Liste des commanderies templières en Auvergne

page de liste de Wikipédia
Cette liste recense les anciennes commanderies et maisons de l'Ordre du Temple dans la région Auvergne.
La région Auvergne

Faits marquants et HistoireModifier

Installés en Auvergne vers 1175, les Templiers auraient compté jusqu'à soixante dix-sept commanderies.

En 1293, un compte du bailli royal Jean de Trie mentionne quatorze commanderies de Templiers en Auvergne[1] dont cinq concernent l'actuel Puy-de-Dôme : «la Fulhosa» (La Fouilhouze), « Parinhac » (Pérignat, Larodde), « la Turreta » (Yssac-la-Tourette), « la Rauzeira » (La Ronzière), « Monti-Ferrandi (Montferrand) ». Dans cet état, vingt-trois commanderies de l'Hôpital sont également citées dont dix pour le même département. Il est à souligner que ce compte ne révèle qu'une petite partie des établissements recensés dans les sources.

CommanderiesModifier

  : Cet édifice a été classé au titre des Monuments historiques.

Commanderie Commune actuelle Observations
La Bastide Saint-Germain-Lembron De preceptore de la Bastida (1293) [2],[3]
Prend ensuite le nom de commanderie de Sainte-Anne (Hospitaliers)[N 1]
Belvezet Saint-Vincent [4]
Beugnet Chassenard [5]
Beugney et la paroisse de Chassenard faisaient partie d'une enclave bourguignonne en Bourbonnais[6].
Bessamorel Bessamorel [7],   (1985)[8]
Carlat Carlat [9],[10],[11]
Celles Celles [9],[12],   (1990)[13]
De preceptore de Cellis (1293) [2],[3]
Chambon Cohade
Chantoin Bains [4]
Chaynat Ludesse De preceptore de Chanac (1293)[2],[3]
Domus Templi de Chanac, Chanat (procès)[14]
Dône Saint-Simon (Cantal) [15]
La Foulhouze Culhat Dite aussi La Fouilhouze
(la) : de preceptore de la Fulhosa (1293)[2]
Domus Templi de Folhose, de Folhosa (procès)[16],[17],[18],[19]
La Garde-Roussillon Lieutadès De preceptore de la Garda (1293) [2],[3]
Lamaids Lamaids Située dans le Berry (diocèse de Bourges)[20]
Domus Templi de las Maiz Bituricensis diocesis,
preceptor de las Maiez (procès)
Preceptor de Laz Maitz
(Hospitaliers, 1374-75)
[21]
Église Saint-Jean-Baptiste
La Marche Charroux De preceptore de la Marcha (1293) [2],[3]
Montferrand Clermont-Ferrand De preceptore de Montisferrandi (1293) [2],[3]
Montfort Arches De preceptore de Montfort (1293) [2],[3]
Annexe de la commanderie de Celles?[N 2]
Montredon Bellevue-la-Montagne Magister de Mont-Redont (1213)
Domus militiæ Templi de Monte Rotunde (1293)
[22]
Palluet Saint-Pourçain-sur-Sioule [23]
De preceptore de Paluel, Palluel (1293)[2],[3]
Pérignat Larodde [24]
Domus Templi de Payrinhat (c.1202)
De Preceptore de Parinhac (1293)
[2]
Preceptor de Pontisveteris, Ysde et Payrnehac (Hospitaliers, 1374-75)[25]

Cette commanderie ne se situait pas à Pérignat-lès-Sarliève ni à Pérignat-sur-Allier[N 3]
Le Puy Le Puy-en-Velay Domus Milicie templi de Podio, Domus Militiæ Templi Aniciensis [4],[26]   (1978)[27],[N 4]
La Ronzière Chadeleuf De preceptore de la Ranzeira (1293) [2],[3]
La Tourette Yssac-la-Tourette [28]
De preceptore de Turreta (1293)[2],[3]
« Vichac » Vichy (?) [Emplacement inconnu][N 5]
De preceptore de Vichac (1293)[2],[3]
Ydes Ydes [9],   (1862)[29]
De preceptore de Isda (1293)[2],[3]
Localisation en Auvergne
(Liens vers les articles correspondants)

Autres possessionsModifier

Les possessions templières mentionnées ci-dessous ne sont pas identifiées de façon certaine comme des commanderies, mais plutôt des maisons du temple de rang inférieur ou des terres dépendantes des commanderies:

Possession Ville actuelle (à ou près de) Observations
Aulnat Aulnat Le Temple d'Aulnat au temps des hospitaliers[30]
Guillelmus preceptor grangie Templi Alniaci (1231)
Auriac Val d'Arcomie
(Faverolles)
Une partie donnée aux templiers de Celles, l'autre aux hospitaliers de Montchamp par la famille de Châteauneuf[31]
Badailhac Badailhac Alleu dépendant de la commanderie de Carlat, don du comte Henri Ier de Rodez (1219)[32]
Brioude, Sainte-Bonnette de Brioude Domus de sancte Bonite (1277), maison du Temple ou Hôpital de Brioude (1317) qui dépendait de la commanderie du Chambon[33]
Fareyroles Leotoing Maison templière de Fareyroles [34]
Freycenet Saint-Jean-de-Nay Dépendance de la commanderie du Puy, Grange ?[35]
Domus militie Templi de Fraissenet (1281)
Jabrun Jabrun Paroisse qui dépendait de la commanderie de La Garde-Roussillon[36]
Pontenat Thiel-sur-Acolin Domus Templi de Poncenay, diocèse d'Autun et archiprêtré de Moulins (XIVe siècle)[37]
La Sauvetat Landos Maison du Temple appartenant à la commanderie du Puy[38]
Domus de la Salvetat (1270)
Tempel Bonnac Don de la maison de Rochefort[N 6] aux Templiers[39]

Possessions douteuses ou à vérifierModifier

Ordre de Saint-Jean de JérusalemModifier

Avant la dévolution des biens de l'ordre du Temple, les Hospitaliers possédaient déjà en Auvergne (langue d'Auvergne) au moins vingt-six maisons (domus Hospitalis) recensées en 1293[1]:

Articles connexesModifier

BibliographieModifier

NotesModifier

  1. Après la dévolution, il s'agit de la commanderie de Sainte-Anne dite la Bastide, membre de la commanderie de Chanonat. Ne pas confondre cette ancienne commanderie avec la commanderie de Sainte-Anne en Poitou (Haute-Vienne, commune de Sainte-Anne-Saint-Priest) qui quant à elle est d'origine hospitalière, déjà mentionnée comme tel en 1288.
  2. Montfort apparait dans les comptes du bailli Jean de Tri mais pas au cours du procès. Annexe de la commanderie de Celles ?
  3. cf. Laurent d'Agostino dans Nicole Bériou (dir. et rédacteur), Philippe Josserand (dir.) et al. (préf. Anthony Luttrel & Alain Demurger), Prier et combattre : Dictionnaire européen des ordres militaires au Moyen Âge, Fayard, , 1029 p. (ISBN 978-2-2136-2720-5, présentation en ligne): Carte des ordres militaires en Auvergne au début du XIVe siècle. Léopold Niepce, le Grand Prieuré d'Auvergne et Roger & Anne-Marie Sève, Le procès des Templiers d'Auvergne indiquent à tort Pérignat à proximité d'Aubière.
  4. Ne pas confondre avec la commanderie de Saint-Jean-la-Chevalerie du Puy-en-Velay qui existait déjà à l'époque des templiers et à laquelle furent dévolus les biens de l'ordre du Temple au Puy-en-Velay.
  5. La commanderie de « Vichac » est mentionnée en 1293 mais cette maison n'est pas citée au cours du procès de l'ordre du Temple. Pour Roger & Anne-Marie Sève, il s'agit probablement de Vichy dans l'Allier. D'autres auteurs (tel Andy Pinoteau) mentionnent Busset comme chef-lieu supposé de cette commanderie. Peut-être une dépendance de la commanderie dite de Vichac si celle-ci se trouvait bien à Vichy mais certainement pas le siège de la commanderie compte tenu de la distance qui les séparent. En l'état actuel des recherches, aucune certitude sur sa localisation.
  6. Il s'agit des Rochefort d'Aurouze, famille de Rochefort d'Ally.
  7. Hyppolyte Bouffet donne une origine templière avec la chapelle Notre-Dame d'Albinhac et le frère Berard Bonhomme, commandeur en 1307[36] mais il s'agit du commandeur de la maison du Temple d'Albinhac (ou Aubignac) dans l'Aveyron puisque du diocèse de Rodez (Domus Templi de Albinhaco, Ruthenensis diocesis)[40],[41],[42]. De plus la mention « Hospitalis » n'est pas équivoque et cette maison ne semble pas avoir été dévolue aux Hospitaliers.
  8. Pas de sources pour cette assertion. On ne trouve pas mention d'une maison du Temple de ce nom et elle n'apparait pas non plus chez les Hospitaliers avant la dévolution. Attention au titre de cet ouvrage car elle ne faisait pas partie du diocèse du Puy mais de Celui de Saint-Flour créé en 1317. A. Chassaing dans Dictionnaire topographique du département de la Haute-Loire se trompe de date pour la mention de la praepositura de Lengiaco, c'est 1293 et non 1290 et il s'agit d'une prévôté (cf. le Spicilegium Brivatense du même auteur, 1886, p. 199: de prepositura Langiaci pro prima medietate). Cette information ayant été corrompue en « Praeceptoria de Lengiaco, 1290 (spicilegium Brive) » par des sources plus récentes (web). Première mention avérée en 1338 (terrier) puis en 1350 avec pour commandeur Etienne de Montaigu (le futur maréchal des Hospitaliers?). Elle devient par la suite un membre de la commanderie de Montchamp.
  9. La Salvetat au sud-ouest d'Aurillac dans le Cantal n'a rien à voir avec La Sauvetat-Rossille dans le Puy-de-Dôme d'origine hospitalière, ni avec La Sauvetat, commune de Landos en Haute-Loire. C'est cette dernière qui est d'origine templière alors qu'on ne trouve pas mention de La Salvetat dans le Cantal avant 1374/75 lorsqu'elle est administrée par un commandeur commun avec les commanderies de Carlat et de Celles donc à l'époque des Hospitaliers. La Salvetat d'Aurillac (salvitatis auril., telle qu'elle apparait en 1374/75) fut donnée aux bénédictins de Conques en 1019 par les seigneurs de Calmon d’Olt-Saint Santin. Elle passe ensuite aux Hospitaliers à une date qui reste à déterminer.
  10. « de preceptore de Pallihac » mentionnée parmi les maisons de l'Hôpital. Augustin Chassaing proposait Pauliat, commune de Saint-Étienne-de-Fursac (p. 702) mais à moins qu'il y ait une confusion entre les maisons hospitalières et templières dans cette liste, il ne peut pas s'agir de la commanderie de Paulhac située dans la Creuse et qui est d'origine templière. La première mention certaine de la maison hospitalière de Pallier remonte à 1374-75[47] (preceptor de Palhers)[48].

