Château de Brienne-le-Château

château fort français
Château de Brienne-le-Château
Image dans Infobox.
Présentation
Destination initiale
château d'agrément
Destination actuelle
établissement de santé mentale
Style
classique
Architecte
Jean-Louis Fontaine
Construction
1770-1778
Propriétaire
Hôpitaux de Champagne Sud
Patrimonialité
Localisation
Pays
Région
Département
Commune
Coordonnées
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte de l’Aube
voir sur la carte de l’Aube
Red pog.svg

Le château de Brienne-le-Château ou château des Loménie est une demeure de la seconde moitié du XVIIIe siècle, qui se dresse sur la commune française de Brienne-le-Château dans le département de l'Aube, en région Grand Est.

Le château fait l'objet d'une inscription partielle au titre des monuments historiques[1].

LocalisationModifier

Le château est situé au sommet d'un tertre qui lui assure une situation dominante de plus de 200 mètres d'altitude sur la commune de Brienne-le-Château, dans le département français de l'Aube.

HistoriqueModifier

 
Le château en 1901.
 
Le château.

Un premier château sur motte est assiégé par Louis d'Outremer en 951. Les comtes de Brienne sont mentionnés depuis 950 et jusqu'au 1356[2].

Une chapelle castrale est citée en 1166[3] qui était dédiée à la Sainte-Croix. Une description ancienne nous décrit « un donjon où il y a grosse tour de pierre... grande cour où il y a estables, escuryes, pressoir, colombier » et à l'extérieur « jardins, vignes, buissons, broussailles »[4][réf. non conforme].

En 1640, le comté de Brienne est hérité par la famille de Loménie, qui va acquérir, à partir des années 1760, une grande influence à la Cour.

L'abbé Étienne Charles de Loménie de Brienne devient évêque, puis archevêque, cardinal et, en 1787, ministre d'État du roi Louis XVI.

Son frère Louis Marie Athanase de Loménie de Brienne est, en 1787 et 1788, secrétaire d'état à la guerre du même roi.

Cette position les incite à faire renouveler la demeure seigneuriale de leurs terres de Brienne.

Tous deux commanditent la reconstruction du château de Brienne, qui commence en 1770 et s'achève en 1778[note 1], le terrassement des abords se prolongeant durant quelques années, pour offrir l'exceptionnelle perspective que l'on admire encore aujourd'hui.

Jean-Louis Fontaine est l'architecte de cet édifice, qui est inauguré le .

 
La bataille avec en arrière le château, Siméon Fort.

À la fin du mois de et au début du mois de , les environs de Brienne sont le théâtre de la bataille de La Rothière, dont Napoléon Ier[note 2] dirige les opérations depuis le château de Brienne, où il passe alors deux nuits[réf. nécessaire]. Selon Cassaigne, Napoléon Ier aurait failli surprendre le général prussien Blücher dans le château en passant par les souterrains. Dans l'assaut qui s'ensuivit, toutes les vitres de l'édifice furent détruites[5].

Resté dans la descendance des Loménie jusqu'en 1851, le château de Brienne est alors acheté par la princesse Théodore de Bauffremont, née Montmorency.

La maison de Bauffremont le conserve jusqu'en 1933.

Vendu et resté ensuite inhabité, il subit l'occupation durant la Seconde Guerre mondiale, puis l'abandon jusqu'au début des années 1950.

Le domaine de Brienne est converti en 1959 en hôpital psychiatrique départemental, aujourd'hui Établissement Public de Santé Mentale de l'Aube (EPSMA).

DescriptionModifier

Il s'agit d'un vaste édifice tout en pierre, d'une architecture parfaitement homogène et classique, de décor sobre inspiré de l'Antiquité, caractéristique de la seconde moitié du XVIIIe siècle.

ProtectionModifier

Sont inscrits par arrêté du [1] :

  • la grille d'honneur et le pont commandant l'accès du château ;
  • les façades et toitures du château et des deux pavillons isolés qui l'accompagnent, avec les cours et escaliers extérieurs ;
  • l'escalier d'honneur et l'escalier de service à l'intérieur du château.

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Il aurait été le dernier château a être construit sous l'Ancien Régime avant la Révolution française.
  2. Il avait été élève à l'école militaire de Brienne.

référencesModifier

  1. a et b « Château », sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  2. Charles-Laurent Salch, Dictionnaire des châteaux et des fortifications du Moyen Âge en France, Strasbourg, Éditions Publitotal, , 28e éd. (1re éd. 1979), 1304 p. (ISBN 2-86535-070-3, OCLC 1078727877), p. 203, Brienne-le-Château.
  3. Charles Lalore, Collection des principaux cartulaires du diocèse de Troyes, vol. 3, Paris, E. Thorin, (lire en ligne), « 3-1166 », p. 7.
  4. Arch. Nat., p. 215 2, no 35.
  5. Josyane et Alain Cassaigne, 500 châteaux de France : Un patrimoine d'exception, Éditions de La Martinière, , 395 p. (ISBN 978-2-7324-4549-6), p. 34.

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • G. Bourgin, Répertoire du Chartrier du comté de Brienne, Archives nationales, série 4AP.
  • Philippe Seydoux, Gentilhommières en Champagne, II. Pays de l'Aube, 2016, Paris, Éditions de La Morande, 352 p., p. 153-158.

Articles connexesModifier

Liens externesModifier