Château des Huttes

Manoir des Huttes
Image illustrative de l’article Château des Huttes
Pignon Est.
Période ou style Médiéval
Type Demeure
Début construction XVIIe siècle
Fin construction XIXe siècle
Destination initiale Maison de notable
Coordonnées 44° 56′ 17″ nord, 2° 36′ 42″ est
Pays Drapeau de la France France
Région historique Carladès
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Cantal
Commune Polminhac
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Manoir des Huttes

Le château des Huttes est l'ancienne demeure de la famille Pagès des Huttes, située à Polminhac dans le Cantal.

Situé sur les hautes terres, le long de l'ancienne route allant de Carlat - Saint-Flour qui traversait les Montagnes d'Auvergne par le Plomb du Cantal (via Celtica), c'était le lieu d'un péage.

Il ne doit pas être confondu avec l'ancienne demeure urbaine de la famille Pagès des Huttes, qui est située dans le centre de Vic-sur-Cère au bord de la Route nationale 122.

DescriptionsModifier

Maison de maître de la première moitié du XVIIe siècle, remaniée en 1797 et en 1809 ; l'écurie, accolée, porte la date 1700 mais a été surélevée au XXe siècle; Son corps de logis est rectangulaire, à un étage sur soubassement voûté, et sous comble, avec une tour d'angle sous toiture à croupes, et une tourelle à toit conique. Deux escaliers en maçonnerie sans jours : un à vis en œuvre, un tournant à retour. Sa maçonnerie en moëleons de basalte et de tuf volcanique, sa couverture en lauzes.

Logis de ferme à pignon couvert et demi-croupe, portant la date 1787, à son extrémité Est (côté fournil) et la date 1873, sur une lauze (date de réfection de la couverture).

Granges-étables à demi croupes, couverture en ardoise en écailles. Celle du nord-ouest porte la date 1880 ; deux autres granges étables sont antérieures au cadastre de 1811, mais remaniées à la fin du XIXe siècle.

Autre fournil ou four à pain isolé, plan carré, pignons couverts et croupe ronde, couverture en tuile creuse; il existait à l'époque du cadastre de 1811.

HistoireModifier

Lieu d'un ancien péage médiéval sur la grande estrade du Cantal, souvent identifiée à la via Celtica, allant de Carlat au Plomb du Cantal.

Le village est mentionné en 1266 dans une reconnaissance de Guillaume de Vic au vicomte de Carlat.: medietatem de Mejanaserra de la Utas, et afarium de la Parania de las Utas[1]. La même année, Bernard de Vic reconnaît à Carlat un tiers de la manse d'Arnaud des Huttes par indivis[1].

  • En 1304, la manse des Huttes est possédée par un membre du prieuré de Jou, dépendant de celui de Lacroix-Barrez avec la basse justice, la haute et la moyenne étant réservée au vicomte de Carlat qui percevait sur lui 2 setiers d'avoine[1].

Les Huttes sont par la suite le domaine de la famille Pagès des Huttes, branche cadette de la famille Pagès, des seigneurs de Vixouze. En effet, Blaise Pagès, marié à Marguerite Teillard, fille de Jean et de Jeanne de Caldaguès, a eu au moins quatre enfants, dont :

  • François Pagès, seigneur de Vixouze, conseiller du roi et son procureur au bailliage de Vic, qui épouse Jeanne Desistrières, dont il eut cinq enfants:
    • Rose Pagès ;
    • Henri Pagès, qui suit ;
    • Marguerite Pagès ;
    • Géraud Pagès des Huttes, chanoine d'Aurillac[2], propriétaires des huttes où il fit des embellissements.
  • Henri Pagès, seigneur des Huttes, (1682 - ), avocat au parlement de Paris, conseiller, puis procureur du roi au bailliage de Vic, qui épousa le à Aurillac Jeanne Marie Cambefort, fille de Paul, seigneur de Tourtoulou, et de Philiberte de Leygonie, qui lui donna trois filles et deux garçons, dont :
  • François Pagès des Huttes (1716 - ), seigneur des Huttes, capitoul de Toulouse, marié en 1746 à Mur-de-Barrez avec Antoinette-Marguerite de Verdier de Mandilhac (1726 - ), qui lui donna cinq garçons et une fille Toinette.
  • Jean-François Pagès des Huttes (1785 - Vic-sur-Cère 1829), marié en 1821 avec Delphine Delrieu (1776 1851), fille de Guillaume et d'Elisabeth Viallard[3], sans descendants.
  • Marguerite Pagès des Huttes, sa sœur, s'est mariée en 1813 avec Jean Latapie de Balaguier, chevalier de Saint-Louis, auquel elle a donné plusieurs enfants, Firmin, Félix et une fille :
  • Marie Latapie de Balaguier, mariée à Vic avec Joseph de La Garde de Saignes, fils de René de La Garde de Saignes, ancien officier des Haras, et de Victoire de L'Enfernat, auquel elle donna une fille et quatre garçons.

Le domaine des Huttes est acheté par Jean Saphary (1796-1865), professeur de philosophie, membre de la société cantalienne.

Armes, blason, devisesModifier

Jean-François Pagès des Huttes, anobli par le capitoulat en 1758: "D'argent à une coquille de sable" (reprend les armes de François-Xavier Pagès de Vixouze, conseiller du roi au présidial d'Aurillac, enregistrées en 1696 dans l'Armorial de France d'Hozier).

VisitesModifier

Le château ne se visite pas.

Notes et référencesModifier

  1. a b et c Saige et Dienne, tome I, p. 40.
  2. Un mémoire imprimé de 42 pages pour obtenir un bénéfice, contre les sieurs Sabatier et de Sistrières, donne sa généalogie. Archives départementales du Cantal.
  3. Louis de Ribier, Recherches de la Noblesse d'Auvergne.

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

Articles connexesModifier