Commanderie de Carlat

commanderie située dans le Cantal, en France

Commanderie de Carlat
Image illustrative de l’article Commanderie de Carlat
Présentation
Fondation Drapeau de l'Ordre du Temple Templiers 1176
Reprise Drapeau des chevaliers hospitaliers Hospitaliers
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne
Département Cantal
Ville Carlat
Coordonnées 44° 53′ 22″ nord, 2° 33′ 44″ est
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Commanderie de Carlat
Géolocalisation sur la carte : Auvergne
(Voir situation sur carte : Auvergne)
Commanderie de Carlat

La commanderie de Carlat (nommée "Cari", du diocèse de Clermont-Ferrand dans le Processus contra templarios, document d'accusation établi par les clercs du pape[1]) se situait dans le département du Cantal en Auvergne à l'intérieur du château de Carlat.

C'était la plus importante commanderie d'Auvergne.

HistoireModifier

En 1128, Raymond Bérenger III le Grand, comte de Barcelone, époux de Douce de Carlat, avait été reçu dans l'ordre du Temple et fut à l'origine de la commanderie établie à l'intérieur même de la forteresse de 1176 à 1311.

Après la dissolution de l'Ordre du Temple en 1312, la commanderie a été dévolue aux Hospitaliers de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem.

En 1603, Henri IV, roi de France ordonna la démolition de la forteresse de Carlat et par conséquent des bâtiments de la commanderie qui se trouvaient en son sein.

Une campagne de fouille de la commanderie a été entreprise avec un relevé topographique et un plan général du site en 2004. Non loin, une étude a été entreprise par la même équipe sur la commanderie des hospitaliers de l'Hôpital-Chaufranche à Saint-Cirgues-de-Malbert[2].

Possessions dépendant de CarlatModifier

Ces possessions ont évolué au gré des remembrements successifs entre les commanderies du grand prieuré d'Auvergne[3]:

  1. Prieuré d'Ortigier, paroisse de Jaleyrac, actuelle commune de Sourniac
    En 1346, Bertrand de Montfort fait foi et hommage au commandeur de Carlat pour l'annexe d'Ortigier[4],[5]. En 1467, Louis de Rillac est commandeur de Carlat et d'Ortigier[6]. Ortigier n'apparait plus ensuite que comme rente attachée à l'Hôpital-Barbary, membre de Carlat[7]
  2. Hôpital de Barbary joint à Neyrecombe, paroisse du Vigan
  3. Hôpital du Monteil, paroisse de Saint-Rémy-de-Salers
  4. La Salvetat, paroisse de Saint-Mamet-la-Salvetat
  5. Hôpital de Chaufranche[8] (ou Chauffrange), paroisse de Saint-Chamant
  6. Hôpital de Malleret (Malareto, 1293)[9], paroisse de Saint-Cirgues-de-Malbert[10]
  7. Villedieu ou Stadieu [sic] près de Maurs, actuelle commune du Trioulou
    Chapelle Saint-Jean-Baptiste de Villedieu et justice haute, moyenne et basse du village d'Estadieu (Standieu). Existence avérée jusqu'en 1616 puis abandonné ou vendu car n'apparaît plus parmi les membres de Carlat à la fin du XVIIe siècle[7],[11]
  8. Coudert, commune de Clergoux en Corrèze
    Couder en Limousin, vicaire de Saint-Jean du Coudert (1763)
  9. Machat en Limousin
  10. Orliat en limousin
  11. Le Breuil en Limousin.
  12. Laumond, commune de Sérilhac en Corrèze
    Sentence du sénéchal du Bas-Limousin en 1618 reconnaissant que le village de Laumond appartient au commandeur de Carlat.[12]. Bail en 1758 du membre de Laumond, paroisse de Sérilhac, dépendant de la commanderie de Carlat[13]

En 1468, une transaction entre Jacques d'Armagnac et le commandeur de Saint-Viance prévoit la construction par l'Ordre d'une nouvelle chapelle à Carlat avec droit d'inhumation pour la famille du vicomte qui lui cède à Aurillac une maison avec cours, rue saint-Jacques, et un jardin.

Outre ces biens immeubles, le commandeur de Carlat percevait des rentes en toute justice sur les bourgs suivants[14]:

Le commandeur levait également la dîme sur de nombreuses paroisses:

  • À partir du membre de Corrèze:
    • Village de Soubslarcie, Boucine, Le Soulier (Souillier), La Chastre, La Borie d'Urlan (La Borie), Durcant, La Prade (Laprade), Reygnac (Reignat), Brousse, Le Bech (Lebech), Puynèdre (Puymaigre) et le château de Ternat

Autres possessions relevant du grand prieuré d'AuvergneModifier

CommandeursModifier

(Après 1309, l'ordre étant dissous il ne s'agit plus de commandeurs, ou précepteurs, de l'ordre des Templiers.)

Nom du commandeur Dates Compléments
Bertrand de Sartiges 1290-1309 Templier
Pierre du Vernet 1335 Hospitalier
N de Sartiges de Montfort 1346
Hugues de Montclar 1347
Bernard de Sartiges 1408
Guillaume de Cologne 1408
Guillaume de Saint-Julien 1413
Jean de Lastic 1430-1437 grand maître
Louis de Reilhac 1458
Bernard d'Adieu 1460
N de Saint-Viance 1462-1474
Louis de Reilhac 1478
N de Saint-Viance 1462-1474
Claude de Giou 1480-1483 tué à la défense de Rhode
Guillaume de Lastic 1483
Antoine Hodicq 1489
Georges de Saint-Julien 1503
Albert de Colrad 1520
Guillaume de Lafont 1529-1539
Antoine de Naucaze 1539-1474
Jean de Felzins-Montmurat 1551
Antoine de Villars 1561 grand maréchal
Thomas de La Tour d'Auvergne 1571
Arthur d'Advisé 1573
Thomas de La Tour d'Auvergne 1580
Louis de Villars 1586-1602
Arthur d'Advisé 1605
Philippe de Saint-Viance 1620-1630
Jean de Felzins-Montmurat 1636
Philippe Motier de La Fayette 1647
Antoine de Saint-Viance 1659-1613
Louis des Escure 1669
Hugon du Prat 1676
Louis II de Villars 1681
Grt de Fougères de Cluzeau 1691
Antoine de Faye de Latour-Maubourg 1710-1720
N. de Vogüé de Gourdan 1733-1736
Ferdinand de Langon 1741-1753
Jean Philip de Saint-Viance 1769-1773
Joseph del Peyroux 1786
Jean de Félines de La Renaudie 1788-1791

NotesModifier

  1. Il y a manifestement une confusion chez H.Bouffet, p. 93 qui identifie à tort la maison du Temple d'Albinhac comme étant proche de Saint-Paul-des-Landes dans le Cantal alors qu'elle se trouvait en Aveyron, commune de Brommat à moins de 13 kilomètres au sud-est de Carlat puis p. 123 où il fait référence au « Temple d'Albignac » [sic] qui d'après lui fut réunie à la commanderie de Carlat sans plus en parler sauf à mentionner une rente sur ce bourg. Il s'agit bien d'Albinhac en Aveyron[15].
  2. Orthographié Alleix chez H. Bouffet mais il s'agit sans doute une faute de frappe, il faut peut-être lire Falleix, ce qui correspondrait à Falhès (Cros-de-Ronesque) à l'ouest de Peyrat.
  3. Saint-Paul-des-Landes ou Saint-Paul-de-Salers?

RéférencesModifier

  1. Les Templiers dans le Gâtinais. Henri Perruchot. Bulletin de la Société d'Emulation de l'arrondissement de Montargis - juillet 1973.
  2. Laurent Agostino, UMR 5648 Université Blaise-Pascal de Clermont-Ferrand
  3. Liste établie à partir du Dictionnaire statistique du département du Cantal par Déribier du Châtelet, 1855, p. 49
  4. Dominique Larcena, Fiefs & arrière-fiefs de l'archiprêtré de Mauriac au milieu du XVe siècle, (présentation en ligne), p. 81
  5. J.-B Bouillet, Nobiliaire d'Auvergne, t. VI, (lire en ligne), p. 168
  6. J.-B Bouillet, Nobiliaire d'Auvergne, t. III, (lire en ligne), p. 121
  7. a et b Hippolyte Bouffet, « Les Templiers et les Hospitaliers de Saint-Jean en Haute-Auvergne », Revue de la Haute-Auvergne, Aurillac, t. XVI,‎ , p. 128, disponible sur Gallica
  8. Laurent d'Agostino, « Espaces funéraires et inhumations dans les maisons de l’hôpital de Saint-Jean de Jérusalem : le cas du prieuré d’auvergne (XIIe-XVIe siècle) », dans Espace ecclésial et liturgique au Moyen Âge, (lire en ligne), p. 253-273
  9. Augustin Chassaing, Spicilegium Brivatense : recueil de documents historiques relatifs au Brivadois et à l'Auvergne, Impr. nationale (Paris), , p. 212-213 (199-214, N°84), disponible sur Gallica
    Ce document contient la liste des principales commanderies templières et hospitalières d'Auvergne en 1293. Malleret (Malareto) est mentionnée page 213.
  10. Léopold Niepce, Le grand prieuré d'Auvergne, 1883 indique à tort p. 229 que L'Hôpital de Malareta se trouvait sur la paroisse de Saint-Cirgues-de-Malbert mais corrige cette erreur p. 238. C'est L'Hôpital-Chauffrange qui se trouvait à proximité de cette paroisse alors que Malleret qui fut plus tard un membre de la Commanderie du Naberon (puis de Sainte-Anne) se trouve dans le département de La Creuse.
  11. Louis-Augustin Vayssière, « L’Ordre de Saint-Jean de Jérusalem ou de Malte en Limousin et dans l’ancien diocèse de Limoges », Bulletin de la Société des lettres, sciences et arts de la Corrèze,‎ , p. 88, disponible sur Gallica
    L'auteur indique à tort Villedieu au sud de Saint-Flour. cf. Bouffet 1914, p. 128 où il est mentionné que la dîme était levée à la mesure de Maurs et que Standieu (Estadieu) dépendait de ce membre.
  12. Georges Guigue et Claude Faure, Inventaire-sommaire des Archives départementales antérieures à 1790 - Rhône : 48 H 703 à 48 H 2400 : Ordre de Malte, Langue d'Auvergne, Henri Georg, (présentation en ligne), p. 111
  13. Vayssière et A Hugues, Inventaire-sommaire des archives départementales antérieures à 1790 : Corrèze. archives civiles - séries B,C,D,E (supplément), t. III, (lire en ligne), p. 188, E641
  14. Bouffet 1914, p. 123.
  15. Jacques Bousquet, Le Rouergue au premier Moyen Âge (vers 800 - vers 1250) : les pouvoirs, leurs rapports et leurs domaines, vol. 2, Société des lettres des sciences et des arts de l'Aveyron, , 896 p. (présentation en ligne), p. 782

