Catherine de Brandebourg-Küstrin

princesse allemande

Catherine de Brandebourg-Küstrin (allemand : Katharina von Brandenburg-Küstrin) () est margravine de Brandebourg-Küstrin par la naissance et électrice de Brandebourg par le mariage.

Catherine de Brandebourg-Küstrin
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Nom dans la langue maternelle
Katharina von Brandenburg-KüstrinVoir et modifier les données sur Wikidata
Domicile
Famille
Père
Mère
Fratrie
Conjoint
Enfants
Parentèle
Joachim II Hector (oncle)
Anne de Brandebourg (tante)
Jean II Georges (cousin germain et beau-père)
Albert de Brandebourg (grand-oncle)
Joachim III Frédéric (neveu)Voir et modifier les données sur Wikidata
Wappen Hohenzollern.svg
Blason

BiographieModifier

Catherine est la plus jeune des deux filles de Jean Ier de Brandebourg-Küstrin (1513-1571) de son mariage avec Catherine de Brunswick-Wolfenbüttel (1518-1574), fille de Henri II de Brunswick-Wolfenbüttel.

Le 8 janvier 1570, elle épouse Joachim de Brandebourg, plus tard électeur Joachim III Frédéric de Brandebourg (1546-1608) à Küstrin. En raison du mariage, son mari n'a plus de droit légitime sur la position d'évêque de l'Archidiocèse catholique de Magdebourg[1] et le Pape Pie V fait la demande à l'Empereur Maximilien pour son remplacement[2].

Catherine essaye d'améliorer le sort des pauvres et des nécessiteux. Elle construit une laiterie et fait vendre ses produits à Berlin. Elle utilise les bénéfices pour financer une pharmacie dans le château de Berlin qui fournit des médicaments gratuitement aux personnes dans le besoin[3].

Catherine est décédée le 30 septembre 1602. Le 13 octobre, elle est enterrée dans la crypte des Hohenzollern (qui fait maintenant partie de la cathédrale de Berlin).

DescendantsModifier

De son mariage avec Joachim Frédéric, Catherine a les enfants suivants :

RéférencesModifier

  1. Corneille Hantscher: Die preußische Frage – Personalunion Brandenburg-Preußen, GRIN Verlag, 2007, p. 14
  2. Historisch-Politische Blätter für das Katholische Deutschland, vol. 35, 1855, p. 137 (Numérisé)
  3. K. W. Kutschbach: Chronik der Stadt Küstrin, Enslin, 1849, p. 118

BibliographieModifier

  • Dieter Brozat, Der Berliner Dom und die Hohenzollerngruft, Berlin, Haude und Spener, , 158 p. (ISBN 3-7759-0271-6)
  • Ernst Daniel Martin Kirchner, Die Kurfürstinnen und Königinnen auf dem Trône der Hohenzollern, partie 2: Die letzten acht Kurfürstinnen, Berlin, 1867, p. 68-106.
  • Ludwig Hahn, Geschichte des preussischen Vaterlandes, W. Hertz, 1858, p. 132
  • Adolf Müller, Preußens Ehrenspiegel, Gebauer, 1851, p. 65

Liens externesModifier