RéférencesModifier

  1. a et b Augustin Chassaing, Spicilegium Brivatense : recueil de documents historiques relatifs au Brivadois et à l'Auvergne, Impr. nationale (Paris), , p. 212 (199-214, N°84), disponible sur Gallica
    Ce document contient la liste des commanderies templières et hospitalières à cette date en Auvergne, p. 212-213
  2. a b c d e f g h i j k l m et n Augustin Chassaing, Spicilegium Brivatense : recueil de documents historiques relatifs au Brivadois et à l'Auvergne, Impr. nationale (Paris), , p. 212, disponible sur Gallica
    « De preceptoribus milicie Templi et domorum Alvernie » : Comptes du bailli Jean de Tri qui mentionne les commandeurs de la chevalerie du Temple et leurs maisons en Auvergne en 1293. 14 commanderies.
  3. a b c d e f g h i j k et l Sève 1986, p. 26-27
  4. a b et c Alain Demurger, Les Templiers, une chevalerie chrétienne au Moyen Âge, Paris, Seuil, coll. « Points Histoire », (1re éd. 2005), 664 p., poche (ISBN 978-2-7578-1122-1)
  5. Pierre-Frédéric Philippon, Les ordres religieux militaires dans le Bourbonnais et le Berry méridional, mémoire de master 2 de université Blaise Pascal sous la direction de Damien Carraz et Jean-Luc Fray, tome 2, 2011, p.68-69 ; Pierre-Frédéric Philippon, Les Templiers et les Hospitaliers à Beugnet, histoire d'un chef-lieu de commanderie, à paraître.
  6. Louis Sorin de Bonne, « Attaque de la commanderie de Beugnay en 1378 », Bulletin de la société d'émulation et des beaux-arts du Bourbonnais, t. VIII, no 1,‎ , p. 21-22, disponible sur Gallica
  7. [1], Communauté de communes des Sucs
  8. Notice no PA00092601, base Mérimée, ministère français de la Culture
  9. a b et c Églises romanes de Haute-Auvergne: Région d'Aurillac, Tome I sur Google Livres, Pierre Moulier, Éditions Créer, 2000.
  10. L'Ordre des Templiers: petite encyclopédie sur Google Livres, Ivy-Stevan Guiho, Éditions l'Harmattan, 2009.
  11. Guide de la France templière sur Google Livres, Alain Lameyre, Éditions Tchou, 1975.
  12. Églises romanes de Haute-Auvergne: Région de Saint-Flour, Tome III sur Google Livres, Pierre Moulier, Éditions Créer, 2001.
  13. Notice no PA00093482, base Mérimée, ministère français de la Culture
  14. Sève 1986, p. 165, 223
  15. Jean-Baptiste de Ribier, Dictionnaire statistique et historique du département du Cantal, vol. 5, Aurillac, Imprimerie Picut, (lire en ligne), p. 373
    Assertion sur l'origine templière non vérifiable car les sources primaires ne sont pas indiquées. Niepce considère également Saint-Jean-de-Donne comme templière tout comme Roger Sève dans Le procès des Templiers d'Auvergne bien qu'il n'ait pas trouvé mention de cette maison.
  16. Amédée Trudon des Ormes, « Listes des maisons et de quelques dignitaires de l'ordre du Temple, en Syrie, en Chypre et en France. d'après les pièces du procès », dans Charles-Jean-Melchior de Vogüé, Revue de l'Orient latin, vol. VII., Paris, Ernest Leroux, (réimpr. 1964) (ISSN 2017-716X, lire en ligne), p. 552-553
  17. (la) Jules Michelet, Le procès des Templiers, vol. 2, Paris, Imprimerie nationale, coll. « Documents inédits sur l'histoire de France », , 540 p. (lire en ligne), p. 121, 136, 147, 242, 244, disponible sur Gallica
  18. Ambroise Tardieu, Histoire de la ville de Clermont-Ferrand, Lafitte, (1re éd. 1870), 1234 p. (lire en ligne), p. 47
  19. Roger & Anne-Marie Sève, Le procès des templiers d'Auvergne, Éd. du CTHS, , 322 p. (présentation en ligne), p. 278
  20. « Carte du Diocèse de Bourges (sud-est) par Sanson, Guillaume (1633-1703). », sur www.cartocassini.org (consulté le 29 avril 2016)
  21. Georges Guigue, Inventaire-Sommaire des archives départementales antérieures à 1790 : Rhône - Archives Ecclésiastiques - Série H - H1 à H 702 - Ordre de Malte - Langue d'Auvergne, t. I, (lire en ligne), p. 197 (H. 244.)
    Ce document comptable permet de connaître le nom des principales commanderies de la langue d'Auvergne au XIVe siècle (1374-75). « In Bituria: Buxerie et Vallisfranchie ; Corsageti ; de Laz Maitz ; ... ».
  22. Augustin Chassaing et Antoine Jacotin, Dictionnaire topographique du département de la Haute-Loire, E. Leroux, , p. 190, disponible sur Gallica
