Ouvrir le menu principal

Hattonchâtel

établissement humain en France

Hattonchâtel
Hattonchâtel
Entrée du château.
Blason de Hattonchâtel
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Meuse
Arrondissement Commercy
Commune Vigneulles-lès-Hattonchâtel
Statut Ancienne commune
Commune associée
Maire délégué Christophe LEBLAN
Code postal 55210
Code commune 55233
Démographie
Population 70 hab. (1968)
Géographie
Coordonnées 48° 59′ 31″ nord, 5° 42′ 07″ est
Historique
Date de fusion 1973
Commune(s) d’intégration Vigneulles-lès-Hattonchâtel
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Meuse

Voir sur la carte administrative de la Meuse
City locator 15.svg
Hattonchâtel

Géolocalisation sur la carte : Meuse

Voir sur la carte topographique de la Meuse
City locator 15.svg
Hattonchâtel

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Hattonchâtel

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Hattonchâtel

Hattonchâtel est une ancienne commune française du département de la Meuse en région Grand Est. Elle est associée à celle de Vigneulles-lès-Hattonchâtel depuis 1973.

GéographieModifier

Le village est situé sur un éperon rocheux à une altitude de 355 m, et domine de 80 m la plaine de la Woëvre et le lac de Madine.

Le promontoire est protégé en tant que   Site inscrit naturel.

ToponymieModifier

Anciennement mentionné : Atona (812) ; Castrum Haddonis (1015) ; Hattoni-castrum (1047) ; Hattoni-castrum, Hadonis-castrum, Hattonis-castrum, Hatton-castel (XIe siècle) ; Hadonis-castrum (1060) ; Hattonis-castellum (1082) ; Haidonis-castrum (1103) ; Hatonis-castrum (1158) ; Attoni-castrum (1180) ; Scil. turrim Hatoni-castri (1210) ; Scilicet turrim Hattonis-castri (1218) ; Ad firmitatem de Hattonis-castro (1222) ; Hardonchastel, Hadonchastel (1240) ; Hadonchatel (1247) ; Hathonchastel (1267) ; Hatonchasteil (1285) ; Hattonchastel (1331) ; Hathonchasteil (1337) ; Hatonchastel (1399) ; Hathonium-castrum (1502) ; Haton (1535) ; Hatouchastel (1549) ; Hattomchastel (1566) ; Hatton-Chasteau (1642) ; Hatton-Château (1671) ; Hattonchâteau (1738) ; Haton-Châtel, Haton-Château (1749)[1].

HistoireModifier

Vers 870, Hatton, évêque de Verdun à l'époque carolingienne décide d'installer sur ce promontoire, qui porte alors le nom de « Mont aux Bruyères », sa résidence principale et d'y construire un château.

Pendant le Moyen Âge, la ville est la première forteresse de l'évêché et le siège ordinaire de sa cour des Grands-Jours : une charte de 1352 précise qu'Hattonchâtel était le principal lieu où les évêques faisaient frapper monnaie jusqu'en 1546.

En 1636, durant la guerre de Trente ans, Hattonchâtel est assiégée durant 15 jours par les troupes suédoises qui se retiraient de France. Le village est alors saccagé et brûlé.

Durant la Première guerre mondiale, le village situé non loin de la ligne de front est dévasté. Il sera reconstruit à partir de 1923 par Henri Jacquelin grâce au financement de la femme d'affaires et philanthrope américaine Belle Skinner.

Le , la commune d'Hattonchâtel est rattachée à celle de Vigneulles-lès-Hattonchâtel, sous le régime de la fusion-association[2],[3].

AdministrationModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
         
Les données manquantes sont à compléter.

DémographieModifier

Évolution démographique
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
397400430468505506511482498
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
413425432421409378360340327
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
319280230122149176187139103
1962 1968 - - - - - - -
8270-------
Nombre retenu à partir de 1962 : population sans doubles comptes.
(Source : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1968[3])

ÉconomieModifier

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

Architecture civileModifier

  • Château-fort (MH), le site fut construit en 860 par Hatton, évêque de Verdun, dont il porte le nom, sur un promontoire rocheux dominant le plateau de Woëvre. L'établissement devint le principal fief des évêques et l'emplacement de leur hôtel de la monnaie jusqu'en 1546. En 1636, les Suédois qui battaient en retraite assiégèrent et brûlèrent la majeure partie du village. Il produisit l'ultime château troubadour de Lorraine, un pastiche qui utilisait des vestiges de l'édifice du XIe siècle. Les travaux ont été financés par la bienfaitrice américaine Belle Skinner. Le château médiéval a été détruit pendant la Première Guerre mondiale en 1918. Le site a été entièrement reconstruit entre 1923 et 1928 par Henri Jacquelin, architecte normand originaire d’Évreux, dans le style néo-renaissance. Le château de Hattonchâtel est classé monument historique par le Ministère français de la Culture depuis 1986 et est une propriété privée. Le château est géré comme un hôtel, un centre de mariage et de congrès.

48° 59′ 33″ N, 5° 42′ 21″ E

  • Maison gothique aux arcades, construite vers le XIVe siècle. C'est sous les arcades de cette maison, appelée le Châtelet, devant le grand puits, que le prévôt d'Hattonchâtel rend la justice. (MH).
  • Maison des voûtes XIIe siècle(romano-gothique) MH.
  • Le lavoir Skinner, construit en 1921 grâce aux subsides de Miss Skinner, architecture japonaise et art médiéval.
  • La mairie-école, construite en 1923 grâce aux subsides de Miss Skinner
  • Ancienne maison des familles Aubert, Legagneur et Salmon-Legagneur, reconstruite après la Grande Guerre.
  • Monument aux morts de 1914-1918 dont la figure principale, une femme en recueillement devant la dépouille de son enfant, est due au sculpteur Ernest Nivet ; celle-ci orne également le monument aux morts de la ville de La Châtre dans l'Indre.

Architecture religieuseModifier

Elle a été rebâtie par les chanoines au XIVe siècle puis restaurée après la Première Guerre mondiale (vitraux modernes de Jacques Grüber).

  • à côté de l'église un cloître, construit en 1328 (MH).

Personnalités liées à la communeModifier

  • Hubert Michel Fortuné Legagneur, né à Hattonchâtel en 1797, mort à Paris en 1876. Magistrat, pair de France, commandeur de la Légion d'honneur. Tombe à Hattonchâtel.
  • Charles-Auguste Salmon (1805-1892). Magistrat. Député de la Meuse en 1848 et 1849. Délégué par le gouvernement français aux pourparlers de paix en 1871 chargé de la défense des intérêts des magistrats et officiers ministériels de la Lorraine et de l'Alsace annexées par l'Allemagne. Sénateur de la Meuse en 1876. Correspondant de l'Institut (Acad. des Sc. Morales et Politiques). Tombe à Hattonchâtel.
  • Rupprecht de Bavière, prince héritier, fils du dernier roi de Bavière Louis III. Maréchal de l'armée allemande. Occupa Hattonchâtel pendant la guerre de 1914-1918.
  • Miss Belle Skinner, américaine, bienfaitrice d'Hattonchâtel dont elle contribua à relever les ruines après la guerre de 1914-1918. On lui doit la reconstruction du château, de la Mairie-école et du lavoir.

HéraldiqueModifier

  Blason Parti au premier d'or à la bande de gueules chargée de trois alérions d'argent ; au second, écartelé au I et au IV de sable à la croix d'argent, au II et au III d'azur à six annelets d'argent disposés 3, 2, 1[4],[1].
Détails
On trouve réunies, dans le blason de cette localité, les armes des ducs de Lorraine, ainsi que celles de ses anciens seigneurs[4].
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

  1. a et b Félix Liénard, Dictionnaire topographique du département de la Meuse, 1872.
  2. Commune d'Hattonchâtel (55233) sur le site de l'INSEE
  3. a et b http://cassini.ehess.fr/cassini/fr/html/fiche.php?select_resultat=16725
  4. a et b Constant Lapaix, Armorial des villes, bourgs et villages de la Lorraine, du Barrois et des Trois-Évêchés, Nancy, Chez l'auteur