Jacques II (roi de Chypre)

roi de Chypre
(Redirigé depuis Jacques II de Chypre)

Jacques II de Lusignan, dit le bâtard ou l'archevêque, né vers 1439, mort le , roi de Chypre (1460-1473), fils de Jean II de Chypre et de Mariette de Patras.

Jacques II de Chypre
Image dans Infobox.
Fonction
Archevêque de Nicosie
-
Titre de noblesse
Roi de Chypre
-
Prédécesseur
Successeur
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Activité
Famille
Père
Mère
Marietta de Patras (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie
Cleopha de Lusignan (d)
Charlotte de LusignanVoir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Enfants
Jacques III de Chypre
Carla de Lusignan (d)
Charlotte de Lusignan (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Religion
Coat of Arms of the House of Lusignan (Kings of Armenia, Cyprus and Jerusalem).svg
blason

BiographieModifier

Fils illégitime de Jean II, il dut subir la haine de sa belle-mère Hélène Paléologue. Pour le protéger, son père le fit entrer dans les ordres et introniser archevêque de Nicosie, mais le jeune Jacques n'avait pas la vocation religieuse et se révéla bientôt être un précurseur des prélats de la Renaissance. Sans scrupule, il fit notamment assassiner des partisans de la reine, son chambellan Thomas de Morée et Jacques Urri, vicomte de Nicosie.

Sa belle-mère mourut en 1458, son père quelques mois après et sa demi-sœur Charlotte monta sur le trône. Il prit la fuite en 1459 et se réfugia à la cour d'al-Achraf Saïf ad-Din Inal, sultan mamelouk d'Égypte, intrigua à la cour du sultan et finalement débarqua en à la tête d'un détachement mamelouk, qui prit rapidement le contrôle de l'île. La reine et les barons loyalistes se retirèrent dans la forteresse de Cérines (Kyrenia), qui ne fut prise qu'en .

Profitant de la présence des soldats mamelouks, il enleva aux Génois le la ville de Famagouste. Cette action, que ses prédécesseurs n'avaient pas réussi, lui valut un regain de popularité de la population qui lui reprochait sa bâtardise et son alliance avec les mamelouks. Sous une accusation de complot plus ou moins réelle, il réussit à se débarrasser des mamelouks en les faisant massacrer, sans se brouiller avec la cour du Caire.

Pour éviter un retour offensif de Gênes, il s'allia à la République de Venise, épousant en 1472 Catherine Cornaro une noble vénitienne qui fut solennellement adoptée par la République. Il mourut peu après, le , laissant Catherine enceinte de Jacques III le posthume[1].

Notes et référencesModifier

  1. Louis de Mas Latrie, Histoire de l'île de Chypre sous le règne des princes de la maison de Lusignan, t. III, Bibliothèque de l'école des chartes Numéro 17, (lire en ligne), p. 273-279

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

Liens externesModifier