  23. M. Teulet, Layette du trésor des Chartes, tome 2, p.319.
  24. Laurent d'Agostino, Les ordres militaires dans les anciens diocèses de Clermont et de Saint-Flour au Moyen Âge : Le Temple et l'Hôpital de Saint- Jean de Jérusalem du XIIe au XVe siècle (Mémoire de maîtrise), Université Blaise-Pascal Clermont-Ferrand II,  ; Laurent d'Agostino, Templiers et Hospitaliers en Auvergne au Moyen-Âge: suite, univ. de Clermont-Ferrand (thèses),
    En 1293, le commandeur de la maison du Temple de « Parinhac » figure dans les compte du bailli royal Jean de Trie.
  25. Guigue 1895, p. 197 (H. 244.)
    Pontiveteris = Commanderie de Pontvieux (Tauves) d'origine hospitalière, Ysde = Commanderie d'Ydes dans le Cantal qui est d'origine templière.
  26. Auguste Chassaing, Cartulaire des Templiers du Puy-en-Velay, H. Champion, , xxxv + 93 p. (lire en ligne)
  27. Notice no PA00092746, base Mérimée, ministère français de la Culture
  28. René Bouscayrol, « La commanderie de La Tourette », in "Les Amitiés Riomoises et Auvergnates", pp.1-7, n°21, avril 1968.
  29. Notice no IA15000234, base Mérimée, ministère français de la Culture
  30. Léopold Niepce - Le Grand-Prieuré d'Auvergne - Lyon, 1883
  31. Bouffet 1914, p. 122.
  32. Bouffet 1914, p. 92.
  33. Pierre Cubizolles, Le diocèse du Puy-en-Velay des origines à nos jours, Éditions CREER, , 525 p. (ISBN 978-2-8481-9030-3, présentation en ligne), p. 177
  34. Site officiel de l'association des amis de la maison templière de Fareyroles, consulté le 11/08/15.
  35. Chassaing 1882, p. xi, 61-62 (doc. 38
  36. a b et c Bouffet 1914, p. 93.
  37. Anatole de Charmasse, Cartulaire de l'évêché d'Autun connu sous le nom de Cartulaire rouge publié d'après un manuscrit du XIIIe siècle, suivi d'une carte et d'un pouillé de l'ancien diocèse d'Autun d'après un manuscrit du XIVe siècle, , p. 375,433, disponible sur Gallica
    On trouve ensuite un commandeur hospitalier de Coulanges et Pontenat (Colongiis et Pontenay) en 1374/75.
  38. Chassaing 1882, p. xiv, 51-52 (doc. 31-32
  39. Bouffet 1914, p. 91,122.
  40. Alain Demurger, Le peuple templier, CNRS, , 604 p. (ISBN 978-2-2711-2976-5, présentation en ligne)
    Information contradictoire, Alain Demurger cite Albinhac dans l'index alors qu'il mentionne Aubignac dans la description relative au frère Bertrand / Bernard Bonhomme, commandeur en 1307 et avant.
  41. Trudon des Ormes 1899, p. 565.
  42. (la) Jules Michelet (préf. Jean Favier), Le procès des Templiers, vol. 2, Paris, Éditions du C.T.H.S, (1re éd. 1841-51), (2 vol.) XVI+681 / VI+540 p. (ISBN 978-2-7355-0161-8, présentation en ligne), p. 162
    (la): Frater Bernardus Boni Hominis preceptor domus Templi de Albinhaco Ruthenensis diocesis.
  43. E. Vignat, « Les Seigneurs d'Avor en Berry », Revue historique, nobilaire et géographique, 3e série, t. 2,‎ , p. 135-136 (lire en ligne)
  44. [2], Groupe international d'Études templières ; il faudrait confirmer par une autre source
  45. voir les analyses contradictoires et les différentes sources citées concernant la commanderie de Chanonat
  46. Pierre Cubizolles, Le diocèse du Puy-en-Velay des origines à nos jours, Éditions CREER, , 525 p. (présentation en ligne), p. 178
  47. Jean-Marie Allard, « Templiers et Hospitaliers dans la Creuse: Une esquisse historique dans Les commanderies de la Creuse au Moyen Âge. Aperçu historique et architectural », Mémoires de la Société des sciences naturelles, archéologiques et historiques de la Creuse, t. 50,‎ , p. 136 (127-168) (lire en ligne)
  48. Georges Guigue, Inventaire-Sommaire des archives départementales antérieures à 1790 : Rhône - Archives Ecclésiastiques - Série H - H1 à H 702 - Ordre de Malte -Langue d'Auvergne , t. I, (lire en ligne), p. 197 (H. 244.)
    Ce document comptable permet de connaître le nom des principales commanderies de la langue d'Auvergne au XIVe siècle.
  49. Jean-Marie Allard, « Templiers et Hospitaliers en Limousin au Moyen Âge. État de la recherche et nouvelles considérations. », Revue Mabillon, no 14,‎ , p. 62-63, 80-81 (carte) (lire en ligne) [PDF]
    Ne pas confondre avec la Commanderie du Chambon (Charente) mentionnée également dans cet article.