Charles-Auguste Salmon

homme politique français
(Redirigé depuis Charles Salmon (politique))

Charles-Auguste Salmon, né à Riche dans l'arrondissement de Château-Salins (actuel département de la Moselle) le 8 ventôse an XIII (), mort à Paris le , est un magistrat et homme politique français.

Charles-Auguste Salmon
Charles-Auguste Salmon.jpg
Charles-Auguste Salmon, représentant de la Meuse à l'Assemblée Nationale, 1848 (coll. part.)
Fonctions
Député
Sénateur
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 87 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités

BiographieModifier

Issu d'une famille de la bourgeoisie lorraine, Charles-Auguste Salmon suit à Paris des études de droit, sous la protection du comte de Serre, ancien condisciple de son père devenu ministre.

Inscrit en 1830 au barreau de Vic-sur-Seille, il y devient substitut du procureur du roi. Après une nomination à cette même fonction à Épinal, il devient procureur du roi à Toul en 1838, puis à Saint-Mihiel en 1843. Il est élu en 1848 député de la Meuse à l'Assemblée Constituante, puis de 1849 à 1851 à l'Assemblée législative. Il se consacre particulièrement aux questions de l'enseignement et prend part aux travaux de la Commission de réforme de l'instruction publique.

Lors du coup d'État du 2 décembre 1851, il est arrêté avec plusieurs de ses collègues et interné au donjon du château de Vincennes.

Il est nommé en 1853 procureur impérial à Charleville, puis avocat général à la cour de Metz en 1855. Il est président de chambre lorsqu'éclate la guerre franco-prussienne de 1870; dans ces circonstances, il fait ouvrir une ambulance au Palais de Justice et organise à son domicile la dernière réunion des magistrats de la cour de Metz avant la chute devant l'armée allemande.

Le , il est enjoint au président Salmon par le préfet de la Lorraine allemande de quitter dans les trois jours le territoire du gouvernement général d'Alsace-Lorraine sous peine d'internement dans une forteresse.

Après avoir quitté Metz, il est chargé par le gouvernement français de défendre les intérêts de la magistrature et des officiers ministériels des territoires annexés par l'Allemagne lors des négociations du traité de paix à Bruxelles en 1871. Il est nommé premier président de la cour de Douai en et élu conseiller général de la Meuse pour le canton de Vigneulles-lès-Hattonchâtel. Il devient immédiatement président de l'assemblée départementale. Dès 1874, il est nommé conseiller à la Cour de Cassation. Il est élu sénateur de la Meuse en 1876. Il est officier de la Légion d'honneur, président de l'Académie de Metz en 1859, correspondant de l'Institut (Académie des Sciences Morales et Politiques). Charles-Auguste Salmon avait épousé Henriette Justine Legagneur, nièce du président Legagneur, pair de France. Sa descendance reçoit le nom de Salmon-Legagneur. Il meurt à Paris le et est enterré à Hattonchâtel.

BibliographieModifier

Liens externesModifier