Chambre à air

La chambre à air est un boyau en caoutchouc rempli d'air. Avec le bandage pneumatique démontable à l'intérieur duquel elle se trouve protégée, elle fait partie d'un système plus confortable et plus performant mis au point à la fin du XIXe siècle pour remplacer le bandage caoutchouté plein[1] en usage auparavant sur les cycles et les véhicules automobiles.

Deux chambres à air de bicyclette (vélo tout terrain et vélo de course).

MatériauxModifier

Constituées à l'origine de latex naturel et de noir de carbone (stabilisateur), les chambres à air sont par la suite constituées de caoutchouc synthétique rendu plus résistant par adjonction d'acrylonitrile[2] qui rend aussi ce caoutchouc non ou très peu biodégradable.

FonctionnementModifier

 
Réparation de chambres à air au Burkina Faso.

Logée à l'intérieur du pneu et contre la jante, elle est munie d'une valve permettant de la gonfler. La pression de l'air à l'intérieur dépend du type de véhicule, de la dimension du pneu et du type d'activité pratiquée. Les chambres à air peuvent se réparer avec une rustine et une colle vulcanisante.

HistoriqueModifier

En 1887, l'Écossais John Boyd Dunlop a l’idée d'entourer les roues en bois de la bicyclette de son fils avec des tubes en caoutchouc remplis d'air afin d’en améliorer le confort, le bruit, la vitesse et l'adhérence sur route. Son pneumatique a un succès immédiat dans le monde du vélo, les grands champions de l’époque l’utilisent avec succès. John Boyd Dunlop dépose le brevet du pneu à air avec valve le [3].

En 1891, Édouard et André Michelin (Michelin) perfectionnent le produit à la suite d'une demande de réparation à Clermont-Ferrand d'un cycliste anglais équipé des simples boudins en caoutchouc inventés par Dunlop. Ils inventent le premier pneumatique démontable avec une chambre à air indépendante du pneumatique. L'usine Michelin commence à produire ces pneus démontables en . Son directeur, Édouard Michelin, dépose les brevets sur ce « concept de pneu démontable » du au [4].


Le pneumatique démontable avec chambre à air, devenu d'un usage universel, est utilisé par toutes sortes de véhicules et d'engins, depuis les bicyclettes jusqu'aux avions gros porteurs, en passant par les motocyclettes, automobiles, poids lourds, tracteurs agricoles, chariots et diables, engins de chantier et métros, sans oublier les brouettes de jardin et les trottinettes.

Au XXIe siècle, pour les motocyclettes et les automobiles, la chambre à air devient plus rare, remplacée par le pneu sans chambre à air, dit tubeless selon la terminologie anglophone.

Notes et référencesModifier

  1. Le bandage caoutchouté plein est souvent désigné par le terme « pneu plein », sous-entendu « pneu en caoutchouc plein », qui est un parfait oxymore, « pneumatique » signifiant « relatif à l'air et aux corps gazeux » ou encore « qui contient de façon naturelle ou sous pression de l'air », comme l'indique le Centre national de ressources textuelles et lexicales (CNRTL).
  2. HPA, Dossier Acrylonitrile / General information, PDF, 5p, consulté 2013-05-08
  3. Pierre-Antoine Donnet, La Saga Michelin, Seuil, , p. 31
  4. Sophie Boutillier et Dimitri Uzunidis, L'Aventure des entrepreneurs, Studyrama, , p. 27

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier