Ouvrir le menu principal

Institut national de recherche forestière

Institut national de recherche forestière (INRF)
upright=Article à illustrer Organisation
Histoire
Fondation
Cadre
Type
Domaine d'activité
Siège social
BP 37, Chéraga, 16014, Alger
Pays
Coordonnées
Organisation
Effectif
234
Effectif statutaire
78
Chercheurs
68
Chercheurs associés
42
Doctorants
27
Direction
Ouahid Zanndouche[1],[2]
Organisation mère
Affiliation
Site web
Localisation sur la carte d’Alger
voir sur la carte d’Alger
Red pog.svg
Localisation sur la carte d’Algérie
voir sur la carte d’Algérie
Red pog.svg

L'Institut national de recherche forestière (INRF) est un établissement public à caractère scientifique et technologique algérien de recherche situé dans la forêt de Baïnem dans la commune d'El Hammamet à Alger.

HistoriqueModifier

CréationModifier

L'Institut national de recherche forestière (INRF) a été créé en 1981 par le décret de création no 81-348 du en tant qu'établissement public à caractère administratif[3].

Il a été placé sous la double tutelle du ministère de l’Agriculture et du Développement rural, et du Ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique.

ÉvolutionModifier

Le décret exécutif no 04-420 du a modifié le statut de l'INRF en établissement public à caractère scientifique et technologique[4].

OrganisationModifier

Conformément aux textes fixant les missions de l’INRF, les domaines de recherches ont été ventilés en 03 unités de recherche comportant chacune des divisions, des équipes de recherche et les moyens de recherche appropriés[5].

Unités de rechercheModifier

L'INRF abrite une unité de recherche en foresterie, une autre en biotechnologie forestière et reboisement, et une troisième en érosion éolienne et hydrique[6].

DépartementsModifier

L'INRF comporte un département de l’administration et des finances ainsi qu'un département programmation, formation et communication[7].

StructuresModifier

PépinièreModifier

Une pépinière expérimentale est présente dans l'institut national de la recherche forestière (INRF).

Cette pépinière qui produit une moyenne de 50 000 plants forestiers annuellement[8].

Elle a pour vocation d'étudier, suivre et améliorer le comportement des espèces (feuillus et résineux), d'une part, et répondre à la demande des organismes, associations écologiques et autres institutions publiques ou privées en matière d'assistance scientifique, d'autre part[9].

ArboretumModifier

L'arboretum sert d'appoint pour les pédagogues et les chercheurs en botanique[10].

Cet arboretum qui s'étend sur environ 50 ha a été réservé à l’introduction d’espèces exotiques diverses (Eucalyptus, pins, chênes, cèdre, etc.)[6].

On y recense plusieurs espèces d'arbres et d'arbustes autochtones ou exotiques[11]:

SerresModifier

Plusieurs serres sont implantées sur le site de l'INRF.

Laboratoire mycologiqueModifier

Le laboratoire mycologique de l'INRF de la forêt de Baïnem étudie l'armillaire (Armillaria) est fréquemment observé sur des arbres dépérissantsmorts. Ce champignon Armillaria mellea a été retrouvé sur chêne zéen et le chêne-liège dans la forêt de Baïnem par l'équipe de pathologie du Département de Protection des Forêts de l'INRF. La présence de l'Hypoxylon mediterraneum ou maladie du charbon de la mère a aussi été constatée et confirmée par le laboratoire de pathologie de l'INRF sur des chênes-liège dans la forêt de Baïnem[12].

HerbierModifier

L'herbier de l'INRF de la forêt de Baïnem compte quelque 2 600 espèces et variétés florales, soit une collection qui permet de répertorier et d'identifier les espèces qui existent dans l'ensemble du couvert végétal en Algérie[13].

Stations régionalesModifier

L'INRF a créé et équipé 13 stations régionales de recherche et d'expérimentation implantées dans les principaux écosystèmes forestiers, steppiques et sahariens.

Ces stations régionales de recherche et d'expérimentation se répartissent comme suit :

  1. Station de recherche forestière d'Aïn Dheheb à Médéa.
  2. Station de recherche forestière de Aïn Sekhouna à Saïda.
  3. Station de recherche forestière de Baraki[14] à Alger.
  4. Station de recherche forestière de Djelfa à Djelfa.
  5. Station de recherche forestière d'El Aouana à Jijel.
  6. Station de recherche forestière d'El Kala à El Tarf.
  7. Station de recherche forestière de Guedjal à Sétif.
  8. Station de recherche forestière de Mansourah à Tlemcen.
  9. Station de recherche forestière de Tamanrasset à Tamanrasset..
  10. Station de recherche forestière de Telagh à Sidi Bel Abbès.
  11. Station de recherche forestière de Ténès à Chlef.
  12. Station de recherche forestière de Yakouren à Tizi Ouzou.

Ce sont des entités de recherche scientifique pluridisciplinaires, exerçant sous le contrôle, la coordination et le suivi des unités de recherche dont l’activité est dominante[15].

ObjectifsModifier

Les objectifs socio-économiques des recherches à l'INRF prennent en compte les orientations du plan d’action forestier élaboré par le Plan national de développement agricole (PNDA) du ministère de l’Agriculture et du Développement rural[16].

PublicationsModifier

  • Annales de la recherche forestière en Algérie.
  • Revue: La forêt algérienne.
  • Guide des principaux arbres et arbustes du Sahara central (Ahagar et Tassili).
  • Guide pratique pour la reconnaissance des arbres et peuplements porte-graines, la récolte, le traitement, la conservation et le semis en pépinière des glands de chêne=liège.
  • Guide santé des forêts : insectes ravageurs et champignons pathogènes.
  • Catalogue descriptif des produits forestiers de terroir.
  • Guide sur les brise-vents en région aride et semi-aride.

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier