington, D.C.: U.S. Government Printing Office (1985), p. 305
  10. Whittaker, Wayne, "Tough Guys", Popular Mechanics, février 1943, vol. 79 No. 2, pp. 41, 44-45
  11. Bell, William Gardner, Commanding Generals and Chiefs of Staff, 1775–2005: Portraits & Biographical Sketches of the United States Army's Senior Officer (Washington, D.C.: Center of Military History, U.S. Army, 2006). (ISBN 0-16-072376-0).
  12. « Historical Vignette 113 - Hide the development of the atomic bomb », US Army Corps of Engineers Official Website (consulté le )
  13. « Historical Vignette 034 - the Corps Built the Pentagon in 16 Months », US Army Corps of Engineers Official Website (consulté le )
  14. Jeffery Craig smith, Mega-Project Construction Management: The Corps of Engineers and Bechtel Group in Saudi Arabia, MIT, , 1 p. (lire en ligne)
  15. a b et c (en) Raleigh B. Buzzaird, « Insigna of The Corps of Engineers » [« Les insignes du Corps des ingénieurs »], The Military Engineer, SAME (Society of American Military Engineers), vol. 50, no 333,‎ (lire en ligne)
  16. « Navarre, Robert », sur le site du Dictionnaire biographique du Canada
  17. (en) Geo. H. Richards, Memoir of Alexander Macomb, New York, M'Elrath, Bangs & Co., (lire en ligne), p. 13-14.
  18. L'armée américaine en Lorraine, Éric Rondel, éd. Ouest&Compagnie, 2017, p. 222

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier