Convention judiciaire d'intérêt public

procédure créée par la loi française relative à la transparence…

La convention judiciaire d'intérêt public (« CJIP ») est, en France, une procédure créée par la loi relative à la transparence, à la lutte contre la corruption et à la modernisation de la vie économique de 2016. Elle permet au procureur de la République de proposer à une personne morale mise en cause pour des faits de corruption, de trafic d’influence, de blanchiment de certaines infractions de fraude fiscale de conclure une convention qui aura pour effet d'éteindre l'action publique.

Origine et caractéristiquesModifier

ContexteModifier

À la suite de la ratification par la France de la convention de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) de 1997 sur la corruption internationale, et dans un contexte de « quasi-immunité de fait » dont bénéficiaient les entreprises françaises en matière de corruption[1], le législateur cherche à s'inspirer des procédures américaines ou britanniques de deferred prosecution agreement[2],[3]. Celles-ci permettent à une personne morale publique ou privée, comme une entreprise, d'échapper à une poursuite pénale en contrepartie de la conclusion et du respect d'une transaction judiciaire, qui prévoit généralement le paiement d'amendes importantes et le respect d'un programme de lutte contre la corruption[2].

Il s'agit de mettre en place une procédure plus rapide que la procédure pénale habituelle, qui convienne à la fois au ministère public et à l'entreprise en cause[2]. Avec la procédure de composition pénale, et celle de la comparution sur reconnaissance de culpabilité, la CJIP s'inscrit dans « un climat d'efficacité transactionnelle »[4].

L’article 22 de la loi n° 2016-1691 du 9 décembre 2016 relative à la transparence, à la lutte contre la corruption et à la modernisation de la vie économique, dite loi Sapin 2, insère dans le code de procédure pénale les articles 41-1-2 et 180-2. Ils créent une nouvelle procédure, la convention judiciaire d’intérêt public[5].

CaractéristiquesModifier

Lorsqu'une entreprise est accusée de corruption, le procureur de la République peut décider de ne pas engager de poursuites pénales contre elle, si l'entreprise conclut, sous le contrôle du juge, une convention qui formalise les engagements de l'entreprise[1].

Ces engagements comprennent une reconnaissance des faits, une collaboration avec la justice, la mise en œuvre de mesures de remédiation, le paiement d'une amende, et l'indemnisation des victimes.

La convention est rendue publique, et l’Agence française anticorruption en contrôle la bonne exécution[1].

Applications de la CJIPModifier

La première validation de CJIP, le 14 novembre 2017, par le tribunal de grande instance de Paris concerne une convention conclue pour un montant de 300 millions d'euros entre le parquet national financier (PNF) et une filiale suisse de la banque HSBC pour des faits de blanchiment de fraude fiscale[6].

D'autres conventions sont conclues en 2018. Elles concernent des PME françaises, couvrent le champ de la corruption, et prévoient la mise en place d'un programme de mise en conformité anticorruption, sous le contrôle de l'Agence française anticorruption[6].

Des procédures incluent également en 2018 le fonds souverain libyen, dans une optique de coopération avec le département de la justice américain, et l'entreprise Airbus[4], puis en 2021, le Groupe Bolloré[7]. En 2022, cette procédure a été appliqué dans une affaire d'espionnage de la part de la société LVMH du journal Fakir[8].

Extension au domaine de la fraude fiscaleModifier

Le projet de loi contre la fraude fiscale adopté le 10 octobre 2018 par le Parlement, qui aménage le verrou de Bercy, étend la procédure de la convention judiciaire d'intérêt public à la fraude fiscale[1]. Ceci permet « à une entreprise de payer une amende afin d’éviter des poursuites, sans reconnaissance de culpabilité »[9].

Extension au domaine environnementalModifier

La loi n°2020-1672 du 24 décembre 2020 relative au parquet européen, à la justice environnementale et à la justice pénale spécialisée est venue insérer l'article 41-1-3 au sein du Code de Procédure Pénale créant ainsi la possibilité de conclure une Convention judiciaire d’intérêt public en matière environnementale. Calquée sur le modèle de la CJIP de la loi Sapin 2, la CJIP environnementale connaît toutefois quelques adaptations liées aux enjeux spécifiques de la matière, notamment dans la place laissée à la réparation du préjudice puisque la personne morale devra dans un délai maximal de trois ans réparer le préjudice écologique résultant des infractions commises[10].

CritiquesModifier

Le syndicat de la Magistrature estime que la CJIP permet aux entreprises fraudeuses « d'acheter leur innocence », et qu'elle introduit une logique « d'arrangements » dans la procédure judiciaire[9].

L'association Sherpa indique que l'absence de transparence des modalités de la CJIP risque de faciliter une éventuelle récidive[9].

Transparency International France estime que la CJIP est un instrument utile pour faire reculer la corruption et l'évasion fiscale, mais que cette procédure devrait cependant être exclue des cas de récidive, comme des affaires d'une gravité exceptionnelle. Elle souhaite que l'amende puisse être modulée en fonction de la coopération sincère et effective de l'entreprise[1].

La procédure de CJIP n'éteint pas les poursuites engagées envers les personnes physiques. Les cadres et salariés des entreprises ayant recours à une CJIP peuvent se retrouver dans une situation difficile[11]. Renaud Van Ruymbeke, ancien juge d'instruction longtemps en charge de dossiers de délinquance économique, relève ainsi l'utilité des mesures négociées tout en rappelant la nécessité de décisions judiciaires publiques classiques pour les faits les plus graves[12].

RéférencesModifier

  1. a b c d et e Marc-André Feffer, « « La convention judiciaire d’intérêt public, un instrument utile pour faire reculer la corruption et l’évasion fiscale » », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  2. a b et c « Extension de la convention judiciaire d'intérêt public (CJIP) aux délits de fraude fiscal », sur www.fiscalonline.com, (consulté le )
  3. Ludovic Malgrain et Jean-Pierre Picca, « Le « DPA » à la française », sur Les Echos Executives, (consulté le )
  4. a et b Valérie de Senneville, « La révolution de la justice pénale négociée - Les Echos », sur www.lesechos.fr, (consulté le )
  5. LOI n° 2016-1691 du 9 décembre 2016 relative à la transparence, à la lutte contre la corruption et à la modernisation de la vie économique, (lire en ligne)
  6. a et b J-C. Duhamel et G. Poissonnier, « Convention judiciaire d'intérêt public : le 23 février 2018 fera date ! », Recueil Dalloz,‎ , p. 898-899 (lire en ligne)
  7. « Dans une affaire de corruption en Afrique, la justice française refuse le plaider-coupable de Vincent Bolloré », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  8. « Espionnage de François Ruffin : « Une justice expéditive et complaisante aux intérêts des puissants, est-ce encore une justice ? » », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  9. a b et c Mathilde Damgé, « Le gouvernement a-t-il vraiment supprimé le « verrou de Bercy » ? », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  10. « Spécialisation de la justice pénale environnementale : retour sur la loi du 24 décembre 2020 - Administratif | Dalloz Actualité », sur www.dalloz-actualite.fr (consulté le )
  11. Valerie de Senneville, « Les cadres, grands perdants de la justice négociée », sur lesechos.fr, (consulté le )
  12. Interview Le juge Renaud Van Ruymbeke: "Si la justice dépend du pouvoir politique, il y aura toujours une suspicion", lecho.be, 10 juillet 2020, par Julien Balboni

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier