Ouvrir le menu principal
Catherine de Brunswick-Wolfenbüttel
KatharinaBraunschweig.JPG
Titre de noblesse
Margravine
Biographie
Naissance
Décès
Nom dans la langue maternelle
Katharina von Braunschweig-WolfenbüttelVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité
DirigeantVoir et modifier les données sur Wikidata
Famille
Père
Mère
Marie de Wurtemberg (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie
Jules de Brunswick-Wolfenbüttel
Marie de Brunswick-Wolfenbüttel (d)
Marguerite de Brunswick-Wolfenbüttel
Claire de Brunswick-Wolfenbüttel
Philippe-Magnus de Brunswick-Wolfenbüttel (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Enfants
Autres informations
Religion

Catherine de Brunswick-Wolfenbüttel (1518, Wolfenbüttel, Crossen-sur-l'Oder) était une princesse de Brunswick-Wolfenbüttel, par la naissance et par mariage margravine de Brandebourg-Küstrin.

Sommaire

BiographieModifier

Catherine était une fille du duc Henri II de Brunswick-Wolfenbüttel (1489-1568) de son premier mariage avec Marie de Wurtemberg (1496-1541), fille du comte Henri de Wurtemberg.

Elle a épousé le 11 novembre 1537 à Wolfenbüttel le margrave Jean Ier de Brandebourg-Küstrin (1513-1571). Catherine a joué un rôle dans la propagation de la Réforme, dans le Margraviat de Brandebourg[1].

Catherine a été considéré comme extrêmement frugale et économe, et elle a activement soutenu son mari. Elle avait plusieurs dépendances à Küstrin et un jardin potager. Elle avait un soi-disant "jardin sauvage" dans une banlieue de Küstrin et d'autres biens à Schaumbourg, Drew et Dębno, un cadeau de son mari. Catherine installe des réfugiés religieux néerlandais à Dębno, ce qui a lancé l'industrie textile. Elle a construit une école et d'une église et en 1562, a été accordé une charte à la ville[2].

Catherine, qui a été décrite comme très populaire, était connue par la population comme la Mère Kate. Elle a fondé la première pharmacie en Ośno Lubuskie et construit un autre à Küstrin à partir duquel elle a fourni les pauvres avec des médicaments gratuits. Catherine construit de nombreuses fermes et laiteries, qu'elle administrait elle-même et a également vendu la récolte elle-même.

Catherine meurt en 1574. Son tombeau a été découvert en 1999 dans les ruines de l'église paroissiale à Küstrin par des archéologues de Szczecin[3].

Le Katharinenstraße ("Catherine") à Berlin-Halensee est nommé en son honneur[4].

DescendanceModifier

De son mariage avec Henri, Catherine avait deux filles:

mariée en 1570 avec Joachim III Frédéric de Brandebourg (1546-1608)

RéférencesModifier

  • K. W. Kutschbach: Chronik der Stadt Küstrin, Enslin, 1849, p. 45 ff
  • Ernst Helwing: Geschichte des brandenburgischen Staats, 1834, p. 648 numérisées

Notes de bas de pageModifier

  1. L. Oberheim: Die einführung der reformation in der mark Brandenburg, G. Wilmsen, 1839, p. 140
  2. Jörg Lüderitz: Die Neumark, Trescher Verlag, 2008, p. 42
  3. http://www.vfdgkuestrins.de/texts/schmook/schmook.html
  4. http://berlin.kauperts.de/Strassen/Katharinenstrasse-10711-Berlin