Ouvrir le menu principal

Colosses de Memnon

antiques statues égyptiennes
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Memnon.

Colosse de Memnon
Site d'Égypte antique
Image illustrative de l’article Colosses de Memnon
Les colosses du temple d'Amenhotep III dont le célèbre colosse de Memnon à droite en 2007.
Localisation
Région Haute-Égypte
Coordonnées 25° 43′ 14″ nord, 32° 36′ 38″ est

Géolocalisation sur la carte : Égypte

(Voir situation sur carte : Égypte)
City locator 4.svg
Colosse de Memnon

Appelés à tort les colosses de Memnon, ces deux sculptures de pierre monumentales sont situées sur la rive occidentale de Thèbes (Égypte), sur la route qui mène à la nécropole thébaine. Elles sont les derniers vestiges du gigantesque temple des millions d'années d'Amenhotep III, construit durant la XVIIIe dynastie, qui n'existe plus de nos jours. Ils sont situés au lieu-dit Kôm el-Hettan. Le véritable colosse de Memnon, dont parlent les auteurs anciens, est celui de droite[réf. nécessaire].

Sommaire

Temple d'Amenhotep IIIModifier

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (mai 2017)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Les deux statues colossales se dressaient sur le parvis du temple des millions d'années d'Amenhotep III, qui était alors le plus grand ensemble cultuel de la rive ouest de Thèbes. La taille de ces deux colosses laisse imaginer à quelle dimension fut pensée et réalisée cette entreprise par Amenhotep fils de Hapou, architecte du pharaon.

Le temple s'étendait alors du premier pylône, dont la hauteur équivalait celle des colosses, jusqu'aux limites des terres arables, quelque cinq cents mètres plus loin. Il n'en reste que des vestiges épars, tant les monuments qu'il contenait servirent de carrière dès les temps antiques. On en a retrouvé en effet des reliefs dans le temple que se fit construire Mérenptah, le fils et successeur de Ramsès II, à peine un siècle plus tard.

Jusqu'en 2002, des terres arables cultivées recouvraient la surface du temple, ne laissant apparaître que les colosses ; depuis, des fouilles ont lieu afin de mieux comprendre l'architecture et le plan de ce sanctuaire dédié à Amon et à la gloire d'Amenhotep III lui-même.

Outre les deux fameux colosses, on connaît les traces d'au moins trois pylônes et d'une grande colonnade menant à une grande cour solaire, qui devait précéder une ou plusieurs salles hypostyles et le sanctuaire lui-même. Dans la grande cour, dont l'aspect devait se rapprocher de celle que le roi fit édifier à Louxor sur l'autre rive, de grands colosses osiriaques d'Amenhotep III devaient être intercalés entre chaque grande colonne. On peut désormais encore voir les bases de ces colonnades sur place, ainsi que des pieds gigantesques, restes isolés des grandes statues qui rythmaient le péristyle. On a également retrouvé une grande stèle commémorative du règne qui était dressée au niveau du deuxième pylône.

StatuesModifier

DescriptionModifier

 
Colosse sud
 
Colosse nord

Les deux colosses représentent le pharaon assis sur le trône de ses ancêtres, les mains posées sur les genoux ; de chaque côté de ses jambes sont figurées sa mère, Moutemouia, et son épouse, Tiyi. Sur les deux côtés du trône figure une représentation symbolique de l'union de la Haute-Égypte et de la Basse-Égypte, le Sema-Taouy, représenté par deux « Nil » nouant le papyrus et le lotus, symboles du « double pays ».

Contrairement à la plupart des autres monuments égyptiens, ces deux monolithes ne sont faits ni de calcaire, ni de granite, ni de grès, mais bien d'une brèche siliceuse de quartzite[1], « masse de cailloux agatisés liés entre eux par une pâte d'une dureté remarquable. Cette matière très dense et d'une dureté tout à fait hétérogène offre à la sculpture des difficultés peut-être plus grandes que celles que présente le granit ; cependant les sculpteurs égyptiens en ont triomphé avec le plus grand succès[2]. ».

Les dimensions, prises sur le colosse sud, sont les suivantes[3] :

  • Hauteur du piédestal : 3,30 m (à moitié enfoncé dans le sol)
  • Aire du piédestal : 10,5 m × 5,5 m
  • Hauteur de la statue : 13,97 m
  • Hauteur totale : 17,27 m
  • Hauteur totale initiale supposée avec la couronne manquante : 21 m
  • Masse : piédestal 556 tonnes ; colosse 749 tonnes ; masse totale 1 305 tonnes[1].

Les dimensions, prises sur le colosse nord, sont les suivantes[3] :

  • Hauteur du piédestal : 3,6 m (à moitié enfoncé dans le sol)
  • Aire du piédestal : 10,5 m × 5,5 m
  • Hauteur de la statue : 14,76 m
  • Hauteur totale : 18,36 m
  • Hauteur totale initiale supposée avec la couronne manquante : 21 m
  • Masse : piédestal 602 tonnes ; colosse 758 tonnes ; masse totale 1 360 tonnes.

Cependant les derniers calculs donnent des résultats plus proches des 1 800 tonnes, car ils prennent en compte la densité de la matière (le granite).

Une majorité d'égyptologues admet que les mégalithes ayant servi à façonner ces deux colosses proviennent de la carrière de Gebel el Ahmar, située près du Caire[4].

Cependant d'après Joseph Davidovits, chimiste spécialisé dans les pierres artificielles et les ciments, les deux colosses auraient été réalisés à partir de pierres agglomérées à partir quartzite concassé et d'un liant géologique préparé sur la base de minéraux siliceux[5]. Les couches de la roche dont sont extraits les deux colosses sont orientées différemment pour l'un et l'autre. Le colosse du sud voit les couches de son matériau disposées verticalement, tandis que celles du colosse du nord le sont horizontalement. Cela indique que le premier fut extrait de sa gangue à l'horizontale (couché), tandis que le second le fut à la verticale (dressé)[4].

Des traces très nettes laissées par l'utilisation d'outils ont pu être relevées sur le colosse nord. Les anciens Égyptiens ont donc dû résoudre des problèmes de transport et de génie civil importants afin de mener à bien leur érection : transport fluvial sur une longue distance, érection de masses rocheuses trois fois plus lourdes que les classiques obélisques et façonnage d'un matériau très dur.[réf. nécessaire]

Phénomène acoustiqueModifier

 
Bas-relief, au flanc droit du colosse sud.

Strabon, historien et géographe grec du Ier siècle, est le premier auteur à mentionner les colosses :

« Sur cette même rive se dressaient naguère presque côte à côte deux colosses monolithes : de ces colosses, l'un s'est conservé intact, mais toute la portion supérieure de l'autre à partir du siège a été renversée, à la suite, paraît-il, d'un violent tremblement de terre. »

— Extrait de la traduction d'Amédée Tardieu[6].

Un séisme a effectivement lieu en -27, un an avant le passage de Strabon ; la statue fissurée est la plus septentrionale, c'est-à-dire celle de droite lorsque l'on regarde les colosses de face. Une légende persistante voudra néanmoins que la statue ait été détruite par le roi achéménide Cambyse II, célèbre pour son impiété[7].

Strabon ajoute que depuis lors, selon une légende locale, la statue se met à « chanter » au lever du soleil et témoigne avoir entendu lui-même le phénomène. Il décrit le son produit comme « un bruit analogue à celui que produirait un petit coup sec[6] » mais se montre circonspect quant à son origine. Devenue une véritable curiosité, la statue est ensuite mentionnée par Pline l'Ancien[8], Tacite, qui parle du « son d'une voix humaine[9] » ou encore Pausanias, qui évoque le son d'« une corde de cithare ou de lyre qui se rompt[10] ».

Ce phénomène est interprété par les Anciens comme le cri de Memnon, héros de la guerre de Troie, accueillant sa mère, l'Aurore[11],[12]. Pausanias explique :

« On lui donne généralement le nom de Memnon, qui étant, dit-on, parti de l'Éthiopie avec une armée, traversa l'Égypte et s'avança jusqu'à Suse. Mais les Thébains ne veulent pas que cette statue soit Memnon, et ils y voient Phaménophis (Amenhotep  III), Égyptien. J'ai aussi entendu dire qu'elle représente Sésostris. »

— Extrait de la traduction de M. Clavier[10].

Philostrate d'Athènes consacre à la statue une longue description dans sa Vie d'Apollonios de Tyane. Pour lui, Memnon n'est pas mort à Troie de la main d'Achille, comme le veut la tradition, mais « en Éthiopie, où il régna durant cinq générations ». Il ajoute :

« La statue de Memnon est tournée vers l'Orient : elle représente un jeune homme imberbe ; elle est en pierre noire. Les deux pieds sont joints, suivant l'usage des sculpteurs du temps de Dédale ; les deux mains sont droites et appuyées sur le siège : on dirait un homme assis qui va se lever. (…) Lorsque le premier rayon éclaira la statue (ce qui arrive au lever du soleil), [les voyageurs] ne se tinrent plus d'admiration. Aussitôt, en effet, que le rayon eut atteint la bouche, Memnon parla, ses yeux devinrent brillants comme ceux d'un homme exposé au soleil. Nos voyageurs comprirent alors que Memnon semble se lever devant le soleil, comme on se lève pour mieux honorer une divinité. Ils sacrifièrent au Soleil Éthiopien et à Memnon Oriental : ce sont les noms que leur donnent les prêtres. »

— Extrait de la traduction d'Alexis Chassang[13].

La description de Philostrate tend à montrer que les colosses sont interprétés dès le début comme Memnon se levant pour honorer le soleil, avant l'apparition du phénomène sonore, comme le confirment trois papyrus du musée égyptologique de Turin mentionnant les Memnoneia dès -112/-111[14].

Le phénomène a été diversement interprété à l'époque moderne : à la suite de Strabon, seul auteur ancien à faire preuve de scepticisme, on a soupçonné que des prêtres dissimulés derrière la statue produisaient eux-mêmes en frappant avec un marteau sur une pierre spéciale[15]. Le consensus veut toutefois que le phénomène soit naturel et dû à la dilatation du quartzite sous l'effet des premiers rayons du soleil[15],[16].

PèlerinagesModifier

Le colosse devient rapidement un lieu de pèlerinage pour les Grecs et les Romains, qui viennent en nombre entendre l'oracle de Memnon. C'est aussi une curiosité touristique, au même titre que les pyramides[16]. Les visiteurs ont alors l'habitude d'y laisser un graffiti, comprenant généralement la mention « audi Memnonem » (« j'ai entendu Memnon ») ainsi que leur nom et la date de leur passage.

Le colosse reçoit trois visites impériales. La première a lieu en 130, dans le cadre du grand voyage en Égypte d'Hadrien ; elle est relatée dans quatre épigrammes de Julia Balbilla, poétesse et membre de l'escorte de l'impératrice Vibia Sabina[17]. Remontant le Nil, l'empereur et sa suite assistent le 19 novembre au lever du soleil sur la plaine de Thèbes ; à l'embarras général, la statue ne chante pas et Hadrien doit revenir une seconde fois le lendemain pour assister au phénomène[18]. Au IIIe siècle, l'empereur romain Septime Sévère, voulant honorer la divinité qui se manifestait chaque matin, ordonna la restauration de la statue, qui dès lors a cessé de chanter.

RéférencesModifier

  1. a et b Joseph Davidovits, Ils ont bâti les pyramides, éd. J-C. Godefroy, Paris, 2002, (ISBN 2-86553-157-0), p. 359.
  2. Jollois et Devilliers, Description de l'Égypte, vol. II, chap. IX, sect. II, p. 153, cité par J. Davidovits, op. cit., p. 359
  3. a et b Hourig Sourouzian, Rainer Stadelmann, Madden Bianca, Theodore Gayer-Anderson, Annales du service des antiquités de l'Égypte, vol.80, p. 324
  4. a et b Hourig Sourouzian, Rainer Stadelmann, Madden Bianca, Theodore Gayer-Anderson, Annales du service des antiquités de l'Égypte, vol. 80, p. 345
  5. La réalisation des colosses selon la thèse de Joseph Davidovits, [1]
  6. a et b Strabon, Géographie [détail des éditions] [lire en ligne] (XVII, 1, 46).
  7. Voir notamment Pausanias, Description de la Grèce [détail des éditions] [lire en ligne] (I, 42) ou l'une des inscriptions de Julia Balbilla, Bernand no 29.
  8. Pline l'Ancien, Histoire naturelle [détail des éditions] [lire en ligne] (XXXVI, 58).
  9. Tacite, Annales (II, 61, 1).
  10. a et b Pausanias (I, 42, 3). Extrait de la traduction de M. Clavier.
  11. Philostrate de Lemnos, Tableaux, I, 7, 2
  12. [[Callistrate (grammairien)|]], Descriptions de statues, 9.[2]
  13. Vie d'Apollonius de Tyane (VI, 4).
  14. Papyrus no 5, 7 et 11 du musée égyptologique de Turin. R. Drew Griffith, « The Origin of Memnon », CA 17/2 (octobre 1998), p. 224 [212-234].
  15. a et b Griffith, p. 223.
  16. a et b Lucien de Samosate (2015), p. 839
  17. Bernand, Inscriptions…, nos 28 à 31.
  18. Anthony R. Birley, Hadrian, the Restless Emperor, Routledge, 1997, [réf. nécessaire] p. 250.

AnnexesModifier

Articles connexesModifier

BibliographieModifier

  • Émile Chambry, Émeline Marquis, Alain Billault et Dominique Goust (trad. Émile Chambry), Lucien de Samosate : Œuvres complètes, Éditions Robert Laffont, coll. « Bouquins », , 1248 p. (ISBN 978-2-221-10902-1), « Toxaris », page 839.  
  • André et Étienne Bernand, Les Inscriptions grecques et latines du colosse de Memnon, Bibliothèque d'étude de l'Institut français d'archéologie orientale, 31, diffusion Picard, Paris, 1960, consulter les inscriptions en ligne
  • (en) G. W. Bowersock, « The Miracle of Memnon » dans Bulletin of the American Society of Papyrologists 21 (1984), p. 21-32.
  • Armin Wirsching, «Excursion on transport and erection of the colossi» in: Wirsching: Obelisken transportieren und aufrichten in Aegypten und in Rom (3rd ed. 2013), (ISBN 978-3-8334-8513-8).

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :