Centre national de baguage

Le Centre national de baguage (CNB) est un établissement scientifique ornithologique algérien situé dans la forêt de Réghaïa, à Alger en Algérie[3].

Centre national de baguage
Histoire
Fondation
[1]
Cadre
Domaine d'activité
Siège
Pays
Coordonnées
Organisation
Effectif
20
Effectif statutaire
8
Chercheurs
7
Chercheurs associés
3
Doctorants
2
Direction
Hellal Belghanem[2]
Affiliation
Carte

Localisation modifier

Le Centre national de baguage de Réghaïa[4] est situé à 29 kilomètres à l'est d'Alger, à 80 kilomètres à l'est de Tipaza et à 1 kilomètre de la Méditerranée. Il est localisé au sud de la forêt de Réghaïa dans la Mitidja de la basse Kabylie[5].

Présentation modifier

 
Baguage d'un oiseau.

Le Centre national de baguage (CNB) permet de suivre les oiseaux sauvages par leur marquage par bague en vue d'étudier plusieurs aspects de leur vie en milieu naturel, comme les déplacements migratoires[14].

Le CNB collabore ainsi avec plusieurs centres internationaux, car les régions parcourues par les oiseaux bagués peuvent être très éloignées, spécialement lors de leur migration.

Chaque bague posée sur un oiseau est unique grâce à un code alphanumérique couplé avec un fichier contenant diverses informations sur cet oiseau (nom de l'espèce, sexe ou encore âge) ainsi que la date et le lieu du baguage.

À ces informations, peuvent s'ajouter diverses données biométriques (masse, longueurs de l'aile et du bec, adiposité, etc.).

Ce centre œuvre, par l'organisation de lâchers d’oiseaux à travers l’Algérie, à la création d’un réseau national d'unités de baguage et finalement l'intégration au réseau international[15].

Activités modifier

 
Baguage d'un oiseau.

Le CNB recense les espèces ornithologiques régulièrement présentes dans la forêt de Réghaïa et partout en Algérie.

Les oiseaux bagués contrôlés dans la réserve naturelle de Réghaïa sont originaires de Camargue[16], parmi lesquels décompte le flamant rose et l’ibis falcinelle[17].

Les bagues retrouvées sur des oiseaux tués dans le cadre de la chasse permettent aux chasseurs et aux chercheurs de relever des informations sur les espèces d’oiseaux concernées, ainsi que leur provenance.

Auparavant, les bagues retrouvées étaient généralement prises en charge par les chasseurs eux-mêmes qui les retournaient à leurs pays d'origine, et le CNB a été créé pour systématiser cette procédure.

Cette systématisation permet ainsi l’exploitation des données de baguage de ces espèces de gibier ornithologique en Algérie.

Programmes modifier

 
Baguage d'un oiseau.

La mise en place du CNB vise à encourager l'exploitation des données du baguage[18] qui permettent d’avoir une meilleure connaissance de la migration et de l’hivernage des oiseaux migrateurs[19], et par voie de conséquence l’identification des actions futures d’une gestion rationnelle des populations migratrices[20].

De plus, les programmes du CNB permettent un diagnostic sur les pertes en zones d’hivernage dues à la sécheresse et au braconnage[21].

Puisque beaucoup des oiseaux des réserves naturelles algériennes sont migrateurs, leur suivi efficace par le CNB requiert la collaboration avec des programmes internationaux mis en place, comme en Europe avec European Union for Bird Ringing (Euring)[22], l'Islande, la Turquie ou encore l'Ukraine[23].

Notes et références modifier

  1. « Décret n° 83-75 », Journal officiel de la République algérienne démocratique et populaire,‎ , p. 96 (lire en ligne [PDF])
  2. Chafika Kahlal, « Centre cynégétique de Reghaïa : Plan pour la protection de la zone humide », Le Midi libre,‎ (lire en ligne)
  3. « Lac de Réghaïa » (version du sur Internet Archive)
  4. TerraServer
  5. Panoramio
  6. ArcGIS
  7. Wikimapia
  8. Bing Maps
  9. Zoom Earth
  10. OpenStreetMap
  11. Google Maps
  12. HERE WeGo
  13. GeoMixer
  14. « Mise en œuvre pendant la période 2006 et 2007 » [PDF], Accord sur la conservation des oiseaux d’eau migrateurs d’Afrique-Eurasie
  15. « Zones humides algériennes : Vers une envolée “ornithologique” », Liberté,‎ (lire en ligne)
  16. « Plan de gestion de la Réserve naturelle du Lac de Réghaïa » [PDF], MedWet et Direction générale des forêts du Ministère de l'Agriculture,
  17. « La dernière zone humide d'Alger : Lac de Réghaia », El-Djazaïr
  18. Matthieu Guillemain et Alain Caizergues, « L'étude des canards par le biais des marques nasales », Ornithos, nos 17-5,‎ , p. 290-297 (lire en ligne [PDF])
  19. Aïcha Lardjane-Hamiti, « Ethologie et biologie de la reproduction du Fuligule nyroca et du Fuligule milouin dans la réserve naturelle du lac de Réghaia » [PDF] (version du sur Internet Archive), Université Mouloud Mammeri de Tizi Ouzou, [PDF]
  20. « Fiche descriptive sur les zones humides Ramsar » (version du sur Internet Archive),   Site Ramsar (mai 2003), [PDF]
  21. Mohammed Belhamra, « National Report on Hunting » [PDF], Birdlife International,
  22. (en) « European Union for Bird Ringing », European Union for Bird Ringing, (consulté le )
  23. (en) « Bird Ringing for Science and Conservation », European Union for Bird Ringing, (consulté le )

Voir aussi modifier

Liens externes modifier

Articles connexes modifier

Recherche forestière modifier