Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres membres de la famille, voir Maison de Seyssel.

Charles de Seyssel
Biographie
Naissance avant 1460
Bresse
Drapeau de la Savoie Duché de Savoie
Décès
Moirans
Drapeau du Dauphiné Dauphiné
Évêque de l’Église catholique
évêque de Genève

Ornements extérieurs Evêques.svg
Blason deSeyssel.svg

Charles de Seyssel, né avant 1460 en Bresse et mort le à Moirans, est un prélat issu de la maison de Seyssel, qui fut évêque de Genève.

Sommaire

BiographieModifier

FamilleModifier

Charles de Seyssel est le sixième fils et le septième enfant de Philibert de Seyssel, baron d'Aix-les-Bains, et de Bonne de La Chambre[1] qui se sont mariés le [2],[note 1].

Charles de Seyssel a pour frères et sœurs :

  • Gabriel de Seyssel, baron d'Aix-les-Bains.
  • Jean de Seyssel est déjà, en 1459, gouverneur et recteur de l'Université de Turin. Il prête serment, en tant que protonotaire apostolique, au palais épiscopal de Turin, le et porte ensuite ce titre. Il assiste en tant que témoin le , au mariage de son frère Gabriel[4]. Le , il est nommé chambellan du roi Louis XII . Il décède avant 1511[5].
  • Amédée de Seyssel[5]. Il est chevalier de Rodhes et brièvement commandeur de Laumusse[1][6], de 1459 à 1461, puis commandeur de Compesières (dit aussi « commandeur de Genevois »)[7],[note 2]. Le testament de son frère Gabriel montre qu'il vit encore en 1501[1].
  • Louis de Seyssel, qui est probablement l'ancêtre des Seyssel de d'Artemar et de Creyssieux[4].
  • Claude de Seyssel, seigneur de Villeneuve et de La Truchère, baron de Chatillon en Chautagne, conseiller ducal et chambellan du duc Philippe II de Savoie. Il épouse Françoise de Montluel dont il hérite la baronie de Chatillon en Chautagne. Les deux époux décèdent avant 1503.
  • Claudine de Seyssel qui est fiancée au comte Louis de Gruyère quand Philibert de Seyssel dicte son testament et qui est veuve de celui-ci quand elle teste à son tour le [5].

Philibert de Seyssel fait partie des gentilshommes qui accompagnent Louis de Genève dans sa tentative de faire reconnaître reine de Chypre son épouse Charlotte de Lusignan. A Nicosie, Philibert de Seyssel est envoyé, avec Jean de Menthon Lornay, en ambassade auprès du sultan mamelouk Al-Muyyad Chihab ad-Dîn Ahmad ben Inal, au Caire afin de lui remettre le tribut qu'il était convenu que le roi de Chypre lui verse et les compliments du nouveau titulaire de la couronne. Cette ambassade avait aussi pour objectif de dissuader le sultan de soutenir Jacques de Lusignan, demi-frère de Charlotte, qui comptait sur l'aide des mamelouks pour s'emparer de la couronne de Chypre. La cour de Nicosie et le grand maître des chevaliers de Rhodes doivent respectivement envoyer Pietro Bocataro et Jean Dolphin reprendre les négociations avec le sultan quand ils apprennent que les premiers ambassadeurs ont contracté la peste et qu'ils sont décédés[8].

CarrièreModifier

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (août 2016)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Élu en 1490 supérieur des religieux Antonins de Chambéry, l'année suivante le chapitre de la cathédrale le choisit comme évêque de Genève mais le Pape Innocent VIII refuse de reconnaître son élection.

Il est nommé évêque-prince de Genève en 1509 par Jules II et conserve son siège jusqu'à son décès en 1513. Charles de Seyssel tombe malade à Moirans, sur le chemin du retour d'un pèlerinage à Notre-Dame du Puy, le et décède dans cette ville le [9].

Après sa mort, le chapitre de la cathédrale élit le 13 avril 1513 comme successeur l'un de ses membres Amédée de Gingin et s'oppose au duc Charles III de Savoie qui obtient que le pape Léon X impose comme évêque Jean-François de Savoie. Le conflit ouvert entre la maison de Savoie et Genève à cette occasion amène à terme la perte de la souveraineté sur la région pour les Savoyards.

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • « Laumusse (Ain) : Les commandeurs de Saint-Jean-de-Jérusalem », sur Les Amis du Patrimoine des Ordres Religieux (consulté le 21 août 2016).
  • Henri Baud (éditeur scientifique), Louis Binz (contributeur), Robert Brunel (contributeur), Paul Coutin (contributeur), Roger Devos (contributeur), Paul Guichonnet (contributeur), Jean-Yves Mariotte (contributeur) et Jean Sauvage (contributeur), Le Diocèse de Genève-Annecy, Paris, Editions Beauchesne, coll. « Histoire des diocèses de France », , 331 p. (ISBN 2-7010-1112-4, notice BnF no FRBNF34842416, lire en ligne).
  • Joseph-Antoine Besson, Mémoires pour l'histoire ecclésiastiques des diocèses de Genève, Tarantaise, Aoste et Maurienne, et du décanat de Savoye, Nancy, S. Henault, , 506 p. (lire en ligne)
  • Réjane Brondy, Bernard Demotz, Jean-Pierre Leguay, Histoire de Savoie - La Savoie de l'an mil à la Réforme, XIe-début XVIe siècle, Ouest France Université, , 626 p. (ISBN 2-85882-536-X).
  • Louis Binz, « Seyssel, Charles de » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne, version du ..
  • Jean-François Gonthier, Œuvres historiques de M. l'abbé Gonthier., t. 3, Thonon-les-Bains, imprimerie de J. Masson, (lire en ligne).
  • Louis de Mas Latrie, Histoire de l'île de Chypre sous le règne des princes de la maison de Lusignan, vol. 3, Paris, Imprimerie Impériale, , 910 p. (lire en ligne).
  • Jules Mouxy de Loche, « Histoire d'Aix-les-Bains, tome premier », Mémoires de l'Académie des sciences, belles-lettres et arts de Savoie, Chambery, Imprimerie Savoisienne, série Quatrième, t. VII,‎ (lire en ligne).
  • Marc de Seyssel-Cressieu, La maison de Seyssel : ses origines, sa généalogie, son histoire d'après les documents originaux., t. 1, Grenoble, Allier frères, , 360 p. (lire en ligne).
  • Marc de Seyssel, Curieuse histoire de Charles de Seyssel, évêque de Genève en 1491 et de 1509 à 1513, 1977

Articles connexesModifier

Références et notesModifier

NotesModifier

  1. Jules Mouxy de Loche qui s'est appuyé comme Marc de Seyssel-Cressieu sur les manuscrits que des généalogistes avaient remis à la famille, pense qu'il eut lieu en 1433. La date reste incertaine.[3]
  2. La commanderie de Laumusse ou de L'aumusse est située sur la commune de Crottet

RéférencesModifier