Ouvrir le menu principal
Statue du mineur au pied du terril de Frameries
L’ancien charbonnage de Crachet Picquery

Le Charbonnage de Frameries est un charbonnage situé à Frameries, une commune francophone de Belgique située en Région wallonne dans la province de Hainaut[1].

En 1920, cette société dont le directeur-gérant est Georges Cotton compte 11 puits en activité :

  • Le Sac à Hornu,
  • Saint-Antoine à Wasmes,
  • Bonne-Espérance à Wasmes,
  • Grisoeuil à Pâturages,
  • Crachet-Picquery à Frameries,
  • Grand-Trait à Frameries,
  • Cour de l’Agrappe à Frameries,
  • Crachet-Sainte-Placide à Frameries,
  • Noirchain à Noirchain,
  • Sainte-Caroline à La Bouverie,
  • Couteaux Sainte-Mathilde à La Bouverie.

Sommaire

Charbonnage de Crachet PicqueryModifier

  Patrimoine classé (1989, Le dispositif d'extraction et d'évacuation du puits n°11 sur le site charbonnier du Crachet, à Frameries. Ce dispositif comprend: le châssis à molettes, la galerie périphérique aérienne couverte et le bâtiment de la machine d’extraction (M) ainsi que les abords du châssis à molettes du puits n°11 sur le site charbonnier du Crachet (S), no 53028-CLT-0006-01)

Actuellement utilisé par le parc scientifique Pass. Tout en créant de nouveaux espaces, le célèbre architecte français Jean Nouvel a rénové les anciens bâtiments témoignant du riche passé industriel du Borinage. Le Pass propose par sa présentation ludique une introduction au développement de la science et de la technologie[1].

Charbonnage du Grand TraitModifier

 
Charbonnage Grand Trait, Frameries, 1920

Charbonnage du Grand Trait qui était aussi le siège de "La Centrale de sauvetage de Frameries" (la centrale fut créée en 1905) dont les sauveteurs ont participé à de nombreux sauvetages dans le Borinage et dans la terrible catastrophe du Bois du Cazier à Marcinelle en 1956 qui fit 262 victimes, en majorité italiennes. À l'emplacement du Grand Trait se trouvent les installations de Doosan matériel de génie civil (qui a repris Daewoo installé là depuis 1992), rue Achille Degrâce ainsi que la société Deberghes & Fils qui vend du charbon.

Charbonnage l’AgrappeModifier

 
Le Charbonnage de l'Agrappe en 1925
 
Désastre au Charbonnage de l'Agrappe en 17 avril 1879

Le puits no 2 (dit l’Agrappe) situé rue A. Defuisseaux est le plus meurtrier du charbonnage. Il est fermé en 1922[1].

Liste des coups de grisou :

Ce puits est de loin le plus meurtrier de tout le bassin borain.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier