Stéphane Beaud

sociologue français

Stéphane Beaud né le à Annecy, est un sociologue français. Son travail porte principalement sur les transformations des milieux populaires dans la France contemporaine.

BiographieModifier

Jeunesse et étudesModifier

Il naît dans une famille de la petite bourgeoisie urbaine de région. Il a un frère jumeau d'Olivier Beaud. Il est inscrit par ses parents en filière scientifique alors qu'il voulait étudier l'économie ou la philosophie[1].

Il effectue des études de droit à l'université de Dijon, puis décide de s'orienter vers la science politique. Il est admis à l'Institut d'études politiques de Paris, où il vit mal sa scolarité, et décide de s'orienter vers la sociologie[1].

Il devient agrégé de sciences sociales en 1985. Sa thèse de doctorat soutenue en 1995 à l'EHESS porte sur les trajectoires des ouvriers dans le bassin d'emplois de Sochaux-Montbéliard (L'usine, l'école et le quartier : itinéraires scolaires et avenir professionnel des enfants d'ouvriers de Sochaux-Montbéliard). Son directeur de thèse est Jean-Claude Chamboredon[2].

Parcours professionnelModifier

Il commence sa carrière comme maître de conférences à l'université de Nantes. Il en dirige l'UFR de sociologie entre 2006 et 2007[3].

Il est ensuite nommé professeur de sociologie à l'Université de Poitiers[4]. Il enseigne également à l'École normale supérieure de la rue d'Ulm[5],[6], puis devient professeur de science politique à l'université Paris-Nanterre[7],[8].

Il devient professeur titulaire à Sciences Po Lille en 2020, où il enseigne la sociologie politique[6].

TravauxModifier

Son approche méthodologique est axée sur l'enquête de terrain, de nature ethnographique, à laquelle il a par ailleurs consacré un manuel[9].

Une des lignes directrices de son travail consiste à s'intéresser à des groupes sociaux dont la parole n'accède que rarement à la sphère publique, ou d'une manière qu'il estime déformée, notamment par le prisme du regard journalistique. Son travail a ainsi porté sur les ouvriers (Retour sur la condition ouvrière, 1999) ou les habitants des cités françaises (Violences urbaines, violence sociale, 2003) et, plus généralement, sur les transformations des milieux populaires dans la France contemporaine.

Il intervient régulièrement dans la presse nationale, notamment dans Le Monde, Libération, L'Humanité ou Le Monde diplomatique. Il a siégé pendant deux ans, entre 2016 et 2018, au Comité national du CNRS, représentant la section 36 (Sociologie)[10].

PublicationsModifier

RéférencesModifier

  1. a et b Grégory Molle, « Une rencontre avec Christian Baudelot et Stéphane Beaud », Idées économiques et sociales, vol. N° 154, no 4,‎ , p. 42 (ISSN 2257-5111 et 2264-2749, DOI 10.3917/idee.154.0042, lire en ligne, consulté le 26 juin 2020)
  2. « La femme est l’avenir de l’homme : le difficile accès à l’âge d’homme des fils de travailleurs immigrés algériens dans un quartier désurbanisé d’une petite ville désindustrialisée du nord de la France au tournant du nouveau siècle », theses.fr - répertoire,‎ (lire en ligne, consulté le 26 juin 2020)
  3. Laurence TUAL-MICHELI, « La recherche à l'UFR de sociologie », sur Sociologie (consulté le 26 juin 2020)
  4. « BEAUD Stéphane – Gresco », sur gresco.labo.univ-poitiers.fr (consulté le 26 juin 2020)
  5. Muriel et BEAUD, « Beaud Stéphane », sur https://www.cmh.ens.fr, (consulté le 26 juin 2020)
  6. a et b Sciences Po Lille, « De nouveaux enseignants rejoignent Sciences Po Lille :) », sur Sciences Po Lille, (consulté le 26 juin 2020)
  7. Stephane Beaud, « Université - Stephane BEAUD », sur Université (consulté le 26 juin 2020)
  8. « Stéphane Beaud - La Vie des idées », sur laviedesidees.fr (consulté le 26 juin 2020)
  9. « Stéphane Beaud, une sociologie par le bas », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 26 juin 2020)
  10. « Stéphane Beaud : biographie, actualités et émissions France Culture », sur France Culture (consulté le 26 juin 2020)

Liens externesModifier