Ouvrir le menu principal

Colette Beaune

historienne médiéviste française
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Beaune (homonymie).
Colette Beaune
Colette Beaune.jpg
Colette Beaune en 2014.
Biographie
Naissance
Nationalité
Activité
Autres informations
A travaillé pour
Domaine
Distinction

Colette Beaune, née en avril 1943 à Chailles (Loir-et-Cher), est une historienne médiéviste française, professeur émérite à l'université Paris X - Nanterre.

Sommaire

BiographieModifier

FormationModifier

Née en 1943 à Chailles (Loir-et-Cher), Colette Beaune se passionne pour le procès de Jeanne d'Arc (dont elle est devenue depuis l'une des meilleures spécialistes) en lisant l'intégralité de son procès, alors qu'elle est élève en khâgne au lycée Molière, à Paris.

Carrière universitaireModifier

Sa thèse d'État, soutenue en 1984 et publiée en 1985 sous le titre Naissance de la nation France, analyse l'imaginaire national ainsi que les différentes représentations symboliques du territoire et de la monarchie dans les derniers siècles du Moyen Âge. Elle montre comment l'occupation anglaise et le royaume de Bourges sont des moments essentiels de l'affirmation du sentiment national français, le choix de saint Michel s'imposant alors que saint Denis et saint Louis trop proches des Anglais sont délaissés. L'ouvrage de Colette Beaune renouvelle, selon Michel Sot, l'approche de l'histoire politique de la fin du Moyen Age en mettant l'accent sur sa dimension imaginaire chrétienne[1].

D'abord maître de conférences à la Sorbonne (Paris I) de 1985 à 1992, Colette Beaune a délivré l'essentiel de ses enseignements à l'université de Paris X-Nanterre en tant que professeur (1992-2005).

En 2004, elle reçoit le prix du Sénat du Livre d'Histoire pour son ouvrage Jeanne d'Arc[2]. Pour Michelle Bubenicek, l'ouvrage place l'héroïne de l'histoire de France « sous un éclairage résolument novateur ». Il replace le parcours de Jeanne dans la longue lignée des prophètes et des prophètesses et permet de mieux comprendre cette époque dans sa globalité[3].

En 2012, elle est récompensée pour l’ensemble de son œuvre du Grand Prix Gobert par l’Académie française[4].

Elle préside la Société des sciences et lettres de Loir-et-Cher[Quand ?].

Apport à l'histoire du Moyen ÂgeModifier

Devenue agrégée d'histoire en 1966, elle se spécialise dans l'histoire de la fin du Moyen Âge.

  • Civilisation européenne à la fin du Moyen Âge
  • Histoire de la femme
  • Les élites aux XIVe et XVe siècles
  • Histoire des représentations

PublicationsModifier

OuvragesModifier

Articles et communicationsModifier

  • « Clovis dans les miroirs dominicains du milieu du XIIIe siècle à la fin du XIVe siècle », Bibliothèque de l'École des chartes, Paris / Genève, Librairie Droz, t. 54, première livraison,‎ , p. 113-129 (lire en ligne).
  • « La mauvaise reine des origines : Frédégonde aux XIVe et XVe siècles », Mélanges de l'École française de Rome. Italie et Méditerranée, 2001.
  • « Saint Michel chez Jean d'Outremeuse », dans Cultes et pèlerinages à Saint Michel en Occident, 2003.

DistinctionsModifier

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier