Cathédrale Saint-Sauveur-sur-le-Sang-Versé de Saint-Pétersbourg

édifice religieux situé à Saint-Pétersbourg, en russie

La cathédrale Saint-Sauveur-sur-le-Sang-Versé (en russe : Храм Спаса на Крови) est l'une des principales églises russes orthodoxes de Saint-Pétersbourg, en Russie. Elle est également appelée cathédrale sur-le-Sang-Versé ou encore cathédrale de la Résurrection du Christ (Собор Воскресения Христова), qui est son nom officiel. Ce nom fait référence au sang versé lors de l'assassinat de l'empereur Alexandre II qui fut mortellement blessé à cet endroit le 1er mars 1881 ( dans le calendrier grégorien). Ce n'est pas une cathédrale diocésaine (siège de l'éparchie), mais une église collégiale, ce qui est traduit de façon incomplète en français par cathédrale.

Cathédrale Saint-Sauveur-sur-le-Sang-Versé
Image illustrative de l’article Cathédrale Saint-Sauveur-sur-le-Sang-Versé de Saint-Pétersbourg
La cathédrale Saint-Sauveur-sur-le-Sang-Versé
Présentation
Nom local Собор Воскресения Христова
Culte Orthodoxie
Début de la construction 1883
Fin des travaux 1907
Style dominant Médiéval russe
Site web http://cathedral.ru/saviour
Géographie
Pays Drapeau de la Russie Russie
Ville Saint-Pétersbourg
Coordonnées 59° 56′ 24″ nord, 30° 19′ 43″ est

Construction et caractéristiquesModifier

 
Fresques et mosaïques à l'intérieur. Dans le fond, le ciborium.

La construction commença en 1883 sous le règne d'Alexandre III, en tant que mémorial en l'honneur de son père Alexandre II. Les travaux avancèrent lentement et furent finalement achevés en 1907 sous le règne de Nicolas II. C'est la famille impériale, aidée par de nombreux mécènes, qui finança la construction.

La cathédrale, située le long du canal Griboïedov, ne peut échapper à l'œil du visiteur. À ce niveau, il y a un remblai sur les deux rives du canal. Au moment où le convoi de l'empereur passa le long du remblai, une grenade lancée par un activiste de Narodnaïa Volia explosa. L'empereur, secoué mais néanmoins sain et sauf, sortit de la voiture pour porter secours aux blessés. Un autre conspirateur saisit sa chance et fit exploser une autre bombe, se tuant lui-même et blessant mortellement l'empereur. Alexandre II, qui saignait abondamment, fut transporté jusqu'au Palais d'Hiver, où il trépassa une heure plus tard.

Un sanctuaire provisoire fut érigé sur le lieu de l'attentat pendant que le projet d'un mémorial permanent était étudié. Il fut décidé que la portion de route où l'assassinat avait eu lieu serait ceinte par les murs d'une église collégiale. Ce tronçon du remblai fut donc rallongé jusque dans le canal afin de laisser de l'espace pour le sanctuaire au sein du bâtiment et pour qu'un mémorial puisse figurer le lieu exact de l'assassinat. À l'intérieur de l'édifice, le ciborium, un sanctuaire très élaboré fut construit à l'emplacement précis de l'assassinat, orné de topaze et de lapis-lazuli, ainsi que d'autres pierres semi-précieuses. Entourés d'une si riche décoration, les simples graviers sur lesquels le sang du tsar coula qui sont exposés à l'étage du sanctuaire offrent un contraste saisissant.

ArchitectureModifier

 
Détails de la façade.
 
La cathédrale, le long du canal Griboïedov.

Du point de vue architectural, la cathédrale est différente des autres structures de Saint-Pétersbourg. L’architecture de la ville est dominée par les styles baroque et néo-classique mais Saint-Sauveur-sur-le-Sang-Versé renvoie plutôt à l’architecture russe médiévale. En effet, elle fut bâtie à l’époque du nationalisme romantique. Elle ressemble à dessein aux églises de Iaroslavl du XVIIe siècle ainsi qu’à la célèbre cathédrale Saint-Basile de Moscou. L’église contient plus de 7 500 m2 de mosaïques, plus que toutes les autres églises du monde, à en croire les restaurateurs. Ce record pourrait être surpassé par la basilique-cathédrale de Saint-Louis qui abrite 7 700 m2 de mosaïques.

L’intérieur fut conçu par des artistes russes reconnus de l’époque, parmi lesquels Viktor Vasnetsov, Mikhaïl Nesterov, Mikhaïl Vroubel, Alekseï Afanassiev. Cependant, l’architecte en chef Alfred Parland était relativement peu connu, d'origine allemande de la Baltique et sujet russe, natif de la capitale. Il n’est pas surprenant que la construction ait coûté bien plus que le budget initialement prévu. En effet, celle-ci fut estimée à 3,6 millions de roubles tandis que le coût final s’éleva à pas moins de 4,6 millions de roubles. Les murs et plafonds à l’intérieur de la cathédrale sont intégralement recouverts de mosaïques enchevêtrées avec des bordures minutieusement dessinées. La majorité des représentations figurent des scènes bibliques.

La révolution russe de 1917Modifier

À la suite de la Révolution russe, la cathédrale fut pillée et mise à sac, ce qui a gravement endommagé son intérieur. Le gouvernement soviétique ferma la cathédrale au début des années 1930. Au cours de la Seconde Guerre mondiale, lorsque les victimes de la famine étaient nombreuses à cause du siège de Léningrad par l'armée allemande, la cathédrale servit d'entrepôt à légumes, d'où le nom sardonique de Sauveur sur patates. Elle fut significativement endommagée. Après la guerre, elle fit office d'entrepôt pour l'opéra voisin.

Temps actuelsModifier

En juillet 1970, la gestion de la cathédrale fut transférée à la cathédrale Saint-Isaac (qui était alors soit le musée de l'athéisme ou le musée d'histoire et de l'art très rentable de la ville) et les collectes de la cathédrale furent employées à la restaurer. Elle ouvrit à nouveau ses portes en , après vingt-sept années de travaux de restauration. Cependant, elle n'a pas été consacrée à nouveau et ne sert pas de lieu de culte à plein temps. C'est actuellement un Musée de la mosaïque. Même avant la révolution, cette église collégiale n'était pas un lieu public d'adoration puisqu'elle était exclusivement dédiée à la mémoire de l'empereur assassiné. La cathédrale est désormais l'un des passages obligés pour les touristes de Saint-Pétersbourg.

Les faits intéressants sur la cathédrale Saint-Sauveur-sur-le-sang verséModifier

La cathédrale Saint-Sauveur-sur le sang versé a échappé 3 fois à la destructionModifier

La première fois la décision de détruire la cathédrale a été prise en 1931. Le pouvoir Soviètique a noté que la cathédrale ne représente pas la valeur historique et atchitecturale. Mais le projet a été reportée.

Encore une fois, la décision de démolir la cathédrale Saint-Sauveur-sur-le-sang-versé a été prise en 1938. Le plan de sa destruction a déjà été approuvé et en 1941, les travaux préparatoires ont même commencé. Mais la seconde guerre mondiale a empêché la demolition de la cathédrale.

Pour la troisième fois, la question de la démolition de la cathédrale s'est posée après la guerre, en 1956. À cette époque des travaux de restauration de la ville après la guere ont commencé. Il ne s'agissait alors plus tant d'une campagne antireligieuse que d'un plan de construction de nouvelles routes dans la capitale du Nord. Il était plus facile et moins coûteux de démolir la cathédrale que de tracer une route pour le contourner. Mais cette fois ci, la cathédrale a été protégée par les historiens, les architectes et les citoyens pétersbourgeois.

Une bombe trouvée dans le dôme de la cathédraleModifier

En 1961 lors de la restauration des dômes de la cathédrale un obus explosif allemand coincé, a été trouvé dans le dôme central. Apparemment, lors des bombardements de Leningrad, il a percé la voûte du dôme et s'est enlisé dans le chevauchement de la voûte, miraculeusement sans exploser. Le projectile 240-millimètre pesant environ 150 kg était sous le dôme, sans être remarqué par personne pendant des années.

Une opération a été menée pour neutraliser l'obus.Le 28 octobre 1961 l'obus a été retiré puis explosé dans la région de Pulkovo.

La hauteur des dômes et la mort de Alexandre IIModifier

La hauteur de la coupole principale est de 81 mètres et c'est l’année de la mort d’Alexandre II, 1881.

Le deuxième dôme à une hauteur de 63 mètres et c'est l'âge d'Alexandre II à sa mort.[1]

Notes et référencesModifier

AnnexesModifier

Articles connexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier