Château de Châteaufer

château à Bruère-Allichamps (Cher)

Château de Châteaufer
Image illustrative de l’article Château de Châteaufer
Nom local Châteaufer
Période ou style Classique
Début construction 1666
Propriétaire initial Charles Le Fer
Propriétaire actuel Privé
Protection Logo monument historique Inscrit MH (2002, corps de logis, chapelle, façades et toitures des communs, fossés)
Coordonnées 46° 47′ 41″ nord, 2° 25′ 25″ est[1]
Pays Drapeau de la France France
Département Cher
Commune Bruère-Allichamps
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Château de Châteaufer
Géolocalisation sur la carte : Cher
(Voir situation sur carte : Cher)
Château de Châteaufer

Le château de Châteaufer ou château du Breuil est un édifice protégé des monuments historiques, situé sur la commune de Bruère-Allichamps, dans le département français du Cher.

HistoireModifier

 
Châteaufer sur le cadastre napoléonien de 1813

Construit entre 1666 et 1670 sur l'emplacement de l'ancien hôtel seigneurial du Breuil (fief relevant de Bruère attesté dès le XIVe siècle[2]) le château de Chateaufer est le dernier témoin de l'architecture civile du XVIIe siècle dans le Berry.

Situé sur le territoire de l'ancienne paroisse d'Allichamps, aujourd'hui Bruères-Allichamps, à la limite du Berry et du Bourbonnais, il fut construit pour Charles Le Fer, receveur général des Finances à Bourges, qui lui laissa son nom.

A la fin du XIXe siècle, un important haras consacré à la production de chevaux destinés à la remonte de l’armée française (remplaçant ceux blessés ou tués au combat) est créé dans les communs[3]. Il sera fermé à la fin de la première guerre mondiale avec la forte réduction de l'utilisation du cheval dans les unités de combats de l'armée française.

En 1917, des troupes américaines sont cantonnées dans l'annexe de la remonte[4]. Arrivés le , les soldats séjournent à Châteaufer pendant deux années[5].

En 1939, certains bâtiments sont transformés en camp d'accueil pour des réfugiés de la guerre civile espagnole[6].

Depuis 2002, le château est inscrit aux Monuments Historiques[7]. Les nouveaux propriétaires ont entrepris de nombreux travaux pour le rénover[8],[9].

Propriétaires du château de ChâteauferModifier

   
Le vicomte et la vicomtesse de Châteaufer, Charles Robin de Coulogne et Hermine Ogier

Au début du XVIe siècle, Nicolas Gibot d'une honorable famille de la Touraine et de l'Anjou est dit seigneur du Breuil et de Sausay[10].

Entre 1666 et 1670, le château actuel est construit par Charles Le Fer, seigneur du Breuil et de Sausay qui le lègue à sa fille Marguerite Le Fer à son décès en 1695 (armes de la famille Le Fer : D'argent à trois coqs de gueules)[11].

En 1698, Antoine François Robin (1657-1722), chevalier de Saint-Louis, vicomte de Coulogne, descendant à la 12e génération de Jean Ier de Valois, duc de Berry[12], épouse Marguerite Le Fer qui apporte le domaine à la famille Robin et dont certains des descendants se feront appeler par la suite Robin de Châteaufer[13].

Son fils, Charles Désiré Robin de Coulogne, lieutenant-colonel au corps royal de l'artillerie et du génie, commissaire provincial de l'artillerie, père de Charles-Jacques-Désiré Robin de Coulogne, est né au château de Châteaufer le [14] (armes de la famille Robin de Coulogne: écartelé aux 2 et 3 d'or, au chevron de gueules, accompagné de 3 palmes de sable, 1 et 2, celles du chef adossées)[15].

La famille Robin possédaient également à proximité le château de Prégirault (Commune de Saint-Loup les Chaumes, Cher) et le château d'Orcenais (Cher).

En 1731, le château appartient à Balthasar Robin de Châteaufer. Il est vendu par la fille de celui-ci en 1774 à Catherine-Athenais et Étienne Boucart de Châteaufer, né vers 1730[16], écuyer officier de la chambre du Roi, chevalier de l'ordre du Roi du Portugal, ancien major au service de l'Impératrice de toutes les Russies, ex-contrôleur des bâtiments du comte d'Artois[17],[18]. D'après Buhot de Kersers[19], dans une chapelle annexe, construite par Le Fer en 1670, le curé-prieur d'Allichamps devait, à titre de fondation, dire la messe cinq fois par an. Ce droit fut l'objet de différents entre le curé Pajonnet et les de Coulogne qu'il est un motif de la vente, en 1774. En 1789, il appartient à la veuve Boucart.

 
Signature d'Etienne Boucart de Châteaufer

DescriptionModifier

Le château est formé d'un corps logis rectangulaire terminé par deux ailes saillantes. Un premier étage domine le tout. Les portes sont entourées de pilastres doriques et surmontées d'un fronton très bas. Les lucarnes sont également à fronton. L'une des ailes abrite l'escalier en pierre rampe sur rampe. Le rez-de-chaussée est peu développé, un étage noble et des combles couverts de tuiles plates. Aucune rupture dans la ligne de faîte des toitures ne vient modifier l'horizontalité de l'ensemble. Le décor est simple et les seuls éléments sculptés sont réservés aux encadrements des portes et des lucarnes de la façade antérieure. Les bâtiments agricoles sont intégrés à la composition d'ensemble et soulignent le plan symétrique. À l'intérieur sont conservés des décors peints sur les murs datant de la construction.

Sont protégés notamment le corps de logis ; la chapelle située à l'extrémité sud ; les façades et les toitures des deux bâtiments de communs situés dans l'avant-cour ; le portail d'entrée et le mur de clôture de l'avant-cour ; les fossés.

Notes et référencesModifier

  1. Coordonnées trouvées sur Géoportail
  2. L'histoire du fief de Châteaufer est retracée dans l'ouvrage de Buhot de Kersers.
  3. Bernadette Barrière et Nicole de Blomac, Cheval limousin, chevaux en Limousin, Presses Univ. Limoges, , 375 p. (ISBN 978-2-84287-404-9, lire en ligne)
  4. « La réquisition des chevaux. », sur canonde75modele1897.blogspot.fr (consulté le )
  5. « Exposition sur les soldats américains à Châteaufer », sur www.leberry.fr, Le Berry républicain, (consulté le ).
  6. Jeanine Sodigne-Loustau, L’immigration politique espagnole en région centre(Cher, Eure-et-Loir, Indre, Loir-et-Cher, Loiret) de 1936 a 1946 (thèse), Paris, Universite Paris 7 Denis Diderot, (lire en ligne).
  7. « Château dénommé Châteaufer », notice no PA18000020, base Mérimée, ministère français de la Culture
  8. « Bruère-Allichamps - Une ferme bio en création à Châteaufer sera ouverte aux visites cet été », sur www.leveil.fr, Centre France, (consulté le )
  9. « L'agriculture paysanne en fête à Châteaufer dimanche », L'Écho du Berry,‎ 27 septembre au 3 octobre 2018, p. 16
  10. « Essais généalogiques sur les anciennes familles du Berry »
  11. Xavier de (1854-1929) Bellevue, Généalogie de la maison Fournier, actuellement représentée par les Fournier de Bellevüe, Impr. de F. Simon, (lire en ligne)
  12. « Lien de parenté », sur roglo.eu (consulté le )
  13. Félix Pallet, Nouvelle histoire du Berry, contenant son origine, ses antiquités les plus reculées,... sa division en ses différentes parties, ses descriptions géographiques,... avec les histoires héraldiques,... des maisons et familles nobles les plus connues dans le b, Monory, (lire en ligne)
  14. « Charles Désiré Robin de Coulogne », sur roglo.eu (consulté le )
  15. La France illustrée : journal littéraire, scientifique et religieux : directeur L. Roussel, s.n., (lire en ligne)
  16. « AN Y4603 | 01/09/1742 - 30/09/1742 | Paris (Paris, France) - Geneanet », sur www.geneanet.org (consulté le )
  17. « Archives du bailliage de Meillant »
  18. Société archéologique de Touraine Auteur du texte, Bulletin de la Société archéologique de Touraine, Georget-Joubert, (lire en ligne)
  19. Alphonse Buhot de Kersers, Histoire et statistique monumentale de département du Cher, vol. 6, Bourges, Imprimerie Tardy-Pigelet, 1892 (réimpression 1996) (ISBN 978-2-84178-101-0 et 2-84178-101-1), p. 108-109 (Châteaufer).

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier