Ouvrir le menu principal

Champagne Krug

marque de champagne français
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Krug.
entrée à Reims, rue Cocquebert.

Le Champagne Krug est une maison de champagne basée à Reims depuis plus de cent soixante ans. La maison est fondée en 1843, par Johann-Joseph Krug, originaire de Mayence, alors sous administration française[1].

Sommaire

HistoireModifier

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (novembre 2018)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Joseph Krug fonde la Maison Krug en 1843. Fils de boucher, Johann-Joseph Krug né à Mayence, alors sous le joug de l'Empire français, en 1800. Il abandonne son premier prénom Johann et quitte Mayence en 1824. Il s'installe à Paris en 1834 qu'il quitte rapidement pour rejoindre la maison de Champagne Jacquesson à Châlons-sur-Marne. Il passe huit ans au service de cette maison, d'abord en tant que comptable puis en tant que goûteur et critique. Il épouse, en 1841, Emma-Anne Jaunay, fille d'un hôtelier français basé à Leicester Square à Londres. Le couple donne naissance, l'année suivante, à leur fils Paul Krug puis la famille s'installe à Reims. Krug et Cie. est créée en 1843 avec un associé commanditaire, Hyppolite de Vivès. Joseph, parlant couramment le français, l'anglais, l'allemand et, à moindre mesure, le russe permet ainsi au groupe de se développer à l'échelle internationale.

Joseph décède en 1866 et la succession au sein du groupe Krug & Cie. est assurée par son fils Paul, préalablement formé au métier.

La renommée de la maison est véritable à compter des années 1880. A la mort de Paul en 1910, son fils Joseph Krug II lui succède. C'est son épouse, Jeanne, qui dirigera la maison lors de la captivité de Joseph II durant la Première Guerre Mondiale. A la fin de la guerre, en 1924, le neveu de Joseph II, Jean Seydoux, devient associé au groupe. C'est dans les années 1920 que sont créées les cuvées Vintage 1926 et 1928 considérées comme faisant parties des meilleurs champagnes. Au milieu des années 1930, Paul Krug II, fils de Joseph II, commence sa carrière au sein de la maison familiale et en prendra la tête de 1959 à 1977.

En 1962, Henri, fils de Paul II, rejoint également l'entreprise, trois ans après son frère Rémi. Leur arrivée donne naissance à une série d'innovations, notamment l'extension de leurs gammes.

La maison appartient depuis 1999 au groupe de luxe LVMH qui racheta la marque à Rémy Cointreau pour 1 milliard de francs[2].

SpécificitéModifier

Parmi les principales techniques utilisées, on trouve la vinification sous bois dans des petits fûts de 205 litres fabriqués avec du chêne de la forêt d'Argonne. Âgés en moyenne de trente-cinq ans, les tonneaux sont entretenus par les tonneliers de la maison et réutilisés d'une année sur l'autre. Selon le chef de cave : « La longévité de nos champagnes est intimement liée au séjour qu'ils effectuent dans les fûts. »

Les champagnes Krug ne sont commercialisés qu'à maturité, ainsi c'est en 2005 qu'a été livré le millésime de 1990. Pour certains champagnes, la maison sort ainsi d'anciens millésimes conservés encore plus longtemps, comme le millésime de 1981 qui a été dégorgé et commercialisé en 2006 à moins de deux mille exemplaires sous l'appellation Krug Collection.

Les cuvéesModifier

 
Capsule de la Grande Cuvée.
  • Grande Cuvée : elle constitue la plus grande partie de la production. Elle n'est pas millésimée. Elle est composée en moyenne de cent-vingt vins différents, dont 30 % - 50 % de vins de réserve, âgés d'un à quinze ans. Ce n'est qu'après un vieillissement de six ans en cave qu'une bouteille de Krug Grande Cuvée est mise sur le marché. Elle se distingue par sa robe dorée et ses fines bulles.
  • Krug Rosé : champagne rosé de production récente décrit par la maison comme "gastronomique".
  • Krug Millésimé : produit lors d'années mémorables.
  • Krug Collection : Krug millésimé mais dégorgé récemment. Le dernier millésime produit est le 1982.
  • Krug Clos du Mesnil : Blanc de Blancs issu d'une parcelle unique au Mesnil-sur-Oger. Le premier millésime date de 1979. Produit en petite quantité (moins de 10 000 bouteilles toutes numérotées). Le dernier commercialisé est le Clos du Mesnil 2000.
  • Krug Clos d'Ambonnay : Blanc de Noirs issu d'une parcelle unique à Ambonnay. Produit en plus petite quantité encore que le Clos du Mesnil (entre 200 et 300 caisses), Le premier millésime, 1995, est sorti en mai 2008. Les autres millésimes mis en bouteille sont 1996 et 1998.

DirectionModifier

La maison est dirigée par Margareth Henriquez et Olivier Krug représentant de la sixième génération, et par le chef de cave Éric Lebel.

ControversesModifier

En 2011, la campagne marketing de Krug qui tentait d'utiliser le burning man comme support promotionnel s'est retournée contre la marque quand l'affaire a été révélée au public sur le site du festival[3]. L'évènement étant "décommercialisé" (pas d'argent, pas de sponsors, pas de publicité et donc... pas de lancement de produit), l'équipe de Krug s'est fait passer pour un groupe de festivaliers organisant un repas d'anniversaire, alors qu'elle était en réalité filmée et photographiée pour la marque pour faire sa promotion dans la presse et sur le web[4]. Tout cela en violation de nombreux principes du festival tant d'un point légal (publication de photographies non autorisées) qu'éthique, puisque tout a été abandonné sur place en totale contradiction avec le principe "leave no trace" (ne laisser aucune trace) que les festivaliers s'engagent à respecter[5].

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier