Ouvrir le menu principal

Château de Nanteuil
Image illustrative de l’article Château de Nanteuil
Vue du château de Nanteuil du côté de l'entrée, INHA. Fin du XVIIe siècle.
Type château
Destination initiale maison de plaisance
Propriétaire actuel inconnu
Destination actuelle Château détruit
Pays Drapeau de la France France
Département Oise
Commune Nanteuil-le-Haudouin

Le château de Nanteuil était un château médiéval et Renaissance, situé sur la commune de Nanteuil-le-Haudouin. Il est aujourd'hui détruit. Sont néanmoins conservés la plupart des anciens communs du château, ainsi que deux pavillons du jardin.

Sommaire

HistoireModifier

Le château de Nanteuil a une histoire riche et complexe depuis le haut moyen-âge[réf. nécessaire], puisqu'il se situe sur la grande route de Paris à Soissons.

Les comtes de PonthieuModifier

Les comtes de CrépyModifier

La maison de PacyModifier

La maison de BroyesModifier

Le comte Henri de Lenoncourt obtient de François Ier d'ériger Nanteuil en comté en 1543. Les rois François Ier et Henri II séjournèrent plusieurs fois à Nanteuil, et y signèrent plusieurs chartes.

Les Guise (1556-1576)Modifier

François de Lorraine, duc de GuiseModifier

François de Lorraine, duc de Guise, acheta de force à la veuve du comte la terre et le comté de Nanteuil. Le connétable de Montmorency aida le duc de Guise dans la conclusion de cette affaire. Le contrat de cette vente forcée est de 1556, et donne le prix de cession, 260.000 livres. Or cette somme remboursait à peine les embellissements que le seigneur de Lenoncourt avait ajoutés au château.

Le duc de Guise y reçut Henri II, qui y tint quelques conseils d'Etat. Il reçut ensuite fréquemment le roi François II, où des amusements étaient préparés au jeune prince. Le duc de Guise résidait habituellement au château de Nanteuil.

Sur la fin de 1560, et après le colloque de Poissy, les Guise, voyant échouer leurs projets ambitieux, se retirèrent de la cour ; le duc de Guise, principal chef du triumvirat, établit au château de Nanteuil une espèce de siège de cette puissance association.

Henri Ier de GuiseModifier

Henri de Guise, dit le Balafré, est le fils du duc de Guise. Il remit en 1576 au roi la terre et son château de Nanteuil et le pria d'en disposer. Le roi le garda deux ans, voulant en disposer en faveur d'une personne fidèle. Il en fit don à Gaspard de Schomberg, officier d'un mérite éprouvé.

Les Schomberg (1578-1658)Modifier

Gaspard de SchombergModifier

Gaspard de Schomberg en fit sa résidence, et réalisa des augmentations au château, qui était déjà très vaste et très orné.

Henri de SchombergModifier

Henri de Schomberg posséda ensuite le comté et mourut en 1632. Il fit paver le bourg de Nanteuil, et acheva les deux pavillons du château qui n'avaient pas encore été terminés.

Charles de SchombergModifier

Charles de Schomberg est le fils du précédent, et lui succéda dans la possession du comté de Nanteuil. Il mourut sans enfants.

Les duc d'Estrées (1658-...)Modifier

 
Schéma restituant le volume du château de Nanteuil, au XVIIe siècle.

François-Annibal d'EstréesModifier

En 1658, François-Annibal d'Estrées achète la terre et le comté de Nanteuil (dont le château) des sœurs de Charles de Schomberg, moyennant la somme colossale de 960.000 livres.

Jean II d'EstréesModifier

Il est le fils du précédent.

Victor Marie d'EstréesModifier

Le duc d'Estrées possède également le château, puisqu'il est le fils du précédent. Il consacre sa fortune à acquérir d'importantes collections d'objets d'art et de livres, ainsi que de cartes géographiques[1], qu'il accumule dans son hôtel, rue de l'Université (Hôtel de Noailles) et au château de Nanteuil. L'inventaire après décès du duc d'Estrées est dressé le 13 janvier 1738[2].

Louis-Joseph Condé (XVIIIe siècle)Modifier

Au XVIIIe siècle, le prince Louis-Joseph de Bourbon-Condé (1736-1818) en devient propriétaire.

Déclin et destructionModifier

Le château a été détruit en 1794. En effet, Louis V Joseph de Bourbon-Condé, prince du sang, royaliste réfugié à l'étranger n'avait pas obéi au décret de 1791 de l'Assemblée-nationale-constituante de la République qui ordonnait aux émigrés de rentrer en France avant le 1er janvier 1792, sous peine de mort et de confiscation de leurs biens. La démolition de leurs châteaux était une réponse de la République aux actions contre-révolutionnaires des Émigrés, adversaires de la jeune République française. Il fut l'un des premiers à quitter la France. Il émigra juste après la prise de la Bastille aux Pays-Bas puis à Turin[4].

En 1817, une description du bourg de Nanteuil indique : « Le terroir de Nanteuil avait, avant la révolution, le titre de comté. Le château, qui faisait partie des domaines de M. le prince de Condé, a été démoli en grande partie, celle restante, avec le parc de 60 arpens, appartient aujourd'hui à M. Robinet, juge d'instruction au tribunal de Senlis[5]. »

De nos joursModifier

Il reste 3, rue des Pavillons, deux pavillons de l'ancien château du XVIIe, plus exactement les façades et les toitures des écuries et le mur de soutènement des terrasses reliant ces deux pavillons (inscription au titre des monuments historiques par arrêté du 20 janvier 1950).

Sources et bibliographieModifier

  • J. A. Dulaure, Histoire physique, civile et morale des Environs de Paris, 1826, Tome V, p. 28 et suivantes[6].
  • Louis Graves, Précis statistique du canton de Nanteuil-le-Haudouin, in: Annuaire de l'Oise, 1829. Publié à nouveau par les Editions Res Universis en 1991.
  • Ernest Legrand, Histoire de Nanteuil-le-Haudouin, 1914. Ce livre a été réédité en 1988.
  • Sous la direction d'André Coffin, Nanteuil-le-Haudouin au vingtième siècle, Société d'histoire et d'archéologie de Nanteuil-le-Haudouin, 2007.

Liens internesModifier

NotesModifier