Charles Thévenin

peintre français

Charles Thévenin, né à Paris le et mort le , est un peintre néo-classique français, connu pour ses scènes héroïques des périodes révolutionnaire et impériale.

Charles Thévenin
Charles Thévenin - Portrait par Ingres.jpg
Portrait par Ingres (1817).[réf. nécessaire]
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 73 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Peintre, conservateur à la Bibliothèque nationale de FranceVoir et modifier les données sur Wikidata
Formation
Maître
Lieu de travail
Mouvement
Distinctions
Chevalier de la Légion d'honneur‎
Prix de Rome ()
Pensionnaire de la villa Médicis (d) (-)Voir et modifier les données sur Wikidata

BiographieModifier

Fils d’un architecte de la cour, il étudie la peinture à l’Académie royale de peinture et de sculpture auprès de François-André Vincent. Second prix de Rome pour Joseph reconnu par ses frères en 1789, il partage le premier prix en 1791 pour Régulus retourne à Carthage. Il reçoit alors ses premières commandes et produit en 1790 la première version de La Prise de la Bastille, qui suscite de nombreux commentaires. Il reçoit un second prix au concours de l’an II pour Le 12 juillet 1789.

Après avoir délaissé un temps la peinture historique pour des sujets décoratifs, il produit en 1798 Augereau au pont d'Arcole, qui inaugure une série de toiles à la gloire de l’Empire. Il part alors pour l’Italie où il séjourne à la villa Médicis et fréquente Dominique Ingres. Il est directeur de l'Académie de France à Rome de 1816 à 1823. De retour à Paris, il est élu membre de l’Académie des beaux-arts en 1825, puis il est nommé conservateur du Cabinet des estampes de la Bibliothèque nationale.

Collections publiquesModifier

GalerieModifier

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • François Macé de Lépinay, « Autour de “La Fête de la Fédération”, Charles Thévenin et la Révolution 1789-1799 », Revue de l'Art, vol. 83,‎ , p. 51-60 (lire en ligne).
  • François Macé de Lépinay, « Cinq vues des filatures de Richard-Lenoir  », dans Mélanges offerts à Pierre Arizzoli-Clémentel, Château de Versailles.,

Liens externesModifier