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

BibliographieModifier

  • Lucien Gerbeau et Jean-Eric Lung, « La commanderie de Carlat en 1373 : L'enquête pontificale sur les hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem dans le diocèse de Saint-Flour », Revue de la Haute-Auvergne, vol. 62,‎ , p. 169-180
  • Lucien Gerbeau, « Les bâtiments de la commanderie de Carlat aux XVIIe et XVIIIe siècles », Revue de la Haute-Auvergne, vol. 62,‎ , p. 181-229
  • Chanoine Hippolyte Bouffet, Les Templiers et les Hospitaliers de Saint-Jean en Haute-Auvergne.
    • Première partie, Les Templiers. I, Origine - Leurs maisons dans le Haut-pays d'Auvergne - Le temple de Carlat - Le temple d'Ydes et Géraud du Buisson - Les Charniers..., RHA, XVI, 1914, 89-101. disponible sur Gallica
    • 2e partie, Les Hospitaliers. IV, Les commandeurs de Carlat, de Celles et de Montchamp... - Construction de l'église de Carlat - Différend avec le chapitre de St-Martin de Tulle... -La bibliothèque d'un commandeur -... Louis de Lastic - Les commandeurs de Celles, de Montchamp et l'affaire Lacassière ..., RHA, XVI, 1914, 218-235. disponible sur Gallica
    • 2e partie, Les Hospitaliers. VI, Les commandeurs de Celles aux XVIIe et XVIIIe s. : J. du Bourg - Franç. de Breschard - J. de Marlat - P. de Bar de Buranlure - Hect. de la Rivoire - Gasp. de la Gruterie de Maison seule - L. de Fay de Gerlande - R. de la Gruterie de Maisonseule - Marie de Gratet de Dolomieux -J. de Villelume de Barmontel - J. Philips de St-Viance - J.-P . de Chadenac de la Rivoire - J. le Maréchal de Franchesse - Gilb. Am. de Montagnac de Bord - Franç. Aimé d'Ussel - Chateauvert - Alex. Louis de Lestranges - J .-J. de Seyssel, RHA, XVII, 1915, 172-193.
    • 2e partie, Les Hospitaliers. VIII, La Révolution de 1789 - La nuit du et ses conséquences... - Leur sort pendant la Révolution -Vente des biens, RHA, XVIII, 1916, 40-60.
    • 2e partie, Les Hospitaliers. V, Les commandeurs de Carlat aux XVIIe et XVIIIe s. : [Arth. d'Avity -Bertrand de Beuron - Philippe de la Fayette - Ant. Philip. de St-Viance - Guerin de Tencin - Louis des Escures - Jacques de Motier de la Fayette - Cl. Hugon du Prat -Gilb. de Fougières - Ant. de Fay de la Tour Maubourg - Vinc. de Vogué de Gourdan - Ferd. de Langon - J. Philips de St-Viance -Ch.-jos. de Félines de La Renaudie - Franç. du Peyroux...], RHA, XVII, 1915, 66-87.
    • Appendice . I[-III], Liste des commandeurs de Carlat, Celles et Montchamp - Liste des chevaliers servants, chapelains et religieuses de l'Ordre de Malte, appartenant en haut-pays d'Auvergne - Liste des Templiers appartenant à l'ancien diocèse d'Auvergne, RHA, XVIII, 1916, 131-147.
  • Léopold Niepce, Le grand prieuré d'Auvergne : ordre des hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem, , 352 p. (présentation en ligne), p. 292-294